CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'Armée en manque de munitions??

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marcus
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: L'Armée en manque de munitions??   Lun 11 Jan 2016 - 9:30

Pour informer le sujet sur les munitions de nos armées est d'actualité.
Déjà évoqué pour nos avions le manque de bombes impliquant une demande urgente aux USA et maintenant pour les autres forces.

Notre outil de production a été détruit et nous sommes maintenant dépendant de marchés extérieurs. Dans la conjoncture c'est plus que grave.

Un rapport parlementaire publié courant décembre affirme que l'état des stocks de munitions de l'armée française est inquiétant, notamment depuis l'intensification des frappes françaises au Proche-Orient. Alors que l'indépendance militaire et la souveraineté nationale sont en jeu, certains prônent déjà un changement de politique de défense de la part de la France.



Atlantico : Dans votre rapport parlementaire, vous affirmez avec votre confrère Nicolas Bays que l’état du stock de munitions de l’armée française est jugé "préoccupant". Comment expliquer cela selon vous ?

Nicolas Dhuicq : D’abord il faut évidemment différencier les types de munition, puisque le rapport a traité des munitions de petit calibre jusqu’aux munitions de précision, type missile. L’analyse est donc un peu différente en fonction des calibres, et en fonction des calibres vous avez une question industrielle qui va se poser, et surtout une question liée au format actuel des armées et aux opérations qui étaient envisagées. C’est-à-dire qu’aujourd’hui nous avons une intensification des opérations qui n’était pas prévue et qui entraîne de ce fait une consommation plus importante, qui est également touchée par les exportations et, en ce qui concerne le petit calibre, par l’abandon de souveraineté industrielle.

En résumé, pour ce qui est des munitions de petit calibre, comme l’idée de fabriquer un fusil d’assaut français a été abandonnée il y a plus de vingt ans, la filière nationale de munitions de petit calibre qui aurait été mise en place l'a été aussi. Ce qui pour nous est un paradoxe, puisque nous avons une entreprise française qui exporte dans le monde entier des machines-outils destinées à mettre en place des lignes de production de munitions de petit calibre. Donc nous défendons, nous, dans ce domaine une vision qui est un peu plus colbertiste que le simple marché laissé à lui-même. Et comme nous sommes dépendants de fournisseurs extérieurs, il peut y avoir des moments de tensions dans ces fournitures. Par exemple, pour moi c’est l'hystérisation autour de la crise ukrainienne qui a fait que certains de nos fournisseurs, en particulier américains, ont préféré fournir ce marché plutôt que nous. De l’autre côté, une autre question qui revient régulièrement est celle sur les bombes. Celle-ci est plus liée à l’intensification des opérations sur les théâtres extérieurs. Mais à chaque fois, nous menons des frappes de précision qui sont certes consommatrices, mais moins que si nous étions dans un soutien plus intense d’opérations au sol.

L’intensification des frappes décidée par François Hollande après le 13 novembre n’a-t-elle pas été une décision trop prématurée ?

Je suis sur une position qui est plus vaste que votre question. Je pense que c’est toute la politique étrangère française au Levant qui est à revoir. Nous avons complètement abandonné notre présence en Syrie, j’en veux pour preuve le lycée français à Damas qui ne reçoit plus un sou, alors que les Syriens étaient majoritairement francophones et francophiles. Deuxièmement, nous avons une alliance beaucoup trop forte selon moi avec les monarchies pétrolières du Golfe qui financent indirectement ou directement pour certains membres des familles, le wahhabisme, qui est une secte sunnite redoutable, la gangrène du sunnisme. Nous avons totalement manqué de vision stratégique d’un côté, et de l’autre, je pense que la guerre se gagnant au sol, il faut soutenir les troupes capables de tenir au sol et non-islamistes : les troupes de l’armée syrienne régulière, qui a – rappelons-le – sans doute perdu 80 000 hommes au combat. Parce que lorsqu’on annonce 250 000 morts en Syrie, il y a 80 000 soldats syriens au moins qui sont morts au combat.

Dans un principe de réalité, je suis donc dans une position qui est la même que la position russe : il faut soutenir les troupes d’Assad au sol, parce que je ne connais pas de position modérée à l’extérieur du Parlement syrien.
Sur la question même de l’intensification des frappes, je répète qu’on gagne une guerre au sol. Donc il faut aider les Syriens à se libérer eux-mêmes de tous les mouvements islamistes, que ce soit Daesh, Al-Nosra, Al-Qaïda… Je ne fais aucune différence entre ces mouvements. Ensuite, c’est aux Syriens eux-mêmes de décider de leur avenir. Dernier élément à signaler : nous payons là aussi la vision géostratégique américaine qui, depuis vingt ou trente ans, cherche à redécouper complètement et redéfinir les cartes du Moyen-Orient et du Proche-Orient sur des fondements ethnico-religieux. En particulier en faisant sauter les Etats laïcs qui étaient l’Irak et la Syrie. Quelle que soit l’opinion qu’on puisse avoir par ailleurs des régimes ou des dirigeants.

Au-delà de l’aspect sécuritaire et opérationnel, il y a aussi un enjeu : celui de la préservation de la souveraineté nationale. La France peut-elle encore se défendre toute seule ?

Ma position profondément politique consiste à défendre la souveraineté nationale et à considérer que même si, en particulier sur les munitions de petit calibre, nous avons un marché mondial qui fait que nous ne sommes pas dépendants d’un fournisseur en particulier puisque nous en avons cinq ou six en moyenne, je pense que la dépense d’un peu plus de 100 millions d’euros nécessaire pour créer 150 emplois en France et être totalement indépendant serait une dépense tout à fait envisageable et nécessaire. C’est une position évidemment profondément politique de soutenir le retour à une souveraineté nationale dans ce domaine. Pour ce qui est des bombes, une affaire judiciaire est en cours donc on ne peut pas totalement se prononcer.

Mais nous regrettons avec mon collègue la perte d’un possible savoir-faire avec les difficultés de l’entreprise SAMP (sol air moyenne portée note de l’ASAF)et le montage du dossier qui certainement a posé les critères financiers trop lourds pour l’entreprise MBDA, ce qui fait que pendant deux à trois ans, nous allons là aussi devoir acheter sur l’étagère. Après, pour ce qui est des munitions de l’artillerie, là j’ai une inquiétude sur les moyens financiers alloués à la recherche et au développement, parce que les obus d’artillerie vont devenir - tout comme les bombes- de plus en plus précis dans leur guidage, de plus en plus intelligents pour employer le terme à la mode, et j’ai peur que nous prenions du retard. Et puis enfin, dans la partie missile, j’ai une inquiétude sur la montée en puissance des ASTER pour la Marine Nationale (missile de défense antiaérienne de théâtre que nous avons à notre disposition).

N’est-ce pas paradoxal que la France, souvent cataloguée comme l’un des plus gros marchands d’armes du monde, soit dans cette situation ? Comment expliquer ce décalage ?

J’explique cela par le fait que le modèle sur lequel nous fonctionnons est un modèle qui est fondé sur des exportations. Ce modèle a une faille majeure, à mon avis, qui réside dans le fait que nous ne sommes pas plus intelligents que les autres, et qu’en particulier beaucoup de pays (Turquie, pays asiatiques…) se dotent maintenant de leur propre industrie de défense. L’avantage technologique que nous avons, nous Européens, depuis la Renaissance est en train de disparaître. Et dans un monde qui s’égalise et doit redevenir multipolaire, je doute de la pérennité d’un modèle fondé sur les exportations pour nous permettre de doter nos unités et nos armées en matériel. C’est pour cela que je reviens plus sur une vision colbertiste de considérer que le pays devra faire des efforts budgétaires supplémentaires pour sa défense.


Interview du Député Nicolas DHUICQ


"

http://www.asafrance.fr/item/libre-opinion-du-depute-nicolas-dhuicq-les-reserves-de-munitions-diminuent-chez-les-militaires-francais-la-france-a-t-elle-encore-aujourd-hui-les-moyens-de-ses-ambitions.html


Intégralité du rapport parlementaire :


http://www.asafrance.fr/images/rapport_parlementaire_an_sur_la_reserve_des_munitions_de_la_defense_decembre_2015.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Claude Millet
Fondateur
avatar


MessageSujet: Re: L'Armée en manque de munitions??   Lun 11 Jan 2016 - 17:46

Citation :
"Notre outil de production a été détruit et nous sommes maintenant dépendant de marchés extérieurs"

_________________

RASURA_________SER
1er RCP - 257.174

« Il n'y a pas de sens de l'Histoire, il n'y a pas de vent de l'Histoire car ce qui fait l'Histoire, selon notre conception occidentale et chrétienne qui est vérifiée par tous les faits historiques, c'est la volonté des hommes, c'est l'intelligence des hommes, ce sont leurs passions, bonnes ou mauvaises. »Colonel Bastien THIRY procès Petit Clamart
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/intelligencearmee/
Airborn28
enregistré
enregistré
avatar


MessageSujet: Re: L'Armée en manque de munitions??   Lun 11 Jan 2016 - 18:42

Citation :
Au-delà de l’aspect sécuritaire et opérationnel, il y a aussi un enjeu : celui de la préservation de la souveraineté nationale. La France peut-elle encore se défendre toute seule ?




j'ai un doute.....
Revenir en haut Aller en bas
Marcus
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: L'Armée en manque de munitions??   Lun 11 Jan 2016 - 18:58



C'est bien pour cela que je poste ce rapport, il y en a d'autres et j'y reviendrai.

Nous avons perdu notre indépendance dans ce domaine, résultat de la casse de notre outil de défense par les différents gouvernement depuis plus de trente ans. pour que des parlementaires tire la sonnette d'alarme c'est que la situation est plus que délicate, et je pèse mes mots.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Armée en manque de munitions??   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Armée en manque de munitions??
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: ACTUALITES DIVERS :: L'ACTUALITE DU JOUR, LES BREVES-
Sauter vers: