CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Après Béziers au printemps 2015, la commune de Crest, dans la Drôme, a, à son tour, entériné le vote d’une délibération donnant le nom d’Hélie de Saint-Marc à une rue de la ville.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Claude Millet
Fondateur
avatar


MessageSujet: Après Béziers au printemps 2015, la commune de Crest, dans la Drôme, a, à son tour, entériné le vote d’une délibération donnant le nom d’Hélie de Saint-Marc à une rue de la ville.   Jeu 10 Nov 2016 - 19:23

Excellent, le journal algérien publie cette photo du commandant Hélie de Saint-Marc, officier putschiste avec ses légionnaires.
Tous les paras peuvent en être fiers...


Comme d'habitude, la sphère progressiste et anticolonialiste, comme celle des historiens sont à la manoeuvre. Selon le journaliste algérien.
Pour la suite, je vous laisse juge.........souffrance des algériens, repentance!!!


Jeudi 10 novembre 2016


EL WATAN a écrit:

Écriture de l’histoire et révisionnisme




Des arguments fallacieux pour honorer un officier putschiste

le 08.11.16 | 10h00 



Hélie de Saint-Marc, en treillis, le 22 avril 1961 à Alger,...
 

Après Béziers au printemps 2015, la commune de Crest, dans la Drôme, a, à son tour, entériné le vote d’une délibération donnant le nom d’Hélie de Saint-Marc à une rue de la ville.




Le nom du commandant français, ancien déporté et aussi ancien résistant, reste malgré tout lié au putsch des généraux en avril 1961 à Alger. Une élue s’est opposée au choix de cet officier qui a mis en péril la République française. Le député-maire Hervé Mariton a déplacé le curseur en mettant en avant la nécessité de chercher «des désignations pertinentes localement. Hélie de Saint-Marc est mort dans la Drôme et il a été un personnage riche et complexe, le grand résistant, le combattant en Indochine, le soldat en Algérie et un auteur dont les ouvrages ont eu beaucoup de succès».
Des arguments fallacieux
Il a également énoncé une contre-vérité en avançant que si on interroge «le monde résistant et combattant, le nom d’Hélie de Saint-Marc dit à beaucoup, il est connu et respecté». Pas sûr si on se tourne du côté des progressistes et des anticolonialistes comme vers les historiens. Le nom de Saint-Marc restant entaché d’une erreur de jugement fondamentale dans les dernières années de la guerre en Algérie en prenant fait et cause pour l’Algérie française.
Le maire de Crest, lui-même fils de pied-noir d’Algérie, né à Alger en 1958, a repoussé en quelques mots la gêne d’un élu face à la condamnation de l’officier à la réclusion criminelle en 1961 en raison de son engagement envers le «quarteron de généraux», comme les appelait De Gaulle. Hervé Mariton, lui-même membre d’un parti qui se dit encore «gaulliste», masque son choix en se cachant derrière la réhabilitation d’Hélie de Saint-Marc, à «l’initiative de François Mitterrand.
Nicolas Sarkozy l’a fait Grand-croix de la Légion d’honneur». Le député-maire rejoint les milieux proches des «algérianistes» et des néo-OAS. Tout à son révisionnisme qui ne s’embarrasse d’aucun mensonge, il estime que «les opinions à l’égard d’Hélie de Saint-Marc des gens qu’ils soient de gauche ou de droite sont extrêmement louangeuses». Sans commentaire !
La rue sera inaugurée le 11 novembre et, déjà, le «Cercle algérianiste», par la voix de son président Thierry Rollando, applaudit cette décision. Quitte à ce qu’une nouvelle entorse soit faite au sens de l’histoire et qu’une atteinte soit portée à la mémoire des souffrances des Algériens. C’est d’autant plus grave que le maire de Crest, Hervé Mariton, n’est plus un inconnu depuis notamment qu’il a tenté sa chance dans la primaire de la droite et du centre en vue de l’élection présidentielle pour diriger la France. N’ayant pu concourir, il a rejoint le camp d’Alain Juppé.
Walid Mebarek

_________________

RASURA_________SER
1er RCP - 257.174

« Il n'y a pas de sens de l'Histoire, il n'y a pas de vent de l'Histoire car ce qui fait l'Histoire, selon notre conception occidentale et chrétienne qui est vérifiée par tous les faits historiques, c'est la volonté des hommes, c'est l'intelligence des hommes, ce sont leurs passions, bonnes ou mauvaises. »Colonel Bastien THIRY procès Petit Clamart
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/intelligencearmee/
Rivoil
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Après Béziers au printemps 2015, la commune de Crest, dans la Drôme, a, à son tour, entériné le vote d’une délibération donnant le nom d’Hélie de Saint-Marc à une rue de la ville.   Ven 11 Nov 2016 - 21:00

Une nouvelle bonne nouvelle, merci Claude.

_________________
« On peut demander beaucoup à un soldat, en particulier de mourir, c’est son métier ; on ne peut lui demander de tricher, de se dédire, de se contredire, de se renier, de se parjurer. »Commandant Hélie de Saint-Marc dernier chef de corps du 1er REP
Revenir en haut Aller en bas
Kéo
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: Après Béziers au printemps 2015, la commune de Crest, dans la Drôme, a, à son tour, entériné le vote d’une délibération donnant le nom d’Hélie de Saint-Marc à une rue de la ville.   Ven 11 Nov 2016 - 23:13

Merci!
Où et quand a été prise cette photo. Merci d'avance.
Revenir en haut Aller en bas
JP.Béghé
confirmé
confirmé
avatar


MessageSujet: Re: Après Béziers au printemps 2015, la commune de Crest, dans la Drôme, a, à son tour, entériné le vote d’une délibération donnant le nom d’Hélie de Saint-Marc à une rue de la ville.   Sam 12 Nov 2016 - 11:53

Kéo a écrit:
Merci!
Où et quand a été prise cette photo. Merci d'avance.

Cette photo a été prise à ALGER place Jean Mermoz face à la caserne Pélissier où siégeait le corps d'armée d'Alger qui lors du putsch fut la première cible du  1er REP. Derrière les légionnaires, le Lycée Bugeaud.
Pour la date, aucune idée. je vais essayer de trouver.
Revenir en haut Aller en bas
FOUQUET66
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: Après Béziers au printemps 2015, la commune de Crest, dans la Drôme, a, à son tour, entériné le vote d’une délibération donnant le nom d’Hélie de Saint-Marc à une rue de la ville.   Sam 12 Nov 2016 - 16:28

JP.Béghé a écrit:
Kéo a écrit:
Merci!
Où et quand a été prise cette photo. Merci d'avance.

Cette photo a été prise à ALGER place Jean Mermoz face à la caserne Pélissier où siégeait le corps d'armée d'Alger qui lors du putsch fut la première cible du  1er REP. Derrière les légionnaires, le Lycée Bugeaud.
Pour la date, aucune idée. je vais essayer de trouver.

22 avril 1961...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.legionetrangere.fr/
bebe rose
enregistré
enregistré
avatar


MessageSujet: Re: Après Béziers au printemps 2015, la commune de Crest, dans la Drôme, a, à son tour, entériné le vote d’une délibération donnant le nom d’Hélie de Saint-Marc à une rue de la ville.   Sam 12 Nov 2016 - 20:54

Qui est le général?
Merci d'avance!
Revenir en haut Aller en bas
Bardin
confirmé
confirmé
avatar


MessageSujet: Un émule de Ménard à Crest   Dim 13 Nov 2016 - 15:09

Nous ne retiendrons que l'hommage au commandant Hélie de SAINT-MARC !!!!!!
"Résistant interné Indochine notre Algérie" même si notre commandant a désobéi à celui-là même qui fut vingt ans plus-tôt un officier félon!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


Citation :
Center Blog
Publié le 10/11/2016 à 08:00 par cessenon
Un émule de Ménard à Crest

Crest ? C’est une ville de la Drôme connue pour son opposition au Coup d’Etat du 2 décembre 1851 qui permit à Louis Napoléon Bonaparte, le prince-président, d’en finir avec la république et de proclamer le second empire.

Des combats se déroulèrent le 7 décembre 1851, qui se terminèrent par une répression féroce. J’ai eu l’occasion de visiter la tour prison de Crest où furent enfermés les prévenus. La commission mixte ne chôma pas et les condamnations, à Cayenne, à la transportation en Algérie, à la surveillance…. furent nombreuses.
Encore une fois certain utilisent des mots choc: nostalgie du colonialisme


En 1910 fut érigé à l’endroit de l’affrontement armé entre les républicains et les forces de l’ordre un monument, appelé « Statue de l’Insurgé » rendant hommage aux défenseurs de la république.

Cette statue, représentant un jeune paysan tenant un fusil, fut détruite pendant la seconde guerre pour récupérer le bronze dans lequel elle avait été fondue. Elle a pu être reconstituée en 1991.

Le député-maire de Crest, Hervé Mariton a l’idée de baptiser une rue du quartier de cette statue de l’Insurgé du nom du Commandant Hélie Denoix de Saint-Marc, officier supérieur ayant participé à la tête du 1er Régiment Etranger de Parachutistes au putsch des généraux félons en avril 1961.

Eh oui, la nostalgie du colonialisme et des diverses tentatives pour le faire revivre, sont dans l’esprit des gens. Ce n’est d’ailleurs pas que dans leur esprit, partout où les circonstances le permettent, l’armée française envoie des  corps expéditionnaires pour rétablir une forme de néocolonialisme.

Dans cette optique Hervé Mariton, député des Républicains, joue sa partition. Après Ménard à Béziers le voilà qui entend honorer un soldat dont ce que nous avons retenu c’est qu’il a contribué à la tentative  de se rebeller contre la République dont il devait être un serviteur loyal.

Evidemment il joue sur l’ambiguïté du personnage qui s’était engagé dans la Résistance et la confusion est savamment entretenue avec la statue de l’Insurgé. Mais nous ne nous y laissons pas prendre, on assiste en France, comme aux USA d’ailleurs, à un regain d’une idéologie que l’histoire a pourtant jugée et condamnée.
Revenir en haut Aller en bas
FOUQUET66
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: Après Béziers au printemps 2015, la commune de Crest, dans la Drôme, a, à son tour, entériné le vote d’une délibération donnant le nom d’Hélie de Saint-Marc à une rue de la ville.   Dim 13 Nov 2016 - 15:13

bebe rose a écrit:
Qui est le général?
Merci d'avance!
Il s'agit du Général Raoul Salan.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.legionetrangere.fr/
JP.Béghé
confirmé
confirmé
avatar


MessageSujet: Re: Après Béziers au printemps 2015, la commune de Crest, dans la Drôme, a, à son tour, entériné le vote d’une délibération donnant le nom d’Hélie de Saint-Marc à une rue de la ville.   Dim 13 Nov 2016 - 18:16

FOUQUET66 a écrit:
bebe rose a écrit:
Qui est le général?
Merci d'avance!
Il s'agit du Général Raoul Salan.

Je ne le pense pas. Sur le forum il y a la photo en plus grand et plus nette et cela ne ressemble en rien au Général SALAN. Autre indice : les décorations; ce lui de la photo n'a que 2 rangées , alors que Salan avait un véritable placard .
Revenir en haut Aller en bas
Claude Millet
Fondateur
avatar


MessageSujet: Re: Après Béziers au printemps 2015, la commune de Crest, dans la Drôme, a, à son tour, entériné le vote d’une délibération donnant le nom d’Hélie de Saint-Marc à une rue de la ville.   Dim 13 Nov 2016 - 20:07

Qui est ce général?

JC Béghé a écrit:
Je ne le pense pas. Sur le forum il y a la photo en plus grand et plus nette et cela ne ressemble en rien au Général SALAN. Autre indice : les décorations; ce lui de la photo n'a que 2 rangées , alors que Salan avait un véritable placard .


Les généraux présent à Alger le 22 avril 1961 ne faisait pas "légion"!!!, en dehors de nos quatre héros.
La photo n'est peut-être pas du 22 avril 1961, mais d'une autre prise d'arme antérieure?
Il est difficile d'imaginer en cette période délicate que nos protagonistes avaient le temps d'aller serrer des mains.

_________________

RASURA_________SER
1er RCP - 257.174

« Il n'y a pas de sens de l'Histoire, il n'y a pas de vent de l'Histoire car ce qui fait l'Histoire, selon notre conception occidentale et chrétienne qui est vérifiée par tous les faits historiques, c'est la volonté des hommes, c'est l'intelligence des hommes, ce sont leurs passions, bonnes ou mauvaises. »Colonel Bastien THIRY procès Petit Clamart
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/intelligencearmee/
Camp d'Idron
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Après Béziers au printemps 2015, la commune de Crest, dans la Drôme, a, à son tour, entériné le vote d’une délibération donnant le nom d’Hélie de Saint-Marc à une rue de la ville.   Dim 13 Nov 2016 - 20:22

Résistance laïque a écrit:

Témoignage = inauguration de la place Hélie de Saint-Marc à Crest

12 Nov 2016Daniele AdrienCitoyens et défenseurs de la patrie, Histoire de France








Nous sommes allés à CREST à l’inauguration de la place Hélie de St-Marc.
Note de Christine Tasin  
Il est bien que les Résistants, en cette époque troublée, soient remis à l’honneur…
Nous avions déjà rendu hommage à Hélie de Saint-Marc en mars 2015 quand Robert Ménard avait remplacé l’infâme rue du 19 mars 1962 par la rue du commandant Hélie Dénoix de Saint-Marc.
Sur décision du maire de Béziers, Robert Ménard, le 14 mars 2015 aura lieu l’inauguration de la rue du commandant Hélie Denoix de Saint Marc, en remplacement de la rue du 19 mars 1962.
Qui était ce commandant et à quoi correspond cette date ?
Le Commandant :
Hélie Denoix de Saint Marc a été Résistant pendant l’Occupation ; à la suite d’une trahison, il fut déporté en camp de concentration d’où il revint par miracle.
Il fut officier dans la Légion étrangère, et à ce titre participa aux opérations en Indochine, à Suez et en Algérie. En Indochine, il reçut l’ordre d’abandonner au Viêt-Minh les Indigènes qui avaient aidé les Français, lesquels furent massacrés. Il en fut profondément affecté. Il appelait cette affaire sa « blessure jaune ».
En Algérie, il reçut le même ordre concernant ses harkis lorsque l’armée française, pourtant invaincue là-bas et ayant gagné la bataille d’Alger, dut abandonner le terrain au FLN.
Ayant déjà connu par deux fois le prix de la trahison, il se refusa à exécuter cet ordre infâme.
En avril 1961, il participa au putsch des généraux d’Alger,  en sa qualité de commandant par intérim du 1er R.E.P.
Le putsch échoua et il se constitua prisonnier. Jugé par le Haut Tribunal militaire, il fut condamné à dix ans de réclusion criminelle. Il n’en effectua que cinq, puis fut gracié à Noël 1966.
Il commença alors une carrière civile dans l’industrie où il occupa un poste important jusqu’à sa retraite. Homme d’action, il fut l’auteur de plusieurs livres et devint par ses écrits un humaniste renommé. Il fut l’un des artisans de la réconciliation franco-allemande, notamment en joignant ses efforts à ceux d’un ancien officier allemand de la Seconde Guerre mondiale, lui aussi devenu écrivain, le comte August von Kageneck.
Le Commandant fut réhabilité dans ses droits civils et militaires en 1978.
Vers la fin de sa vie, il diffusait des appels afin de réunir des fonds destinés à aider dans leurs études les descendants des harkis.
Citons à son sujet Erwan Castel *:
« …Ce héros qui toute sa vie, sublima les souffrances vécues en leçons de sagesse et d’espérance... »
Environ 200 personnes assistaient à cette cérémonie.
Ont pris la parole :
– Monsieur Hervé Mariton, député-maire de Crest
– un représentant du Conseil Général
– un vice-président de l’association des Anciens Combattants
– et la fille du Commandant de St-Marc qui retracera la vie et l’oeuvre de son père dans un message rempli d’émotion.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Enfin, le lever des drapeaux et la Marseillaise clôturèrent cette cérémonie laquelle, bien qu’ayant eu lieu dans un vent glacial, nous fit chaud au cœur en nous rappelant que le plus important, pour tous nos Morts pour la France reste un devoir de mémoire

_________________
       
  601° GIA                          602° GIA

« La France n’est plus que silence. Elle est perdue quelque part dans la nuit, tous feux éteints, comme un navire. Sa conscience et sa vie spirituelle se sont ramassées dans son  épaisseur » (Antoine de Saint-Exupéry)
Revenir en haut Aller en bas
FOUQUET66
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: Après Béziers au printemps 2015, la commune de Crest, dans la Drôme, a, à son tour, entériné le vote d’une délibération donnant le nom d’Hélie de Saint-Marc à une rue de la ville.   Mar 15 Nov 2016 - 18:40

JP.Béghé a écrit:
FOUQUET66 a écrit:
bebe rose a écrit:
Qui est le général?
Merci d'avance!
Il s'agit du Général Raoul Salan.

Je ne le pense pas. Sur le forum il y a la photo en plus grand et plus nette et cela ne ressemble en rien au Général SALAN. Autre indice : les décorations; ce lui de la photo n'a que 2 rangées , alors que Salan avait un véritable placard .

Tu as raison JP,et je prie mes camarades d'excuser cette erreur. Il ne s'agit pas de Raoul Salan qui avait un véritable "placard " de médailles (bien méritées d'ailleurs).J'ai retrouvé la photo : le général en question n'a que 2 étoiles et n'est pas Caporal d'Honneur de la Légion,(alors que Salan l'était) mais je suis incapable de mettre un nom sur ce visage....
Revenir en haut Aller en bas
http://www.legionetrangere.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Après Béziers au printemps 2015, la commune de Crest, dans la Drôme, a, à son tour, entériné le vote d’une délibération donnant le nom d’Hélie de Saint-Marc à une rue de la ville.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Après Béziers au printemps 2015, la commune de Crest, dans la Drôme, a, à son tour, entériné le vote d’une délibération donnant le nom d’Hélie de Saint-Marc à une rue de la ville.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: AU PANTHEON DES PARACHUTISTES, tous égaux devant la mort, St MICHEL ne fait aucune distinction de grade :: HONNEUR à nos MILITAIRES d'ALGERIE ayant eu jusqu'au bout le respect de la parole de soldat :: Le commandant de Saint Marc est un héros et un héros ça se respecte, débaptiser la rue du 19 mars 1962, cest plus qu'un calcul politique, c'est moral-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: