CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Syrie : l'armée de l'air identifie ses cibles

Aller en bas 
AuteurMessage
Fombecto
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Syrie : l'armée de l'air identifie ses cibles    Dim 20 Sep 2015 - 23:54

Tactique
Syrie : l'armée de l'air identifie ses cibles
Par Christophe Forcari — 18 septembre 2015 à 17:01




Un pilote français descend de son Rafale sur la base d'Al-Dhafra, aux Emirats arabes unis, le 19 octobre 2014. Photo transmise par l'armée française. Photo handout. AFP



Les vols de reconnaissance ont permis de dresser une liste d'éventuels objectifs. Les centres de formation pour jihadistes, y compris étrangers, seraient dans la ligne de mire.




  • Syrie : l'armée de l'air identifie ses cibles

Dix jours après l’annonce par le président de la République de sa décision de lancer des vols de reconnaissance au-dessus des zones contrôlées par Daech en Syrie, l’armée de l’air française a effectué six missions qui devraient déboucher prochainement sur des frappes aériennes. Avec ces vols, la France dispose désormais «de beaucoup d’éléments» prouvant que l’Etat islamique «dispose de centres de formation de combattants étrangers», y compris français, en Syrie, a confirmé le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, vendredi dans une interview au Monde.
Des écoles à futurs jihadistes qui pourraient constituer des cibles potentielles de l’aviation française. Pour le moment, les militaires français nourrissent «des dossiers d’objectifs» sur la base des informations recueillies par ces vols de reconnaissance. Aux responsables politiques ensuite de désigner celles qui figureront dans la liste prioritaire des frappes des Rafale ou des Mirage stationnés dans la région.

Emirats arabes unis

La stratégie française en Syrie obéit à une ligne claire : stopper la progression des extrémistes islamistes par des interventions aériennes. Pour y parvenir, les états-majors poursuivent deux objectifs. Le premier consiste à détruire tout ce qui concoure à la mobilité des troupes de Daech au sol : relais de communication, dépôts logistiques d’armes et de carburants et surtout centres de commandement.
Les français veulent d’abord les figer là où ils se trouvent avant d’envisager «une neutralisation» complète des combattants par d’autres frappes. «Nous ne sommes plus dans la logique de se taper un pick-up pour fournir une jolie vidéo aux médias», expliquent, au sol, les responsables de l’armée de l’air.
Deuxième objectif : pratiquer une défense de l’avant. «Tous ceux qui menacent la France seront visés», a ainsi réaffirmé le locataire de l’hôtel de Brienne. Sans exclure que des ressortissants hexagonaux partis rejoindre les rangs du jihad puissent figurer aux nombres des victimes.
Depuis le déclenchement de l’opération «Chammal» en Irak, il y a tout juste un an, les forces aériennes françaises ont opéré 1 136 missions au-dessus de l’ancien pays de Saddam Hussein. Pour agir maintenant dans le ciel syrien, l’état du déploiement aérien français ne varie pas. Les cocardes tricolores reposent sur le tarmac d’une base aérienne aux Emirats arabes unis avec six Rafale équipés pour la reconnaissance et, si besoin, pour effectuer des frappes au sol dites «d’opportunités». Le royaume jordanien accueille, lui, six Mirage, un Awacs (détection radar) et un Bréguet atlantique 2, sorte de tour de contrôle aérienne volante.
Christophe Forcari

_________________
« A la Grèce, nous devons surtout notre raison logique. A Rome, nos maximes de droit et de gouvernement. Mais à l'Evangile nous devons notre idée même de l'homme. Si nous renions l'Evangile, nous sommes perdus. » Maréchal de Lattre de Tassigny (mort le 11 janvier 1952).
Revenir en haut Aller en bas
 
Syrie : l'armée de l'air identifie ses cibles
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: NOS GUERRES COMPTEMPORAINES et les OPEX :: OPEX 1962 à ce jour :: SYRIE - IRAK-
Sauter vers: