CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le chef d'Etat Major des Armées s'exprime, haut et fort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marcus
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Le chef d'Etat Major des Armées s'exprime, haut et fort   Jeu 28 Jan 2016 - 9:44

Il faut bien lire et comprendre que ces déclarations dans le contexte constituent un événement important :



http://www.opex360.com/2016/01/25/quand-le-chef-detat-major-des-armees-denonce-la-tyrannie-de-lurgence/

À deux reprises, dans une tribune publiée par le quotidien Le Monde et lors d’un discours prononcée en conclusion d’un séminaire, le chef d’état-major des armées (CEMA), le général Pierre de Villiers, a parlé de la « tyrannie de l’urgence » à propos de l’ère de « l’information continue et instantanée ».

Le CEMA n’a pas voulu évoquer ainsi les relations, toujours compliquées, entre les militaires et la presse. Les premiers ont en effet besoin de communiquer – sans trop en dire – ne serait ce que pour avoir le soutien de l’opinion publique dans les opérations qu’ils mènent tandis que les seconds, sous contrainte économique,  doivent alimenter en contenus les médias pour lesquels ils travaillent.

Mais il n’est pas question de cela dans les propos du CEMA. Le problème auquel les armées sont désormais confrontées est l’accélération du temps médiatique, dus aux progrès technologiques.

« L’information instantanée et continue nous met tous sous pression : c’est une accélération du temps qui s’impose à notre société de façon quasi-irrationnelle », estime le général de Villiers. Or, les groupes terroristes savent en jouer en choisissant le « moment pour frapper », alors que la « force a besoin de temps pour produire ses effets ».

Ainsi, l’attaque de l’hôtel Radisson Blu, à Bamako, en novembre dernier, en est l’illustration. Alors que les groupes jihadistes sont sous mis sous pression par la force Barkhane, leur action, revendiquée par AQMI et le groupe al-Mourabitoune, qui ont au passage opéré un rapprochement, a laissé le sentiment du contraire.

« Nous devons donc continuer à nous battre pour éliminer ces groupes – peu nombreux mais difficiles à arrêter puisqu’ils utilisent des kamikazes –, mais la situation globale s’améliore tout de même », résumait, en décembre, Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense.

Le CEMA parle ainsi d’un « effet ciseau » avec lequel il faut de « plus en plus composer ». Et d’ajouter : « Il s’agit d’intégrer la demande d’effets immédiats et visibles, sans pour autant subir la tyrannie de l’urgence ». S’il évoque surtout l’accélération du temps (médiatique), cela peut aussi valoir pour les responsables politiques susceptibles d’être tentés de demander des résultats immédiats avant une échéance électorale. Cela s’est déjà vu…

Quoi qu’il en soit, pour le général de Villiers, il est nécessaire de « gérer la notion du temps dans toutes ses dimensions : durée, distance, délais, degrés d’intensité des combats, communication, influence et perception » afin de « préserver notre liberté d’action et une meilleure maîtrise du tempo de nos opérations militaires ».

« Nous devons reprendre l’initiative sur nos ennemis qui, par des actions offensives dans le champ des perceptions et de l’influence, savent jouer de l’émotion et de la versatilité de nos opinions publiques pour nous mettre en ‘déséquilibre avant’ », a encore avancé le CEMA.



En savoir plus sur http://www.opex360.com/2016/01/25/quand-le-chef-detat-major-des-armees-denonce-la-tyrannie-de-lurgence/#uGguDFzT8xBWMhVP.99

Article du monde en partie

http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/01/20/gagner-la-guerre-ne-suffit-pas-a-gagner-la-paix_4850136_3232.html

article complet dans ce lien

http://blog.lavant-garde.fr/gagner-la-guerre-ne-suffit-pas-a-gagner-la-paix-par-le-general-pierre-de-villiers/



via le blog "le Colonel" que je vous invite à suivre, tant sur le blog que sur sa page Face Book vous y trouverez des informations importantes qui souvent ne sont pas relayées par les médias.

http://lecolonel.net/quand-larmee-se-rebiffe/

" />
Revenir en haut Aller en bas
Rivoil
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Le chef d'Etat Major des Armées s'exprime, haut et fort   Jeu 28 Jan 2016 - 17:32

Merci Marcus!

_________________
« On peut demander beaucoup à un soldat, en particulier de mourir, c’est son métier ; on ne peut lui demander de tricher, de se dédire, de se contredire, de se renier, de se parjurer. »Commandant Hélie de Saint-Marc dernier chef de corps du 1er REP
Revenir en haut Aller en bas
 
Le chef d'Etat Major des Armées s'exprime, haut et fort
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: ACTUALITES DIVERS :: L'ACTUALITE DU JOUR, LES BREVES-
Sauter vers: