CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 N'oublions pas ce Lieutenant du REP lâché par sa hiérarchie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RC4
confirmé
confirmé
avatar


MessageSujet: N'oublions pas ce Lieutenant du REP lâché par sa hiérarchie   Mer 20 Jan 2016 - 13:48

Bonjour,
Triste affaire pour cet officier très brillant, major à St Cyr, lâché par sa hiérarchie qui a vu sa carrière brisée:
http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2015/09/24/legionnaire-mort-a-djibouti-prison-avec-sursis-pour-ses-superieurs_4770719_1653578.html

Jérôme
Revenir en haut Aller en bas
DELAVOIS
confirmé
confirmé
avatar


MessageSujet: Re: N'oublions pas ce Lieutenant du REP lâché par sa hiérarchie   Mer 20 Jan 2016 - 22:44

Je trouve qu'il sans tire très bien, s'il a assisté aux coups portés à la malheureuse victime, il ne mérite pas le sursis. Le fait qu'il soit sorti major à Saint-Cyr ne l'autorise pas à être un bourreau, il a été éjecté, c'est très bien, et c'est le minimum de ce qu'il aurait du avoir. Je vois mal des chefs de section de mon régiment frapper un soldat ou même assister à cette chose là au cours d'un exercice. Ce n'est surement pas ce qu'il a appris à l'école. Nous nous sommes souvent trouvés dans de telles situation au cours de mon service militaire, nous étions tous plus tir au c....................l les uns que les autres, mais jamais un chef qu'elle que soit son grade n'a levé le petit doigt sur l'un d'entre nous. Une fois, pour mon compte personnel, je me suis trouvé dans une situation délicate, j'avais perdu la house du parachute au cours d'un saut de nuit à Ger, je me suis attiré les foudres de mon lieutenant, qui ma ordonné de passer la nuit sur le terrain, à cette époque j'étais sur la fin de mes seize mois, au moment du rassemblement sur zone j'ai réussi à son insu à monter dans un camion et à rentrer au camp avec mes camarades, ni vu ni connu, le lendemain je lui ai dit que la nuit avait été fraîche, apparemment il m'a cru, je me suis arrangé avec le capitaine qui m'a mis un motif et j'ai passé devant le colonel AUSSARESSES qui m'a mis 6 tours de consignes. Mais si j'étais resté à Ger et qu'au cours de la nuit il me serait arrivé qu'elle que chose, ne pensez-vous pas que le chef de section aurait mérité des sanctions. En tout cas Jean Paul là où tu est je te souhaite une bonne retraite et sans rancune de ma part.
Revenir en haut Aller en bas
Marcus
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: N'oublions pas ce Lieutenant du REP lâché par sa hiérarchie   Jeu 21 Jan 2016 - 12:14

Je suis assez d'accord avec Delavois, mais....

On peut entraîner durement, le vieil adage épargne le sang est toujours d'actualité.

Pour en avoir longuement débattu avec de nombreux camarades nous sommes tous quasiment du même avis sur la responsabilité au moins partielle du jeune Ltt, ce qui ne dédouane pas totalement le commandement dans cette douloureuse affaire.
Un jeune officier comme lui aurait du avoir un sous-officier adjoint ancien capable de lui faire comprendre le moment où il faut dire stop et les limites à ne pas dépasser, j'ai eu la chance d'avoir de "vieux chibanis" qui m'ont évité de faire des erreurs et d'être une jeune c.n, et appris le métier également.
Et par ailleurs le légionnaire décédé qui devait quitter la section n'aurait pas du être de cet exercice.
Revenir en haut Aller en bas
Montaner
confirmé
confirmé
avatar


MessageSujet: Re: N'oublions pas ce Lieutenant du REP lâché par sa hiérarchie   Jeu 21 Jan 2016 - 17:30

La campagne de Ger!!!!
Revenir en haut Aller en bas
RC4
confirmé
confirmé
avatar


MessageSujet: Re: N'oublions pas ce Lieutenant du REP lâché par sa hiérarchie   Jeu 21 Jan 2016 - 19:07

Re,
Le sujet est plus compliqué que cela, maintenant que tout est médiatisé et que la Justice militaire n'existe plus on découvre ce genre de choses, et nos soldats sont jugés par des civils pas très au fait de la chose militaire !
On ne peut pas comparer une section d'appelés soit elle du 1er RCP avec les hommes du REP, l'élite de l'élite, de notre Armée qui est appelé a intervenir dans des conditions extrêmes et donc s'entraîner dans ces mêmes conditions, en l’occurrence une marche à Djibouti par une T° très élevé à laquelle le chef de corps avait donné son aval ! Jadis à la Légion on lavait le linge sale en famille! j'ai assisté à Canjuers à un incident entre un légionnaire d'origine russe et un sous-off suite à un refus d’obtempérer, le légionnaire a pris un grand coup de pied de rangers en pleine figure de la part de son chef de section, un adjudant, résultat: la tête en compteur à gaz...........le nez à volé ............... ça s'est terminé le soir dans le bureau du Colonel le Légionnaire cassé  !
Mais c'est vrai on va bientôt avoir des syndicats dans notre Armée!

Ce que je tiens d'un officier Légion, c'est qu'il y a une connotation politique dans ce dossier, le père du Ltn en question était très investi politiquement où vous savez et là pas de cadeau! C'est pour cette raison que j'ai fait ce poste !

Triste époque !

Jérôme
Revenir en haut Aller en bas
Marcus
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: N'oublions pas ce Lieutenant du REP lâché par sa hiérarchie   Jeu 21 Jan 2016 - 19:19

RC4 a écrit:
Re,

Ce que je tiens d'un officier Légion, c'est qu'il y a une connotation politique dans ce dossier, le père du Ltn en question était très investi politiquement où vous savez et là pas de cadeau! C'est pour cette raison que j'ai fait ce poste !

Triste époque !

Jérôme

Oui triste époque, et c'est vrai que rien n'est simple, et vu ce qui se passe je préfère ne plus être en activité.
Revenir en haut Aller en bas
Claude Millet
Fondateur
avatar


MessageSujet: Re: N'oublions pas ce Lieutenant du REP lâché par sa hiérarchie   Jeu 21 Jan 2016 - 19:37

Citation :
Paris (AFP)
Il aurait pu devenir un "officier brillant" et comparaît depuis jeudi devant les assises de Paris pour avoir laissé mourir un légionnaire dans le désert de Djibouti: de hauts gradés de l'armée française témoignent de la solitude du chef.
"En 2008, je pense que le lieutenant Bertaud s'est trouvé bien seul, dans une situation compliquée, sur un terrain difficile", estime le colonel Rémi Bouzereau, son ancien instructeur à Saint-Cyr.
"Normalement le chef de section a un adjoint, qui est plus expérimenté, échange avec son capitaine, qui fixe le rythme, peut dire stop. Mais à un moment donné, il est seul face à la décision à prendre", explique aussi le général Bertrand de la Chesnais, adjoint au chef d'état-major des armées.
Ce 5 mai 2008, le lieutenant Médéric Bertaud, alors âgé de 25 ans, commandait une section de trente hommes, répartis en trois groupes, lors d'un exercice de quatre jours dans une vallée encaissée et rocailleuse.
Il répond avec un ancien caporal de "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner, commises en réunion".
La victime, le légionnaire Matus Talas (Joszef Tvarusko de son vrai nom), considéré comme tire-au-flanc et "pas au niveau", a été laissé au soleil pendant des pauses, a reçu des coups de différents supérieurs et a été privé d'eau. Il meurt d'un "coup de chaleur" en fin d'après-midi, après s'être plaint plusieurs fois et avoir demandé à être évacué.
Lors de l'exercice, le lieutenant Bertaud commande pour la première fois sa section sur le terrain à Djibouti et est privé de son adjoint, resté au camp préparer l'exercice suivant.

- 'Coups de bon fonctionnement' -

Le général Jean Crémadès, à l'époque adjoint au commandant des forces françaises à Djibouti, est catégorique: "L'absence du sous-officier adjoint est à mon avis cruciale. Dans le cas qui nous occupe, si le sous-officier avait été présent, le drame ne serait pas arrivé."
Le sous-officier adjoint, ou "vieux chibani" en argot légionnaire, désigne un homme "plus expérimenté", qui va guider son jeune officier et "être capable de lui dire quand il se fourvoie", explique le général, citant en exemple le film "La 317e section" de Pierre Schoendoerffer qui dépeint les rapports d'un jeune officier avec son adjoint, un vétéran, en pleine jungle pendant la guerre d'Indochine.
Sous le soleil brûlant de Djibouti, tout le monde est épuisé, transpire. "A un moment donné, il y a eu transgression, le lieutenant n'a pas su qu'il fallait faire autrement", estime le colonel Bouzereau. Pour lui, "il a commis une faute d'appréciation" en ne voyant pas la détresse de Talas. "Si jeune et sans expérience, j'aurais pu me tromper aussi."
Plusieurs officiers ont loué les qualités de Médéric Bertaud: "chef prometteur" pour l'ex-instructeur, "serviable", "honnête" pour le général de la Chesnais, qui est aussi son parrain de baptême.
Un bon officier qui était "à sa place" en dépit de quelques "incidents", dit de lui son supérieur direct au 2e régiment étranger de parachutistes (REP), qui nuance le tableau. Pour le capitaine Bruno Depay, la présence du sous-officier adjoint "n'aurait rien changé": "Le chef et son adjoint ne sont jamais ensemble en manoeuvre, pour éviter que si un obus tombe, par exemple, les deux soient tués."
Est-ce que les conditions extrêmes de Djibouti - "un endroit où il faut essorer son drap le matin pour pouvoir l'utiliser à nouveau le soir" -, l'absence de l'adjoint ou la faiblesse de Talas peuvent justifier les coups et les privations d'eau?
"En aucun cas", pour le colonel Bouzereau. Le capitaine Depay reconnaît que les "coups de bon fonctionnement", destinés "à pousser" les légionnaires récalcitrants à avancer, existent, bien qu'interdits. Mais se dit "très choqué" par la privation d'eau, en plein désert.
Mais alors, demande la défense de Bertaud, pourquoi avoir laissé Talas, un élément faible qui cherchait à quitter les unités combattantes, participer à cet exercice? La hiérarchie est unanime: "Il avait été déclaré apte."
Les débats se poursuivent jusqu'au 25 septembre.

Mais alors, demande la défense de Bertaud, pourquoi avoir laissé Talas, un élément faible qui cherchait à quitter les unités combattantes, participer à cet exercice? La hiérarchie est unanime: "Il avait été déclaré apte."

_________________

RASURA_________SER
1er RCP - 257.174

« Il n'y a pas de sens de l'Histoire, il n'y a pas de vent de l'Histoire car ce qui fait l'Histoire, selon notre conception occidentale et chrétienne qui est vérifiée par tous les faits historiques, c'est la volonté des hommes, c'est l'intelligence des hommes, ce sont leurs passions, bonnes ou mauvaises. »Colonel Bastien THIRY procès Petit Clamart
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/intelligencearmee/
Marcus
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: N'oublions pas ce Lieutenant du REP lâché par sa hiérarchie   Jeu 21 Jan 2016 - 20:02

Merci Claude, citation bien utile pour comprendre les faits.
Revenir en haut Aller en bas
Rivoil
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: N'oublions pas ce Lieutenant du REP lâché par sa hiérarchie   Jeu 21 Jan 2016 - 20:04

Secret défense a écrit:

[...]
A la Légion, personne ne connaissait Jozef Svarusko. Ce jeune Slovaque, né à Bratislava, s’était engagé l’année précédente sous le pseudonyme de Matus Talas. Pour tous les hommes de la 2e section de la 1ere compagnie du 2e Régiment étranger de parachutistes (REP), il était donc simplement «Talas». Il parlait mal le français et ne trouvait pas sa place dans ce régiment d’élite. Ses chefs et ses camarades le décrivent comme «faible physiquement, cherchant à éviter les difficultés, immature, très maladroit». Le mouton noir. «Pas un sale c.n», disent-ils pourtant. Plutôt le gars qui n’est pas à sa place.
Il n’y est pourtant pas arrivé par hasard. Premier tri, la sélection lors de l’engagement dans la Légion – huit candidats pour une place. Puis les quatre mois de formation à Castelnaudary (Aude), qui ne s’apparentent pas à un séjour balnéaire. En principe, seuls les meilleurs peuvent prétendre intégrer le prestigieux REP de Calvi. A Djibouti, où il est arrivé avec ses camarades fin février 2008, il ne suivait qu’avec peine : on l’affecte – ironie du sort lorsqu’on connaît la suite – au soutien, chargé du chaud-froid. Il explique à ses chefs qu’il veut devenir jardinier.
Pour l’heure, il est parachutiste dans une compagnie de combat.
[...]
Son intégration au REP, le régiment qu’il rêvait de rejoindre, ne va pas sans difficultés. «Trop sûr de lui», estiment les cadres du régiment. Ses relations avec les sous-officiers sont mauvaises : «<Caractère borné, ne tient pas compte de l’avis de ses subordonnés, manque de maturité». Lors de manœuvres en France, il a eu une violente altercation avec son adjoint, un sous-officier expérimenté, pour avoir – déjà – abandonné un homme qui ne suivait pas. «S’il n’a pas compris que cela ne se faisait pas, il n’a rien compris à l’armée et à la Légion», s’emporte le sous-officier d’origine polonaise. «Intelligent, mais capable de mentir avec aplomb», pense la hiérarchie.
[...]

Qui est véritablement responsable????

_________________
« On peut demander beaucoup à un soldat, en particulier de mourir, c’est son métier ; on ne peut lui demander de tricher, de se dédire, de se contredire, de se renier, de se parjurer. »Commandant Hélie de Saint-Marc dernier chef de corps du 1er REP
Revenir en haut Aller en bas
Marcus
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: N'oublions pas ce Lieutenant du REP lâché par sa hiérarchie   Jeu 21 Jan 2016 - 20:47

Rivoil a écrit:
Secret défense a écrit:

[...]
A la Légion, personne ne connaissait Jozef Svarusko. Ce jeune Slovaque, né à Bratislava, s’était engagé l’année précédente sous le pseudonyme de Matus Talas. Pour tous les hommes de la 2e section de la 1ere compagnie du 2e Régiment étranger de parachutistes (REP), il était donc simplement «Talas». Il parlait mal le français et ne trouvait pas sa place dans ce régiment d’élite. Ses chefs et ses camarades le décrivent comme «faible physiquement, cherchant à éviter les difficultés, immature, très maladroit». Le mouton noir. «Pas un sale c.n», disent-ils pourtant. Plutôt le gars qui n’est pas à sa place.
Il n’y est pourtant pas arrivé par hasard. Premier tri, la sélection lors de l’engagement dans la Légion – huit candidats pour une place. Puis les quatre mois de formation à Castelnaudary (Aude), qui ne s’apparentent pas à un séjour balnéaire. En principe, seuls les meilleurs peuvent prétendre intégrer le prestigieux REP de Calvi. A Djibouti, où il est arrivé avec ses camarades fin février 2008, il ne suivait qu’avec peine : on l’affecte – ironie du sort lorsqu’on connaît la suite – au soutien, chargé du chaud-froid. Il explique à ses chefs qu’il veut devenir jardinier.
Pour l’heure, il est parachutiste dans une compagnie de combat.
[...]
Son intégration au REP, le régiment qu’il rêvait de rejoindre, ne va pas sans difficultés. «Trop sûr de lui», estiment les cadres du régiment. Ses relations avec les sous-officiers sont mauvaises : «<Légion Étrangère». Lors de manœuvres en France, il a eu une violente altercation avec son adjoint, un sous-officier expérimenté, pour avoir – déjà – abandonné un homme qui ne suivait pas. [i]«S’il n’a pas compris que cela ne se faisait pas, il n’a rien compris à l’armée et à la Légion», s’emporte le sous-officier d’origine polonaise. «Intelligent, mais capable de mentir avec aplomb», pense la hiérarchie.
[...]

Qui est véritablement responsable????

Je suppose que la seconde partie concerne le LTT, "Son intégration au REP, le régiment qu’il rêvait de rejoindre, ne va pas sans difficultés. «Trop sûr de lui», estiment les cadres du régiment." Il me semble qu'un chef de section a un cdt ce Cie, qui en règle générale est aussi là pour cadrer ses chefs de section. Donc également s'il a eu des problèmes avec son sous-officier adjoint celui-ci n'a certainement plus joué son rôle.

Il y a une manière de traiter ceux qui sont trop surs d'eux mêmes et qui n'écoutent plus, c'est "tu as raison mais lorsqu'il y aura une peau de banane, tu te casseras la gueule tout seul et on ne te la montrera pas".

Cela explique peut-être ceci.
Revenir en haut Aller en bas
jacky alaux
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: N'oublions pas ce Lieutenant du REP lâché par sa hiérarchie   Jeu 21 Jan 2016 - 21:37

Il est vrais que l'Armée d'aujourd'hui n'est plus celle d'il y a 50 ans. Je ne sais pas comment ca se passe de nos jours, mais moi je peu dire que l'entrainement dans les PARAS en 57/58/59 c'était pas de la tarte... Des claques sur la gueule, j'en ai pris plus d'une fois et pas toujours mérités. lors d'une marche forcée de 50 kms, j'étais tombé dans la boue épuisé en vomissant, ca m'avais vallue un bon coup de pied dans les cotes en me faisant traité de tapette par un sergent pour avoir souiller mon vieux MAS 36 TAP crosse d'allu ( bon à la casse ) . J'ai encore en mémoire ce que nous gueulait l'adjudant-chef LARRIVIERE pendant qu'on en bavait " Plus dure est l'entrainement, plus douce sera la guerre "  il nous prouva une fois au combat qu'il avait raison.  De mes 3 ans passés chez les paras je ne garde que des souvenirs positifs et du respect pour tout nos instructeurs, qui pour beaucoup d'entre nous nous permirent de retourner a la maison sans se faire buter...
Mon avis dan ce cas présent est que ce malheureux légionnaire n'avait rien a faire au 2eme REP ( L'unité la plus dure de l'Armée francaise ) Quant à l'officier mis en cause, qu'il soit sanctionné oui, mais pas au point de le limogé. A mon avis c'est une grave erreur de l'avoir éjecté d'autant plus que c'était un bon élément. 
A la LÉGION on joue dur et le jour ou ca changera, ca ne sera plus la LÉGION... Chez eux, on t'envoie où on meurt, mon frère.


Dernière édition par jacky alaux le Ven 22 Jan 2016 - 16:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
battement zéro
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: N'oublions pas ce Lieutenant du REP lâché par sa hiérarchie   Ven 22 Jan 2016 - 2:27

Delavois, une fois de plus est sur notre forum à contre-courant de notre pensée parachutiste...comme le relève le clin d'oeil de notre camarade Montaner pour "la campagne de GER" pendant laquelle il aurait accomplit un exploit. Il mérite un blâme pour se vanter de cette couardise, même après 50 ans...
Après l'exposé d'une telle poltronnerie, de quel droit se permet-il de donner son avis concernant la procédure du lieutenant Médérick Bertaud, n'ayant jamais connu de près ou de loin les conditions de la manœuvre de Djibouti, n'ayant jamais connu les responsabilités d'un chef de section.

Il est a souligner que le 2e REP, unité d'élite de "légionnaires parachutistes" se préparait à des conditions extrêmes pour de prochaines mission.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
DELAVOIS
confirmé
confirmé
avatar


MessageSujet: Re: N'oublions pas ce Lieutenant du REP lâché par sa hiérarchie   Ven 22 Jan 2016 - 12:46

Cool les mecs, je dit que s'il y a eu coup sur un soldat n'ayant surement pas sa place au 2e R.E.P, le chef de section doit être sanctionné.
Un officier avec une inscription au casier judiciaire (si telle est le cas bien sur ! ) peut-il rester dans l'armée, je crois bien que non.
Souvenez-vous de l'émission en 4 épisodes de la "meilleur façon de marcher" (classe au 1er RCP en 2006) le sergent qui a simplement menacé J. L. a du quitter l'institution il me semble, alors là avec mort d'homme... D'autant que cette personne ne semble pas être le top du top en matière d'officier. Sans ses galons et dans l'anonymat aurait-il fait mieux que ce légionnaire, qui lui, est la véritable victime puisqu'il est MORT, alors que le lieutenant, avec  son niveau intellectuel est sans doute très bien racassé à l'heure qu'il est et pas au SMIG, ce qui normal bien sur.
Nous sommes en 2016, le fait de bastonner un soldat est une période révolue, maintenant si la recrue ne se sans pas bien, il va voir ailleurs point barre, les dénonciation de contrat sont faites aussi pour cela.
Faut dire qu'il est vraie que je ne fut pas un grand militariste (je me suis arrangé depuis), nous ne manquions aucune occasion d'énerver les ADL de tout grade, la dernière en partant, fut de refuser de façon collective d'aller au pot de départ que la capitaine offrait à notre intention, il paraît qu'il y a eu du rab... C'était aussi cela la conscription. Maintenant avec le recul et l'âge, si c'était à refaire, je ferais des efforts pour faire beaucoup mieux, car la majorité d'entre nous essayer plutôt de faire le plus mal possible, je dis toujours que s'il n'était resté au régiment que ceux souhaitant y être vraiment, il n'y aurait pas eu l'effectif d'une compagnie.
Maintenant je prend beaucoup de plaisir a revenir au Quartier, je dirais même que je ne loupe aucune occasion, je pense être dans ceux qui y vont le plus.
Revenir en haut Aller en bas
jacky alaux
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: N'oublions pas ce Lieutenant du REP lâché par sa hiérarchie   Ven 22 Jan 2016 - 15:18

Je soutiens notre Camarade Battement zero. 
et je poserais cette question a Delavois...
Lors de ton Service Militaire, Comment ce fait il que tu es choisi les Paras, surtout comme tu dis " n'étant pas un Grand militariste " et que, semble t il tu passais ton temps a emmerder les gradés. Je croyais jusqu'a présent, que pour rejoindre les TAP il fallait être VOLONTAIRE, que l'on soit engagé ou appelé.
Quoiqu'il en soit, c'est pas une belle image du 1er RCP que tu projettes ... Non!, Pas une belle image. Je laisse à mes Camarades de ce prestigieux Régiment et aux responsables de CMP le soins d'en juger...
Revenir en haut Aller en bas
Marcus
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: N'oublions pas ce Lieutenant du REP lâché par sa hiérarchie   Ven 22 Jan 2016 - 15:20

DELAVOIS a écrit:
, car la majorité d'entre nous essayer plutôt de faire le plus mal possible, j


Nous sortons du sujet, mais je ne peux laisser dire cela.
En ce qui me concerne dans les Fusiliers-commandos de l'air même si beaucoup auraient peut-être préféré être ailleurs, la très grande majorité de nos appelés effectuait leur service avec beaucoup de coeur et avec un grand sens de la mission qui leur était confiée. Je précise que ces garçons étaient armés réels (avec des consignes du feu claires pour assurer la protection des bases FAS et autres ensuite) ce qui leur faisait peser une lourde responsabilité. Que les cas de "dérives et désobéissances " étaient extrémement rares. Les motifs étaient très rares et je garde un souvenir fort de tous ces jeunes qui dans toutes les circonstances ont accompli une mission souvent dure et ingrate.
J'ai rencontré parmi les appelés des garçons de toutes origines, et certains avaient une valeur parfois supérieure à certains cadres d'active.

Et un de mes meilleurs souvenirs est lorsque nous avons rendu les honneurs au commandant de la 11 ° DP le Général Schmitt (ancien Ltt du général Bigeard) qui m'a dit "mon capitaine je vous félcite, non pour la tenue de vos hommes qui est excellente, mais pour "leur gueule ". Sauf quelques sous-officiers d'active c'étaient tous des appelés.
Et sur la qualité des appelés je pourrai encore en rajouter, mais ce n'est pas le thème du post.
Alors Delavois je pense que nous n'avons pas fréquenté les mêmes.
Revenir en haut Aller en bas
DELAVOIS
confirmé
confirmé
avatar


MessageSujet: Re: N'oublions pas ce Lieutenant du REP lâché par sa hiérarchie   Ven 22 Jan 2016 - 16:32

Pour mieux cibler le contexte, je vous indique que c'était en 1967, le régiment avait les périodes d'alerte a assuré, mais sa s'arrêté là. en vous écrivant ce texte, une anecdote ma revient à l'esprit, une compagnie est arrivée de Ger un soir où il y avait un problème en Afrique (il me semble que le 6e RPIMA est parti), les gars de Ger avaient mit les bouchons de tir à blanc à leurs fusils, si si, les bouchons de tir à blanc pour aller à la guerre.
la plupart des appelés au 1er RCP n'étaient pas volontaires. La seule chose que l'on nous demandés, au bout d'une dizaine de jours de présence à Ger, était la question traditionnelle "êtes vous volontaire pour sauter", ce à quoi nous répondions tous oui...
Certains camarades avaient demandés le 1er RCP parce que ils avaient eu un problème civil assez grave et le fait de devancer l'appel au 1er RCP leur faisait éviter que les choses n'aillent trop loin.
Je crois me souvenir que nous étions en majorité là, par le fait du hasard, moi à Limoges j'avais demandé l'aviation (deviné pourquoi.)
Non je crois qu'a cette époque nous n'étions pas plus motivé que le simple soldat d'un régiment de soutien. Il fallait faire 487 jours, nous les avons fait avec honneur et fidélité. Pour ma part, j'ai fait plusieurs sauts par jour (hors période de brevet), j'étais à la C.E.A. Nos cadres étaient dans l'ensemble de braves types, que j'ai toujours plaisir à revoir à Pamiers (A.M. - J.P R. J.P. C.) sans oublier notre AD de Cie R. N.
Nous étions dans l'ensemble des soldats disciplinés, car comme ont le dit: "LA DISCIPLINE ET LA FORCE D'UNE ARMEE" sans cela !....
D'ailleurs pour tous dire, il est rare de lire des écrits de la période 1964-1968 sur le 1er RCP, en particulier sur notre revue "le Vieux Rapaces", c'était la période de vaches maigres, mais il n'en demeure pas moins que nous avons fait des choses exceptionnelles, que nous n'aurions jamais fait sans le service militaire.
Ben voila, je pense que vous avaient compris: Non je n'ai pas demandé le 1er RCP - Oui je suis très fière d'avoir servi dans cette unité.
VIVE LA CONSCRIPTION
Para DELAVOIS Guy
1er RCP
C. E. A.
Section ENTAC
Camp d'Idron
Ctg 67 1/C
Revenir en haut Aller en bas
RC4
confirmé
confirmé
avatar


MessageSujet: Re: N'oublions pas ce Lieutenant du REP lâché par sa hiérarchie   Ven 22 Jan 2016 - 17:49

Attends scions ah l'or taux graffe !
Revenir en haut Aller en bas
DELAVOIS
confirmé
confirmé
avatar


MessageSujet: Re: N'oublions pas ce Lieutenant du REP lâché par sa hiérarchie   Ven 22 Jan 2016 - 18:19

L'un portant hé ke t'u m'haie c.n pris!...
Revenir en haut Aller en bas
Vignemale
enregistré
enregistré
avatar


MessageSujet: Re: N'oublions pas ce Lieutenant du REP lâché par sa hiérarchie   Sam 27 Fév 2016 - 11:32

DELAVOIS a écrit:
les gars de Ger avaient mit les bouchons de tir à blanc à leurs fusils, si si, les bouchons de tir à blanc pour aller à la guerre

Il y a des moments où DELAVOIS nous fait sortir de nos gonds, mais cette fois-ci, c'est à pleurer!

"Les gars de GER" qui faisant les classes ne pouvaient "aller à la guerre", tout au plus tenir la garde des camps....
Je me souviens de 2 alertes "guépard", l'une était pour Djibouti en févier ou mars 67 et c'est effectivement le 6e RPIMa qui est parti.
Tu n'a pu la connaitre étant de la "1C"...
La 2e était en novembre ou décembre 67. Un exercice, le régiment au complet est allé sur l’aérodrome de Mont-de Marsan pour vérifier si tout était près. On a su ultérieurement que c'était pour le Moyen-Orient???
Une 3e "alerte guépard" en mai 1968, j'ai croisé les camions du régiment à Montlhéry, mais je n'étais plus au 1er RCP.


DELAVOIS a écrit:
Certains camarades avaient demandés le 1er RCP parce que ils avaient eu un problème civil assez grave et le fait de devancer l'appel au 1er RCP leur faisait éviter que les choses n'aillent trop loin
A cet époque on échappait pas à la justice, j'ai assisté à la visite des gendarmes, suivi d'un départ menottes aux poignets...!

Delavois, il ne faut pas raconter n'importe quoi.
Revenir en haut Aller en bas
RGP
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: N'oublions pas ce Lieutenant du REP lâché par sa hiérarchie   Sam 27 Fév 2016 - 12:01

Excellente mémoire Vignemale!!!




Citation :
Delavois, il ne faut pas raconter n'importe quoi.


Sinon notre mémoire sera embrouillée, c'est comme l'histoire de l'eau payée "aux gros colons d'Algérie" par nos anciens...
Revenir en haut Aller en bas
DELAVOIS
confirmé
confirmé
avatar


MessageSujet: Re: N'oublions pas ce Lieutenant du REP lâché par sa hiérarchie   Sam 27 Fév 2016 - 20:53

Ho là les gars, moi je dit ce que j'ai vu, j'affirme haut et fort que se sont des faits véridiques, maintenant pour les détails je ne peu pas être précis bien sur, depuis bientôt cinquante ans j'ai oublié, surtout que durant des dizaines d'années j'avais coupés les ponts avec l'institution. Et encore je ne dit que ce qui peu être dit.
Toutes les choses que j'ai pu dire sur ce site sont des faits réelles que j'ai vu ou entendus, j'en est oubliés beaucoup mais les bouchons de tir à blanc et le fait d'avoir devancé l'appel au 1e RCP pour certains c'est vraie, bien sur si la personne en question m'a menti c'est autre chose.
Je remarque qu'a chaque fois où j'écris quelques quelque chose de précis, il y en toujours un ou deux pour me dire le contraire, j'ai en souvenir le sujet des sauts qui manquaient sur le carnet, là encore que n'avais-je pas dit, la vérité que la vérité là encore.
A + de vous lire.
Revenir en haut Aller en bas
Alerte Guépard
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: N'oublions pas ce Lieutenant du REP lâché par sa hiérarchie   Dim 28 Fév 2016 - 0:31

Delavois, cesse de colporter pas ces âneries qui te discrédite toi-même....!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
DELAVOIS
confirmé
confirmé
avatar


MessageSujet: Re: N'oublions pas ce Lieutenant du REP lâché par sa hiérarchie   Dim 28 Fév 2016 - 11:58

Si vous ne voulaient pas que je fasse de réponse cessez de m'attaquer, vous devriez savoir que l'on ne peu pas faire boire un âne qui n'a pas soif; d'autant plus que c'est un sujet qui date et que je n'attaque JAMAIS personne comme vous êtes un certain nombre à le faire, même si ce que je dit ce sont des blagues à deux sous, basées sur des faits réelles que j'ai vécus et qui de tout temps ont faits la gloire du soldat moyen dont je m'honore de faire partie; la plupart de mes contradicteurs sont, il me semble d'anciens militaires de carrière ou bien des anciens combattants d'AFN. Nous étions bien loin de se monde là quand nous avions 20 ans au camp d'Idron, nous étions des fils d'ouvriers de paysans qui ne demandions qu'à revenir au pays, mourir pour son pays ou protéger son supérieure, s'il avait fallu le faire sous la contrainte nous l'aurions surement fait, mais dans nos tête nous n'étions pas la pour cela.
A bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Montaner
confirmé
confirmé
avatar


MessageSujet: Re: N'oublions pas ce Lieutenant du REP lâché par sa hiérarchie   Lun 29 Fév 2016 - 11:35

delavois a écrit:
la plupart de mes contradicteurs sont, il me semble d'anciens militaires de carrière ou bien des anciens combattants d'AFN

Oui, mais également des contradicteurs appelés comme moi à la même époque que toi.
Qui dit contradicteur, c'est parce qu'il y a des "hérésies". Si tu n'en sortais pas à longueur d'écrit, nous ne serions pas là à te reprendre à chaque fois.
Les administrateurs ont de la patience ou un faible pour toi... n'en abuse pas trop!
Revenir en haut Aller en bas
DELAVOIS
confirmé
confirmé
avatar


MessageSujet: Re: N'oublions pas ce Lieutenant du REP lâché par sa hiérarchie   Lun 29 Fév 2016 - 12:21

Ben oui, c'est des copains, j'étais à la CA en 67 avec l'un d'eux. Je les revois souvent au Régiment, allé promis mon frère je vais essayé de devenir sérieux, à condition que l'on ne m'attaque pas.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: N'oublions pas ce Lieutenant du REP lâché par sa hiérarchie   

Revenir en haut Aller en bas
 
N'oublions pas ce Lieutenant du REP lâché par sa hiérarchie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: ACTUALITES DIVERS :: L'ACTUALITE DU JOUR, LES BREVES-
Sauter vers: