CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 le conseil municipal de Beaucaire, dans le Gard, conduit par une majorité Front national, a voté début novembre la décision de débaptiser la rue du 19 Mars 1962, date du cessez-le-feu en Algérie.

Aller en bas 
AuteurMessage
Rivoil
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: le conseil municipal de Beaucaire, dans le Gard, conduit par une majorité Front national, a voté début novembre la décision de débaptiser la rue du 19 Mars 1962, date du cessez-le-feu en Algérie.   Dim 29 Nov 2015 - 19:07

El WATAN a écrit:
Nostalgériques

Beaucaire efface le 19 Mars 1962

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 29.11.15 | 10h00   Réagissez  

Imprimer Envoyer à un ami Flux RSS Partager


Après Béziers, dans l’Hérault, le conseil municipal de Beaucaire, dans le Gard, conduit par une majorité Front national, a voté début novembre la décision de débaptiser la rue du 19 Mars 1962, date du cessez-le-feu en Algérie.


La petite rue portera le nom de 5 Juillet 1962. Massacre d’Oran. A nos morts, occultant le jour mémorable du 19 Mars, qui sanctionna la fin à la colonisation française. Les nostalgiques de l’Algérie française, le vent en poupe électoral aidant, remettent en question sans honte ce jour historique du 19 Mars 1962, reconnu officiellement en France comme «journée du souvenir».

La plaque sera apposée ce matin, une date bien choisie par le maire, Julien Sanchez, puisque, en vertu de l’état d’urgence, toute manifestation de l’opposition est interdite. «Nous demandons que le préfet casse la délibération du conseil municipal (…) et nous réaffirmons que nous sommes totalement opposés à ce que disparaisse la mention du 19 Mars 1962 à Beaucaire ou ailleurs : cette date a été choisie par la représentation nationale (loi du 6 décembre 2012) comme la journée nationale à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc. Elle s’inscrit comme une date de paix qui doit rassembler toutes les mémoires de la guerre ayant mis fin au colonialisme en Algérie», réagit un collectif d’associations.

Contacté par nos soins, Henri Pouillot, ancien appelé, militant antiraciste et anticolonialiste, juge que l’indigne décision du maire FN n’a «rien de très étonnant, malheureusement, c’est l’un des fondements du FN, dont l’essentiel des fondateurs ont eu une part active pour défendre l’Algérie française et ont très souvent été soit membres de l’OAS, soit très proches». Selon lui, le changement de nom a pour but de «remettre en cause la date officielle de la fin de la guerre de Libération de l’Algérie contestée par l’OAS, qui a tenté de la remettre en cause en multipliant les attentats après le 19 mars».

Henri Pouillot s’inquiète par contre du silence de l’administration préfectorale «aussi bien à Béziers qu’à Beaucaire», qui a laissé  «faire de telles infâmies, remettant en cause les traditions, éléments de constitution des valeurs de notre République et ‘honorant’ des comploteurs ayant tenté de renverser militairement la République par le putsch d’avril 1961, ou aujourd’hui, ‘honorant’ les forfaits de l’OAS». Enfin, notre interlocuteur s’étonne que les plus hautes autorités de l’Etat français aient choisi de «maintenir la date du 5 décembre (sans aucune signification historique) aux nostalgiques de l’OAS », alors que le 19 Mars est désormais date officielle de commémoration.

_________________
« On peut demander beaucoup à un soldat, en particulier de mourir, c’est son métier ; on ne peut lui demander de tricher, de se dédire, de se contredire, de se renier, de se parjurer. »Commandant Hélie de Saint-Marc dernier chef de corps du 1er REP
Revenir en haut Aller en bas
 
le conseil municipal de Beaucaire, dans le Gard, conduit par une majorité Front national, a voté début novembre la décision de débaptiser la rue du 19 Mars 1962, date du cessez-le-feu en Algérie.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: NOS GUERRES COMPTEMPORAINES et les OPEX :: ALGERIE 1954 -1962-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: