CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L’armée de terre au cœur des opérations aéroportées - Journal de l'Aviation

Aller en bas 
AuteurMessage
Fombecto
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: L’armée de terre au cœur des opérations aéroportées - Journal de l'Aviation   Jeu 23 Avr 2015 - 19:26

L’armée de terre au cœur des opérations aéroportées

+


Votez
Article publié il y a 9 heures | Helen Chachaty à N’Djaména

© Ministère de la Défense
Dans la nuit du 7 avril, dans le nord Niger, quelque 90 parachutistes du 2ème REP (Régiment étranger de parachutistes) sautent depuis deux C-130 Hercules de l’armée de l’air française au-dessus de la passe de Salvador, proche de la frontière libyenne. L’opération de « reconnaissance offensive » Kunama 2 est un succès : l’armée française détruit des plots logistiques, trois individus sont appréhendés par les forces nigériennes envoyées sur place avec un convoi terrestre français le lendemain depuis Madama.

Aux côtés des parachutistes, ce sont également des vivres et du matériel qui sont largués depuis la soute des Hercules. Le tout sous l’étroite surveillance des drones de l’escadron 1/33 « Belfort », qui met en œuvre deux Harfang et deux MQ-9 Reaper dans la bande sahélo-saharienne.

Avant le décollage des Hercules depuis la BA 172 de Kosseï, à N’Djaména, c’est le 1er RTP (régiment
du train parachutiste) qui s’est assuré du bon déroulement du largage des palettes et des personnels au-dessus du désert. Comme l'explique le chef du Détachement du transit interarmées (DETIA), « l'unité est vraiment un mélange armée de l'air/armée de terre ». Si les aviateurs ont l'expertise nécessaire pour faire voler les avions, les personnels du 1er RTP sont eux des « techniciens » de la préparation des palettes, du largage et de la mise à terre. Ils sont « l'interface privilégiée entre l'armée de l'air et les formations bénéficiaires », spécialistes de l'appui projection et du soutien par voie aérienne. Leurs trois missions principales : l'aérotransport, l'aéroportage et l'aérolargage, toujours en étroite collaboration avec les personnels de l'armée de l'air.

Autant d'opérations qui respectent un cahier des charges précis, lié aux contraintes inhérentes au largage de matériel, comme l'explique le lieutenant en charge du DETIA : « Il y a toute une méthode de préparation pour que la charge sorte à plat de l'avion et ne soit pas cassée. Ce n'est pas juste une
palette avec une charge dessus, tout est millimétré. » De la façon de placer les éléments sur la palette, au carton placé sous le fret pour amortir la chute, en passant par les différents parachutes, tout est réfléchi dans les moindres détails. Jusqu'aux fils qui retiennent le matériel sur les palettes et qui existent en plusieurs résistances, « pour que la cinématique de l'ouverture du parachute soit correcte et n'endommage pas le matériel ». Et le plus important, le centrage de la palette, afin d'éviter tout retournement lors de la chute.

Pour la préparation d'une opération aéroportée telle qu'elle a été réalisée au début du mois, plusieurs
heures sont nécessaires. Il a ainsi fallu quatre heures aux personnels du 1er RTP pour le conditionnement des cinq tonnes de fret qui ont été larguées, plus une heure pour la préparation de la
soute. Sans compter les briefings de coordination avec l'armée de l'air. Pour l'opération de largage des parachutistes, il a également fallu compter deux heures pour aménager la soute et étudier le placement des parachutistes et le fractionnement, car « on ne met pas les gens à la queue leu leu n'importe comment ».

Ce type d'opération aéroportée des forces conventionnelles n'avait pas eu lieu depuis le 28 janvier 2013, au tout début de l'opération Serval, lorsque des parachutistes avaient sauté au-dessus de Tombouctou. Un mode d'action finalement peu utilisé, alors qu'il présente l'avantage de la discrétion, de l'effet de surprise et de la rapidité. Un point de vue partagé par le chef du DETIA :« Tout est rapide, tout est fluide, il n'y a pas d'encombrement avec des véhicules, puisque la logistique est opérée par les avions ». L'état-major des armées annonçait d'ailleurs la semaine dernière que les opérations aéroportées avec des moyens limités pourraient devenir « de moins en moins rare ».

_________________
« A la Grèce, nous devons surtout notre raison logique. A Rome, nos maximes de droit et de gouvernement. Mais à l'Evangile nous devons notre idée même de l'homme. Si nous renions l'Evangile, nous sommes perdus. » Maréchal de Lattre de Tassigny (mort le 11 janvier 1952).
Revenir en haut Aller en bas
Pérignon
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: L’armée de terre au cœur des opérations aéroportées - Journal de l'Aviation   Ven 24 Avr 2015 - 11:51

Citation :

Dans la nuit du 7 avril, dans le nord Niger, quelque 90 parachutistes du 2ème REP (Régiment étranger de parachutistes) sautent depuis deux C-130 Hercules de l’armée de l’air française au-dessus de la passe de Salvador, proche de la frontière libyenne....

...Avant le décollage des Hercules depuis la BA 172 de Kosseï, à N’Djaména, c’est le 1er RTP (régiment du train parachutiste) qui s’est assuré du bon déroulement du largage des palettes et des personnels au-dessus du désert....  
Autant d'opérations qui respectent un cahier des charges précis, lié aux contraintes inhérentes au largage de matériel, comme l'explique le lieutenant en charge du DETIA : « Il y a toute une méthode de préparation pour que la charge sorte à plat de l'avion et ne soit pas cassée. Ce n'est pas juste une palette avec une charge dessus, tout est millimétré. » De la façon de placer les éléments sur la palette, au carton placé sous le fret pour amortir la chute, en passant par les différents parachutes, tout est réfléchi dans les moindres détails. Jusqu'aux fils qui retiennent le matériel sur les palettes et qui existent en plusieurs résistances, « pour que la cinématique de l'ouverture du parachute soit correcte et n'endommage pas le matériel ». Et le plus important, le centrage de la palette, afin d'éviter tout retournement lors de la chute.

Une vidéo sur la préparation des colis et palettes par les soldats du 1er RTP :

https://www.facebook.com/armeefrancaise/videos/vb.290726467639752/846009978778062/?type=2&theater

Nota : Un fil avait déjà été ouvert sur cette OAP ici :

http://www.chemin-de-memoire-parachutistes.org/t16748-la-force-barkhane-a-mene-une-operation-aeroportee-dans-le-nord-du-niger?highlight=barkhane
Revenir en haut Aller en bas
 
L’armée de terre au cœur des opérations aéroportées - Journal de l'Aviation
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: NOS GUERRES COMPTEMPORAINES et les OPEX :: OPEX 1962 à ce jour :: BARKHANE Sahel: Mauritanie, Mali, Burkina-Faso, Niger et Tchad-
Sauter vers: