CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Ephéméride du 27 avril: 1404 Mort de Philippe II le Hardi, duc de Bourgogne

Aller en bas 
AuteurMessage
BB1
enregistré
enregistré
avatar


MessageSujet: Ephéméride du 27 avril: 1404 Mort de Philippe II le Hardi, duc de Bourgogne   Ven 29 Avr 2016 - 0:16

1404 : Mort de Philippe II le Hardi, duc de Bourgogne
 
Quatrième fils de Jean II le Bon et de Bonne d’Armagnac, frère de Charles V, Roi de France, Philippe s’illustra à la bataille de Poitiers (19 septembre 1356) en combattant aux côtés de son père assailli par les Anglais, restant dans l'Histoire pour son célèbre : "Père gardez-vous à droite ! Père gardez-vous à gauche !".
 

 
Philippe le Hardi fut un prince extrêmement intelligent, doublé d’un très bon chef de guerre, robuste et courageux au combat, comme en témoigne son surnom.
Jean Froissart disait de lui qu’il "voyait loin" et Christine de Pizan louait son "souverain sens et conseil".
Il devait devenir l’un des seigneurs les plus puissants du Royaume de France, lorsque son père le fit Lieutenant-Général du Duché de Bourgogne, qui englobait les Flandres, les villes de Liège, Bruxelles et Charleroi, une partie de la Champagne, la Puisaye (Yonne), l’Auxerrois, le Dijonais, le Nivernais, l’Auxois et la Franche-Comté. A ces possessions, il ajouta le Charolais, alors propriété du Comte Bernard VI d’Armagnac, à qui il l'acheta en 1390.
Le 6 septembre de cette même année 1390, par l’acte de Germigny-sur-Marne, Philippe le Hardi fut proclamé Duc de Bourgogne, Comte de Flandres et d’Artois, Comte Palatin de Bourgogne et de Franche Comté. Il fixa alors la capitale de son Duché à Dijon, y créant une Cour des Comptes à l’exemple de celle déjà existante à Paris (ci contre, le Palis ducal, à Dijon).
En 1369, Philippe le Hardi épousa  Marguerite III de Flandres, fille du Comte Louis, mort sans héritier mâle. La Flandre avec ses cités drapières fut donc apportée en dot à Philippe (Lille, Arras, Hesdin, Ypres, Dixmulde, Bruges, Messines, Cassel, Malines, Anvers...).
Philippe le Hardi s'entendit toujours bien avec son frère, le roi de France Charles V, à qui il fut toujours fidèle. Charles V vit donc sans déplaisir les Flandres repasser sous l’influence française, au détriment de la Cour de Londres.
 
Prise en tenaille entre les possessions du Duc de Bourgogne, à son apogée, la France est en danger de mort...
Fils de roi (Jean II), frère de roi (Charles V), oncle de roi (Charles VI), Philippe le Hardi se trouve donc - sans l'avoir intentionnellement cherché - être à l'origine de la création et de l'expansion de cet ensemble considérable que devint la Bourgogne, et qui faillit bien ruiner et clôre l'oeuvre capétienne... 
 
 
 
C'est après la mort de Charles V et son remplacement par Charles VI, puis après la mort de Philippe lui-même, et à partir de ses trois successeurs (Jean sans Peur, Philippe III le Bon et Charles le Téméraire, ci contre) qu'apparaîtront peu à peu les difficultés et tensions entre France et Bourgogne. Des difficultés et tensions qui iront en s'aggravant, jusqu'à une confrontation ouverte, entre un royaume de France plus faible qu'une Bourgogne devenue tellement grande, riche et puissante, par le hasard - et les calculs... - des mariages, dots et héritages (carte ci-dessus); Charles le Téméraire fit même prisonnier le roi de France, Louis XI, mais n'osa pas le mettre à mort, tellement avait grandi le prestige et la sacralité du roi de France (voir l'Ephéméride du 11 février)...
Ces difficultés ne devaient s'achever qu'après la victoire inattendue du plus faible des deux adversaires : Louis XI, roi de France, sur l'orgueilleux Grand Duc d'Occident, Charles le Téméraire : celui-ci mourut en 1477, le danger Bourguignon ayant presque duré quatre-vingts ans...
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Ephéméride du 27 avril: 1404 Mort de Philippe II le Hardi, duc de Bourgogne
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: DIVERS :: Un peu d'Histoire de FRANCE-
Sauter vers: