CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 OBAMA veut à tout prix la guerre S’AGIT-IL D’UNE STRATÉGIE POUR BLOQUER LA VOIE AU NOUVEAU PRÉSIDENT OU LA SOIF D’UNE FIN GLORIEUSE ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bardin
confirmé
confirmé
avatar


MessageSujet: OBAMA veut à tout prix la guerre S’AGIT-IL D’UNE STRATÉGIE POUR BLOQUER LA VOIE AU NOUVEAU PRÉSIDENT OU LA SOIF D’UNE FIN GLORIEUSE ?   Jeu 8 Déc 2016 - 11:43

de Yves
 
 
[size=32]OBAMA veut à tout prix la guerre[/size]
S’AGIT-IL D’UNE STRATÉGIE POUR BLOQUER LA VOIE AU NOUVEAU PRÉSIDENT OU LA SOIF D’UNE FIN GLORIEUSE ?
 
 
 Trois évènements majeurs en sont les signes avant-coureurs :
 
-         1. La Chambre des représentants vote une zone de non-survol en Syrie.
-         2. Le Congrès approuve la livraison, à l’opposition syrienne, des missiles surface-air.
-         3. La volte-face de Washington sur les propositions visant à faciliter le départ des terroristes d’Alep.
 
Dans les trois cas, ces initiatives de Washington vont tout droit vers une confrontation inévitable en Syrie où la Russie joue un rôle majeur dans la lutte contre le terrorisme et dans sa lutte pour le respect du droit international du peuple syrien à disposer de son propre destin. Sa présence en Syrie répond à une demande de l’État syrien et sa lutte contre le terrorisme vise toutes les forces armées illégitimes qui s’attaquent aux populations et aux fondements de l’État de droit.
 
Regardons de près ce que peut représenter chacune de ces trois décisions.
 

Ce que nous voyons dans la première mesure c’est l’initiative d’un gouvernement étranger, les États-Unis, qui s’octroie l’autorité de décider des zones de l’espace aérien syrien à interdire, tout particulièrement aux forces aériennes de l’armée syrienne tout comme aux forces armées aériennes russes. Cette mise en scène comporte tous les ingrédients pour que le gouvernement syrien avec ses missiles sol-air assure sa pleine autorité sur la totalité de son espace aérien. La Russie n’aura d’autres choix, en tant qu’alliée indéfectible de l’État syrien, d’assurer la protection de ce même espace aérien.
 
 

La seconde mesure porte sur la livraison à l’opposition armée syrienne de missiles surface-air. Imaginons un seul instant qu’un gouvernement étranger ait fourni ouvertement et sans soucis du droit international des armements lourds aux Forces armées révolutionnaires de Colombie, FARC-EP, pour les aider à renverser le gouvernement légitime de Colombie. C’eut été un geste dénoncé avec force par la communauté internationale et les États-Unis n’auraient pas hésité un instant à intervenir pour mettre un terme à pareilles livraisons d’armes. Pourtant, ce qu’ils font en Syrie est exactement de même nature. Ils arment et financent une opposition pour qu’elle déstabilise le gouvernement légitime de Bachar Al Assad. D’ailleurs, cette opposition armée, comme nous l’avons vu dans un article antérieur, se fond avec les terroristes qui poursuivent les mêmes objectifs.
 

La troisième décision, celle de la volte-face, fut une surprise tout à fait inattendue de la part du partenaire russe. De fait, après plusieurs heures de discussions, lors d’une rencontre à Rome, Kerry, le Secrétaire d’États des États-Unis, et Lavrov, le ministre des Affaires extérieures de Russie, en étaient venus à une proposition sur laquelle les deux parties se disaient d’accord pour résoudre la sortie des terroristes d’Alep, toujours soumis à des attaques, sans cesse plus menaçantes et efficaces de l’armée syrienne et de ses alliés. Cette proposition devait être discutée à Genève, samedi , le 3 décembre.
 
« Récemment, Sergueï Lavrov et le secrétaire d'État américain John Kerry s'étaient mis d'accord pour une rencontre à Genève sur la Syrie. Selon le ministre russe des Affaires étrangères, John Kerry lui avait demandé de soutenir un document qui correspondait à la vision de la Russie.  »
 
À peine quelques jours avant cette rencontre à Genève, Sergueï Lavrov apprend ce changement de cap de la part de son partenaire étasunien. Suite à cette volte-face. Sergueï Lavrov eut ce commentaire qui en dit long sur la présente situation.
 
«  Nous avons compris qu'il est impossible de discuter sérieusement avec nos partenaires américains ».
 

Une telle phrase, comprise dans le contexte de cette autre fameuse phrase de Poutine à Valdaï, en octobre 2015, a de quoi nous interpeller : 
 
« Il y a 50 ans déjà, à Leningrad, la rue m’a appris une règle : si la bagarre s’avère inévitable, il faut frapper le premier. »
 
 
L’élection de Trump, la mise au grand jour des liens entre Washington et les terroristes, la fin d’un mandat désastreux, les victoires de la Russie et du gouvernement de Bachar Al Assad sur les terroristes, tout cela et bien d’autres choses, ouvrent la porte à bien des imprévus à très court terme.
Revenir en haut Aller en bas
Bardin
confirmé
confirmé
avatar


MessageSujet: Re: OBAMA veut à tout prix la guerre S’AGIT-IL D’UNE STRATÉGIE POUR BLOQUER LA VOIE AU NOUVEAU PRÉSIDENT OU LA SOIF D’UNE FIN GLORIEUSE ?   Jeu 8 Déc 2016 - 19:47

[size=32]Décembre 2016, le mois de tous les dangers[/size]
mardi 6 décembre 2016

 
Avec Hollande, obsédé par la destruction de la Syrie et de l'Iran, nous avons frôlé la catastrophe ; et même après avoir annoncé qu'il ne se représenterait pas en 2017, il proclamait encore qu'il était "chef de guerre", donc pouvant décider seul des conflits, et inquiétude, d'autant que le Charles de Gaulle, avec ses puissants Rafale, était positionné dans la zone de tous les dangers. Et surprise ! Le redoutable porte-avions rentrait en France : Hollande s’en va, “le Charles de De Gaulle” aussi ! (1). Sans doute l'Armée française n'est-elle pas étrangère à ce soudain revirement, elle qui est lassée de la politique erratique, belliciste et souvent grotesque du Président Hollande ; il suffit d'écouter Mme le Colonel pour voir combien les militaires français souhaitent une autre diplomatie pour la France. (2)
L’article La France est-elle menacée par les choix militaires de François Hollande ? n'est donc plus d'actualité. Ouf !
Va-t-on enfin respirer, le risque de guerre mondiale s'éloigne-t-il avec un Trump souhaitant coopérer avec la Russie ? Certes, dans l'ombre, la Clinton et Soros (avec SES manifestants) complotent contre le nouveau Président. Certains rêvent même publiquement, de l'éliminer :
" Un site Darknet recueille des dons pour tuer D.Trump : Un site Darknet (internet clandestin) vient d’être lancé la semaine dernière, avec pour objectif de recueillir des dons afin de contribuer à organiser l’assassinat du Président récemment élu des Etats-Unis, Donald Trump et de son futur Vice-Président Mike Pince. Le Darknet est un réseau superposé (ou réseau overlay) qui utilise des protocoles spécifiques intégrant des fonctions d’anonymisation. Certains se limitent à l’échange de fichiers comme RetroShare, d’autres permettent la construction d’un écosystème anonyme complet (web, blog, mail, irc) comme Freenet " (3)
En principe, bientôt l'élection de Trump devrait être confirmée : " En pratique, il sera finalement élu à la mi-décembre par un collège de 538 grands électeurs " (4).
Donald Trump franchira-t-il victorieusement cette étape ? Le bruit court que des grands électeurs feront défaut... quinze, par exemple ? " In a sensational new development, TV host David Pakman says he was told by a high level source that 15 electors in states Trump won will refuse to vote for Donald Trump ". (5) Faudra-t-il alors subir Hillary Clinton, ses crises, ses lubies, ses folies, ses appétits de conflits même nucléaires ?
ALERT Electors Plot to Sabotage Trump - YouTube 
 
Si la Clinton prend la place de Trump, voilà qui nous promet une sanglante guerre civile aux Etats-Unis... En attendant, Obama tente de saboter les projets du nouveau Président Républicain (6) : "Considérant que l’administration Obama ne peut plus que gérer les affaires courantes jusqu’à la prestation de serment du président élu Donald Trump, plusieurs opérations ont été confiées à d’autres autorités : Des associations ont été chargées d’organiser des manifestations contre le président élu et de remettre en cause le principe des élections démocratiques ; L’association Prop or Not ? a été constituée avec pour mission d’accuser les personnes ayant fait campagne pour Donald Trump d’être des agents (...) ". Il est vrai que les choix de Donald Trump agacent plus d'un ! (7) 

 Mais le pire est peut-être proche : Voici que la Chambre des Représentants ose défier la Russie de Poutine, sachant qu'elle ne tolèrera jamais une zone d'exclusion aérienne au-dessus de la Syrie ! Le texte sera-t-il confirmé par le Sénat ? On sait que les néo-conservateurs inspirent la politique des Présidents depuis Bush, et ils brûlent d'en découdre avec la Russie, ou au moins, d'éliminer Assad comme le souhaite Israël : " C’est dans la plus grande discrétion que la Chambre des Représentants a adopté, le 15 novembre 2016, la « Loi César de protection des civils syriens » (Caesar Syria Civilian Protection Act of 2016) (H.R.5732). Le texte tire son appellation du nom de code de la personne se présentant comme « photographe de l’armée arabe syrienne » ayant pris des clichés de milliers de citoyens qui seraient morts sous la torture. Le texte, qui a été présenté de manière bipartisane par une douzaine de parlementaires, est une initiative d’Elliot Engel, le porte-voix traditionnel d’Israël, cette-fois inspiré par la Maison-Blanche (photo). Le texte a été transmis au Sénat. Il prévoit d’instaurer une zone de non-survol en territoire syrien de manière à protéger les lieux tenus par les jihadistes. " (Cool Première réponse de la Russie, trouvée dans ce tweet de Nathalie ‏@nathalie234567 : theduran.com/russia-warns-u … CONFIRMED : Russia warns U.S., " attack Syria and we will shoot down your aircraft ".
[size=32]Alep est bientôt libérée de ses tortionnaires, la proche victoire d'Assad exaspère ceux qui veulent une Syrie livrée aux djihadistes, le divorce est consommé avec la Russie, et la moindre étincelle peut mettre le feu à la planète (9).[/size]
Décembre sera-t-il le mois de tous les dangers ?
Revenir en haut Aller en bas
 
OBAMA veut à tout prix la guerre S’AGIT-IL D’UNE STRATÉGIE POUR BLOQUER LA VOIE AU NOUVEAU PRÉSIDENT OU LA SOIF D’UNE FIN GLORIEUSE ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: ACTUALITES DIVERS :: Actualité instantanée :: GEOSTRATEGIE-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: