CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Ces pauvres gens qui venaient de traverser la Méditérannée "JETEZ LES A LA MER"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rivoil
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Ces pauvres gens qui venaient de traverser la Méditérannée "JETEZ LES A LA MER"   Mar 21 Avr 2015 - 21:06

Les médias nous entraînent à pleurnicher pour de pauvres immigrés qui fuient leur pays pour cause guerre ou de famine et qui se noient régulièrement en méditerranée. C'est malheureux, mais ne devrait-on pas les empêcher de partir en redonnant à ces pays les moyens de survivre. Stoppé par la volonté d'être indépendant....! C'est un travail à long-terme...
Mais dans l'urgence, en organisant une surveillance des cotes les empêchant de partir au lieu d'essayer de les sauver.

Je me souviens en 1962 d'une parole immonde du Maire de Marseille Gaston Defferre, lorsque les pieds-noirs, nos compatriote d'Algérie affluaient chez eux( la valise ou le cercueil):


"JETEZ LES A LA MER"!!!!!!!!!

_________________
« On peut demander beaucoup à un soldat, en particulier de mourir, c’est son métier ; on ne peut lui demander de tricher, de se dédire, de se contredire, de se renier, de se parjurer. »Commandant Hélie de Saint-Marc dernier chef de corps du 1er REP
Revenir en haut Aller en bas
jacky alaux
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: Ces pauvres gens qui venaient de traverser la Méditérannée "JETEZ LES A LA MER"   Mar 21 Avr 2015 - 21:28

RIVOIL a écrit:
Je me souviens en 1962 d'une parole immonde du Maire de Marseille Gaston Defferre, lorsque les pieds-noirs, nos compatriote d'Algérie affluaient chez eux( la valise ou le cercueil):

"JETEZ LES A LA MER"!!!!!!!!!


OUI, Mon frère. Qu'ils aillent se recycler ailleurs C'était écrit sur des banderoles géantes en 62. Tel était l'accueil des Marseillais aux malheureux Français d'Algérie ainsi qu'aux Harkis lâchement abandonnés.... Ils avaient oublié que ces même rapatriés avaient libérer Marseille du joug Nazi en 45. Quant aux réfugiés africains qui envahissent l'Europe, n'est ce pas à tout ces chialeux de prendre chez eux ces futures " bons " émigrés Afro-Musulmans ?
Revenir en haut Aller en bas
Kéo
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Encore jetés à la mer...   Mer 22 Avr 2015 - 10:18


Réinformation TV a écrit:
Migrants : des chrétiens jetés à la mer par des musulmans
18 avril 2015 16 h 00 min·

 
Quinze migrants musulmans sont accusés d’avoir jeté des chrétiens à la mer après une rixe sur un bateau les transportant depuis la Libye. Arrêtés jeudi à leur arrivée en Sicile, ils sont maintenus en détention.
 
L’enquête sur le drame qui a coûté la vie à douze réfugiés chrétiens, jetés à la mer au motif de leur religion, a été ouverte par le parquet de Palerme. « L’enquête est encore au début. Nous avons encore beaucoup à travailler pour reconstruire exactement comment se sont déroulées les choses », explique à La Repubblica le procureur général de Palerme, Francesco Lo Voi, qui juge cet affrontement religieux « véritablement déroutant ». « Ce drame jette un nouvel éclairage sur ces phénomènes aussi parce que c’est la première fois que ça arrive », affirme-t-il…
 
Des migrants jetés à la mer par des musulmans
 
Mais les éclairages peuvent être plus ou moins lumineux. Ainsi, le directeur général de la Fondation Migrantes, Mgr Giancarlo Perego, évoque-t-il une « tragédie dans la tragédie ». « Nous sommes devant un drame qui résulte par-dessus tout du désespoir », affirme-t-il. Avant d’ajouter : « Dans ces bateaux ces pauvres gens, malheureusement, apportent, parfois, avec eux également les divisions et les misères présentes dans leurs pays. »
 
Mais quand le cardinal Antonio Maria Veglio, président du Conseil pontifical pour la pastorale des migrants, s’exprime, cela devient heureusement un peu plus net. Il dénonce en effet « acte à condamner de manière absolue ». Avant d’ajouter : « Lorsque meurent des chrétiens, l’Europe donne l’impression d’être un peu fatiguée. »
 
« Je me souviens, continue le cardinal, que, lorsqu’il y a eu la tuerie à Charlie Hebdo, on a fait une grande manifestation à Paris avec un million de personnes, avec des chefs de gouvernement au premier rang. Cependant, lorsqu’il s’agit de chrétiens, on en parle plus ou moins. »
 
Parce que chrétiens
 
Voilà, au moins, qui est parler clair – même si le cardinal a manifestement été trompé sur le chiffre des manifestants à Paris.
 
Evoquant le drame, la police évoque un motif très clair qui est « la profession de foi chrétienne des victimes, au contraire de la foi musulmane des agresseurs ». Ceux-ci sont d’ailleurs poursuivis pour « homicide aggravé par la haine religieuse ». On notera que pas plus les autorités policières que les autorités judiciaires n’évoquent des extrémistes, mais simplement la « foi musulmane des agresseurs ».
 
Procès à suivre…
 
François le Luc
Revenir en haut Aller en bas
Fombecto
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Méditerranée : l’aveuglement criminel de l’Union européenne    Mer 22 Avr 2015 - 10:48

Bd Voltaire a écrit:
Méditerranée : l’aveuglement criminel de l’Union européenne

Ceux de nos gouvernants européens qui entendent maintenir un espace de libre circulation qui a largement fait la preuve de son inefficacité à ses frontières, se rendent complices de la catastrophe humanitaire qui s’amplifie chaque jour.

Karim Ouchikh
Avocat au barreau de Paris
Président du SIEL, Administrateur national du RBM
Combattre la christianophobie d’ÉtatRésister pour les chrétiens d’OrientFrance : pourquoi tant de haine à l’égard de la Russie ?


Sommes-nous condamnés à assister, impuissants, à la multiplication de ces naufrages en Méditerranée où tant de malheureux, venus rejoindre en masse les côtes de l’eldorado européen, perdent la vie quotidiennement ? Non, si les États de notre continent se donnent enfin les moyens d’enrayer avec discernement un phénomène migratoire inédit par son ampleur et sa durée.
Des causes ordinaires qui expliquent ce vaste mouvement de populations, certaines ne pourront guère être réglées avant de très nombreuses années. Qu’il s’agisse de l’explosion démographique qui, de l’Afrique singulièrement, pousse au départ ceux qui sont en quête d’un avenir meilleur ou de l’incapacité chronique des États d’origine à jeter les base d’un développement durable – en raison de l’incurie endémique des élites locales, de l’instabilité politico-militaire ou des désordres économiques qui les frappent perpétuellement -, force est de constater la faible capacité opérationnelle des nations européennes, dans leur volonté affichée de maîtriser les flux migratoires, à peser à court terme sur le devenir des pays d’émigration. En ce domaine, les marges de manœuvre ne sont cependant pas totalement inexistantes, pour peu que soient évitées les aventures diplomatico-militaires (comme celle qui a conduit naguère, sous le double pilotage funeste de Nicolas Sarkozy et de Bernard-Henri Lévy, à déstabiliser le verrou libyen) et que soient encouragées des politiques de stabilisation économique qui feraient la part belle aux partenariats locaux avec pour objectif premier de fixer durablement les populations pauvres dans leurs territoires d’origine.
La solution immédiate est ailleurs. Comment ne pas voir que l’Union européenne se présente désormais, aux yeux de tous les infortunés de la terre qui aspirent à s’y installer, sous les traits d’un formidable pays de cocagne aux capacités de séduction irrésistibles : liberté d’y circuler sans entrave et d’y faire venir patiemment les membres de sa famille ; garantie d’un confort de vie minimum grâce à la générosité sans limite des États-providence ; liberté d’y pratiquer sa religion et d’y importer ses modes de vie sans avoir à observer les us et coutumes locaux…Davantage encore que les filières de passeurs ou les insuffisances prêtées à l’agence européenne Frontex, trop facilement stigmatisées, c’est bien l’espace Schengen qui, dans son essence même, pose véritablement problème : grâce aux moyens de communication modernes, nul n’ignore désormais, dans les contrées subsahariennes comme dans les pays bordant le sud de la Méditerranée, que cet espace géographique culturellement vulnérable, aux frontières extérieures faiblement protégées, offre à tout migrant clandestin qui parvient à s’y introduire une liberté de circulation quasi totale sur l’immense territoire des 26 pays européens qui le composent. Obscur laboratoire d’une politique qui œuvre sourdement au changement des peuples européens, cet espace institutionnel fonctionne mécaniquement comme un appel d’air permanent…
Ceux de nos gouvernants européens qui entendent maintenir, pour de sombres motifs idéologiques, un espace de libre circulation qui a largement fait la preuve de son inefficacité à ses frontières, se rendent en réalité complices de la catastrophe humanitaire qui s’amplifie chaque jour en mer Méditerranée. Pour échapper à pareilles hécatombes, il s’agit donc moins de renforcer à l’infini les moyens matériels alloués à l’agence Frontex (toujours plus de navires ou de matériels de surveillance) dans une folle surenchère qui ne découragerait en rien l’immigration clandestine que de démanteler méthodiquement l’espace Schengen en restituant aux États la maîtrise entière de leur souveraineté territoriale. Depuis qu’elle s’applique à n’autoriser aucun clandestin à mettre le pied sur son sol, l’Australie a su ainsi se protéger efficacement en endiguant définitivement le flot de migrants qui l’assaillait par le passé : les clandestins interpellés à bord de navires arraisonnés dans ses eaux territoriales sont aussitôt renvoyés vers les pays de transit ou placés dans des camps de rétention au Cambodge ou dans certaines îles du Pacifique, en vertu d’accords signés avec les États d’accueil concernés. Grâce à cette politique dissuasive appliquée fermement depuis 2013, sans jamais céder aux remontrances des associations dites humanitaires, plus aucune embarcation n’a chaviré ces derniers mois au large des côtes australiennes, faute de candidats à l’immigration vers cette terre océanienne devenue soudainement inhospitalière.
Karim Ouchikh

_________________
« A la Grèce, nous devons surtout notre raison logique. A Rome, nos maximes de droit et de gouvernement. Mais à l'Evangile nous devons notre idée même de l'homme. Si nous renions l'Evangile, nous sommes perdus. » Maréchal de Lattre de Tassigny (mort le 11 janvier 1952).
Revenir en haut Aller en bas
battement zéro
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: route la plus mortelle du monde    Mer 22 Avr 2015 - 10:59

Et aussi ne pas oublier...


KEO a écrit:
La Méditerranée a de nouveaux terroristes-pirates : l’Etat Islamique
24 mars 2015 12 h 35 min·

 
En décembre, on qualifiait la mer Méditerrannée de « route la plus mortelle du monde », 3 419 migrants, au moins, y ayant perdu la vie – et l’année 2014 a battu tous les records. Mais bientôt, il n’y aura pas seulement des migrants à y trouver la mort, dans leur tentative désespérée de fuir des contrées dévastées, mais aussi des forces de sécurité, des pêcheurs, des plaisanciers… en bref, des « occidentaux ». L’État Islamique veut y jeter ses colonnes djihadistes désormais pirates – et ce ne sera pas pour jouer.
 
Telle n’a pas été la réflexion officielle du sommet franco-italien qui s’est tenu à Caen, le 21 mars, en présence de Laurent Fabius, Jean-Yves Le Drian et de leurs homologues italiens. Parmi leurs dossiers d’actualité internationale, la lutte contre le terrorisme y avait bien sa place. Mais sur cet épineux sujet du potentiel explosif de la Méditerranée, ils ont pris soin de ne pas trop communiquer.
 
« Nous jurons de remplir [la Méditerranée] avec votre sang »
 
Pourtant le chef des bourreaux des 21 coptes égyptiens massacrés à la mi-février en Lybie, les avait avertis avec ses mots à lui : « Cette mer dans laquelle vous avez jeté le corps de cheikh Oussama ben Laden, nous jurons de la remplir avec votre sang ». Et plus loin : « Nous allons conquérir Rome par la volonté d’Allah ». A ce même moment, le quotidien Il Messagero avait évoqué des conversations interceptées par les service de sécurité italien dans lesquelles les djihadistes envisageaient de se servir de 500.000 migrants comme une « arme psychologique » contre l’Europe en cas d’intervention militaire en Libye…
 
Volonté d’expansion, menace accrue de terrorisme. Et pas un un mot de ces deux pays clairement désignés comme cibles. Pourtant, la Méditerranée est réellement en passe de devenir le théâtre d’actions terroristes nouvelles et plurielles, contre le trafic maritime mais aussi, potentiellement contre des îles et des côtes. Une nouvelle piraterie au goût de djihad, avec des hommes équipés, armés, entraînés et mus par un autre idéal que celui de l’argent. Et aussi, d’autres égards, un retour deux siècles en arrière.
 
Les nouveaux pirates de l’État Islamique
 
L’ancien Commandant suprême des forces alliées en Europe (SACEUR), l’amiral américain James Stavridis, a, lui, osé le dire tout haut : « Les côtes italiennes, les rivages européens les plus proches de la Libye, vont devenir des endroits à haut risque ». Et le contre-amiral britannique Chris Parry ne l’a pas démenti : « Si j’avais un yacht et l’intention de naviguer cet été en Méditerranée, je serais inquiet pour ma sécurité »…
 
Le coordinateur de l’UE pour la lutte contre le terrorisme, Gilles de Kerchove, a confirmé ces craintes en appelant, vendredi, l’agence européenne de contrôle des frontières Frontex, à la vigilance face au risque d’infiltration en Europe de djihadistes se faisant passer pour des réfugiés. Mais son manque de moyens est cruel. L’opération Triton qu’elle dirige et qui a pris la suite de l’opération Mare Nostrum menée par l’Italie pendant plus d’un an, n’a qu’un budget de 18 millions d’euros, avec seulement 2 avions, 1 hélicoptère et 9 navires, dont 2 patrouilleurs de haute mer.
 
Et qui peut « repérer » des djihadistes potentiels dans cette marée humaine miséreuse qui franchit mécaniquement les portes de l’Europe ?!
 
Les incidents en mer ont, en tous les cas, déjà commencé – la marine égyptienne a perdu un navire en novembre dernier. Et plus l’État Islamique emportera de villes portuaires, en particulier en Lybie, plus il pourra envoyer ses « speedboats » sur cette mer qu’il voudrait sienne. De son côté, l’Italie a décidé de renforcer ses moyens militaires en Méditerranée, pour protéger « les lignes de communication, la marine marchande et les plateformes offshore » et exercer une surveillance « accrue de l’activité djihadiste ».
 
L’Europe aime ses terroristes ?
 
Reste que la politique européenne est tout à la fois celle de l’autruche et du schizophrène. Et c’est la raison pour laquelle nos politiques ne s’étendent pas sur le sujet. L’Europe fait semblant de se battre contre le fruit de toute sa politique internationale menée jusque-là, par son incitation active à l’immigration. Aidant le bras américain à jeter le feu au Proche-Orient, favorisant des Printemps arabes qui n’en ont que le nom, ils voient nécessairement arriver les fuyards démunis… et leurs frontières restent volontairement ouvertes. L’agence Frontex, que la Ligue belge des droits de l’homme décrit avec un ridicule consommé comme une « véritable armée au service de la politique migratoire d’une Europe forteresse » n’est qu’un miroir aux alouettes qui ne doit tromper personne.

source Bd Voltaire
« Nous jurons de remplir la Méditerranée avec votre sang »

lien CMP

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Camp d'Idron
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Empêchons-les d’arriver sur nos côtes !    Mer 22 Avr 2015 - 11:41

Rivoil a écrit:
Mais dans l'urgence, en organisant une surveillance des cotes les empêchant de partir au lieu d'essayer de les sauver.

Bravo Rivoil

bd voltaire a écrit:
Empêchons-les d’arriver sur nos côtes !



Non, M.Hollande, la France et l'Europe ne peuvent plus accueillir toute la misère d'Afrique et du Moyen-Orient.

Floris de Bonneville
Journaliste
Ancien directeur des rédactions de l’Agence Gamma

Le minaret, oui. La Vierge Marie, non.L’islam, c’est la France ?« L’extrême droite ne mérite pas la France ». Et vous, M. Valls ?


Non, M. Hollande, non MM. de Bruxelles, vous avez tout faux ! Rien ne sert d’accuser les passeurs et autres négociants en chair fraîche d’être des terroristes. Ils le sont, bien sûr. Mais par la faute de qui ? Par votre faute, par la faute de politiciens qui ne savent même plus ce que signifie le mot politique. Par la faute d’un laxisme épouvantable qui déverse sur nos côtes d’Europe, et principalement italiennes, des dizaines et prochainement des centaines de milliers de pauvres hères parmi lesquels les terroristes islamistes auront glissé quelques-uns des leurs prêts à tout.
Non, M.Hollande, la France et l’Europe ne peuvent plus accueillir toute la misère d’Afrique et du Moyen-Orient. Avec nos millions de chômeurs, un déficit colossal et 8 millions de pauvres, la France se doit de livrer une nouvelle bataille : celle de limiter les dégâts de cette invasion digne de ce qu’avait pu imaginer, il y a 40 ans, Jean Raspail. Avec ou sans l’aide de Frontex et de l’Europe. 

Si nous continuons à nous lamenter devant ces terribles images de rafiots dégoulinant de corps brûlés par la mer et le soleil dont plusieurs milliers n’arriveront jamais au bout de leur course infamante, nous signons non pas notre arrêt de mort, certes, mais celui de nos enfants et petits-enfants ou, en tout cas, un bouleversement culturel tel que la planète n’a encore jamais connu. Si, peut-être : lorsque les Indiens d’Amérique du Nord ou du Sud furent décimés par les colons européens.

 Mais nos gouvernements souhaitent-ils vraiment ce scénario catastrophe ? Allons-nous laisser nos écrans nous dégoûter de ces terribles images de pauvres jeunes gens venus tenter, au prix de leur vie, l’aventure d’un eldorado qui n’existe pas ?
Si rien n’est fait dans les semaines à venir, ce sera le début de la fin d’une ère à peu près tranquille. D’abord, pour ces centaines de milliers d’hommes ou de garçons pour qui la vie va être un enfer qui ne leur a jamais été décrit. Puis pour nous qui allons devoir subir ce débordement de population qui va petit à petit tuer notre culture, notre religion, notre mode de vie. Des clandestins devenus sans-papiers qu’il faudra soigner, héberger, nourrir, et qui se révolteront contre nous qui ne leur donnons pas assez. Des chômeurs qui s’additionneront aux nôtres.
Alors ayons le courage de défier les sentiments forcément charitables du Saint-Père, et obligeons nos hommes politiques à adapter la seule politique, salvatrice pour ces migrants condamnés à une vie peu enviable voire à une mort anonyme, et pour nous, ceux auprès desquels ils croyaient changer leur vie.

 Cette politique, c’est de dégoûter ces candidats à l’immigration clandestine en inondant l’Afrique de messages décrivant l’horreur d’une traversée à haut risque, et l’impossibilité de trouver du travail en Europe. Leur annonçant que, clandestins, ils n’auront droit à aucune assurance, aucune aide financière ni médicale.
Et dans l’immédiat, c’est de créer un véritable barrage maritime à proximité des côtes libyennes pour refouler les embarcations vers la Libye après leur arraisonnement et l’arrestation des terroristes passeurs. L’Europe a suffisamment de navires pour créer cette ceinture flottante. Quitte à donner quelques centaines d’euros à chacun de ces migrants pour qu’ils retournent dans leur village. Mais il faudra des années à Bruxelles pour décider d’un plan d’urgence. 

La France pourra-t-elle compter sur une décision présidentielle pour la mise en œuvre d’un plan d’action dont l’urgence est absolue ? J’en doute, alors attendons-nous à ce que chaque jour, en plus de ces drames humains, débarquent de plus en plus de miséreux… et d’islamistes.
Floris de Bonneville


_________________
       
  601° GIA                          602° GIA

« La France n’est plus que silence. Elle est perdue quelque part dans la nuit, tous feux éteints, comme un navire. Sa conscience et sa vie spirituelle se sont ramassées dans son  épaisseur » (Antoine de Saint-Exupéry)
Revenir en haut Aller en bas
jacky alaux
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: Ces pauvres gens qui venaient de traverser la Méditérannée "JETEZ LES A LA MER"   Mer 22 Avr 2015 - 14:45

 En fait, la solution devrait être simple.
Accueillons les réfugiés CHRÉTIENS qui ont assez souffert de l'Islam. Eux, s’intégreront sans problème. Quant aux MUSLIMS... Qu'ils aillent se recycler chez leurs frères, Tunisiens, Algériens et autres pays arabes. Il y a une bonne dizaine de ces bons pays musulmans qui devraient se faire un plaisir de les accueillir...
Avez vous pensé un seul instant...Que ces " pauvres réfugiés musulmans " que l'Europe chrétienne s’apprête a accueillir, ont jetés à la Mer, les Chrétiens qui étaient dans les mêmes rafiots qu'eux ?
Revenir en haut Aller en bas
FOUQUET66
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: Ces pauvres gens qui venaient de traverser la Méditérannée "JETEZ LES A LA MER"   Jeu 23 Avr 2015 - 14:31

jacky alaux a écrit:
 En fait, la solution devrait être simple.
Accueillons les réfugiés CHRÉTIENS qui ont assez souffert de l'Islam. Eux, s’intégreront sans problème. Quant aux MUSLIMS... Qu'ils aillent se recycler chez leurs frères, Tunisiens, Algériens et autres pays arabes. Il y a une bonne dizaine de ces bons pays musulmans qui devraient se faire un plaisir de les accueillir...
Avez vous pensé un seul instant...Que ces " pauvres réfugiés musulmans " que l'Europe chrétienne s’apprête a accueillir, ont jetés à la Mer, les Chrétiens qui étaient dans les mêmes rafiots qu'eux ?

Que rajouter de plus aux propos de Jacky?
Entre les médias et la gauche "bien-pensante" qui n'arrêtent pas de pleurer sur ces pauvres immigrés qui fuient leur pays pour cause guerre ou de famine ,nous ne sommes pas sortis de l'auberge!
Quittons l’espace Schengen et reprenons le contrôle de nos frontières. Faisons comme les Australiens, ou comme le dit notre camarade Rivoil : empêchons les de partir en organisant une surveillance des côtes au lieu d'essayer de les sauver.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.legionetrangere.fr/
ROUGE1
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Ces pauvres gens qui venaient de traverser la Méditérannée "JETEZ LES A LA MER"   Jeu 23 Avr 2015 - 18:48

Fouquet66 a écrit:
Faisons comme les Australiens, ou comme le dit notre camarade Rivoil : empêchons les de partir en organisant une surveillance des côtes au lieu d'essayer de les sauver.
Revenir en haut Aller en bas
Eric Decroix
enregistré
enregistré
avatar


MessageSujet: Migrants en Méditerranée: l’option militaire n’en est pas une, dit l’amiral français Coldefy   Jeu 23 Avr 2015 - 19:00

45e nord;ca a écrit:

Migrants en Méditerranée: l’option militaire n’en est pas une, dit l’amiral français Coldefy
0
par AFP le 22 avril 2015 à 16:01 Europe Monde

Arrivée le 20 avril 2015 dans le port de Catane des survivants du naufrage en Méditerranée (Alberto Pizzoli/AFP)
Même si les appels en faveur d’une intervention musclée pour lutter contre les passeurs de clandestins en Méditerranée se multiplient, l’emploi de la force est illusoire et impossible en la matière, assurent des experts.
Mercredi, à la veille d’un Conseil européen extraordinaire convoqué en urgence à Bruxelles après des naufrages meurtriers de bateaux de migrants, des responsables italiens ont réitéré leur désir de voir l’UE « combattre les marchands d’esclaves du XXIe siècle ». Et mardi le Premier ministre britannique David Cameron avait dit vouloir empêcher les migrants de prendre la mer.
L’amiral français à la retraite Alain Coldefy, ancien inspecteur général de l’armée française, alors qu’il était de passage en avril 2013 au New Westminster College, en Colombie-Britannique (New Westminster College)« Il faut le dire clairement », assure à l’AFP l’ex-amiral français Alain Coldefy, « cette question est totalement insoluble en termes militaires. Des responsables politiques m’ont plusieurs fois posé la question de ce qu’on pouvait faire pour endiguer ce trafic par la force, et la réponse est simple : rien ».
« Une fois que ces bateaux chargés de migrants ont quitté les eaux libyennes, on ne peut qu’appliquer les règlementations internationales, c’est-à-dire porter secours aux personnes en danger », ajoute l’ex-officier, ancien inspecteur général de l’armée française. « Comment voulez-vous empêcher ces embarcations de prendre la mer : en leur tirant dessus ? Les marines de guerre ne sont absolument pas faites et équipées pour ce genre d’opération ».
« Ce qu’on sait faire, c’est prendre le contrôle de grosses unités, de paquebots ou de cargos : on descend des forces spéciales depuis des hélicos, ils s’emparent de la passerelle et du navire », ajoute-t-il. « Mais avec ce genre de bateau bourré de clandestins en panique, c’est impossible ».
Le ministre italien de l’Intérieur Angelino Alfano a également suggéré, pour « lutter contre les marchands de mort », de « couler leurs bateaux avant qu’ils ne prennent la mer ».
Pour l’auteur britannique Matt Carr, auteur du livre « Fortress Europe, dispatches from a gated continent » (non traduit), « l’idée de détruire tous les bateaux sur la côte libyenne n’a tout simplement aucun sens. Comment faire la différence entre un bon et un mauvais bateau ? Et les simples pêcheurs qui ne cherchent qu’à gagner leur vie ?
« Se focaliser sur les passeurs est une façon trompeuse et hypocrite d’envisager le problème », ajoute-t-il. « C’est un à-côté. Cela permet à l’Europe d’éviter de voir que les trafiquants n’existent que pour aider les candidats à l’immigration à contourner les restrictions que l’Europe a mise en place ».
Poser des mines ?
Quant à établir un blocus maritime des côtes libyennes ou à en contrôler les ports, cela équivaudrait à une entrée en guerre, inenvisageable sans une résolution des Nations Unies.
« Prendre le contrôle des ports libyens, cela voudrait dire une opération internationale, une décision de l’ONU et là à coup sûr pour commencer la Russie y mettrait son véto », précise Alain Coldefy. « On les a un peu blousés en 2011 (lors de l’opération internationale qui a abouti à la chute de Mouammar Khadafi), cette fois ce sera le veto tout de suite ».
D’autant plus, confie à l’AFP Kader Abderrahim, chercheur-associé à l’Institut de recherches internationales et stratégiques (Iris), spécialiste de la région, que « c’est un pays avec deux gouvernements, deux Parlements, plus de 150 milices, 60.000 hommes armés au bas mot. On se retrouverait comme des pigeons dans un champ de foire. Intervenir, ça veut dire quoi ? Avec quel objectif ? »
« La solution ne pourra en aucun cas être militaire », ajoute-t-il. « Faire un blocus ? Mettre cinq mille bateaux en Méditerranée, poser des mines comme pendant la dernière guerre ? C’est absolument incontrôlable. Il faut s’attaquer à la cause du problème, pas à sa c.nséquence (…) Ceux qui sont déterminés à venir trouveront toujours des points d’entrée. Ça rapporte tellement d’argent que les trafiquants seront toujours très créatifs en la matière. Il est impossible de tarir cette source par la force ».
« Tout ce qu’on peut faire », conclut l’ex-amiral Coldefy, « c’est tenter de repêcher les gens qui tombent à l’eau. L’Europe n’aura jamais aucun moyen de les empêcher d’arriver, sauf à trouver un moyen de les convaincre de rester chez eux ».
Ce brave amiral n'a aucune capacité à s'adapter et pourtant c'est un amiral français...
« La solution ne pourra en aucun cas être militaire », ajoute-t-il. « Faire un blocus ? Mettre cinq mille bateaux en Méditerranée, poser des mines comme pendant la dernière guerre ? C’est absolument incontrôlable. Il faut s’attaquer à la cause du problème, pas à sa c.nséquence (…) Ceux qui sont déterminés à venir trouveront toujours des points d’entrée. Ça rapporte tellement d’argent que les trafiquants seront toujours très créatifs en la matière. Il est impossible de tarir cette source par la force ».
« Tout ce qu’on peut faire », conclut l’ex-amiral Coldefy, « c’est tenter de repêcher les gens qui tombent à l’eau. L’Europe n’aura jamais aucun moyen de les empêcher d’arriver, sauf à trouver un moyen de les convaincre de rester chez eux ».
Revenir en haut Aller en bas
lejeune
enregistré
enregistré
avatar


MessageSujet: Re: Ces pauvres gens qui venaient de traverser la Méditérannée "JETEZ LES A LA MER"   Jeu 23 Avr 2015 - 19:06

AFP a écrit:
« Il faut le dire clairement », assure à l’AFP l’ex-amiral français Alain Coldefy, « cette question est totalement insoluble en termes militaires. Des responsables politiques m’ont plusieurs fois posé la question de ce qu’on pouvait faire pour endiguer ce trafic par la force, et la réponse est simple : rien ».

Il faut le dire clairement », assure à l’AFP
C'est l'AFP qui nous le dit avec assurance

Et concernant cet amiral des bureaux Alain coldefy, qu'il prenne sa retraite si ce n'est déjà fait.....!
Revenir en haut Aller en bas
songe
enregistré
enregistré
avatar


MessageSujet: Re: Ces pauvres gens qui venaient de traverser la Méditérannée "JETEZ LES A LA MER"   Jeu 23 Avr 2015 - 19:20

L'EXPRESS a écrit:
Quelles pourraient être ces options militaires?
J'en vois trois: 
- un renforcement des moyens aéronavals actuellement déployés en Méditerranée dans le cadre de l'opération "Triton". C'est le plus rapide et le plus simple, mais ça ne couvre que la partie surveillance/sauvetage en mer. 
- une forme de blocus des côtes libyennes. C'est techniquement faisable, c'est sans doute ce qui serait le plus efficace pour prévenir des mouvements migratoires massifs, mais c'est lourd à mettre en oeuvre, sur les plans juridique et opérationnel. Il faudrait sans doute un mandat juridique de l'ONU et des capacités militaires importantes dont on ne peut être certains que beaucoup d'Etats européens soient prêts à les déployer.  
- des frappes ponctuelles pour détruire les bateaux avant qu'ils n'embarquent les migrants. Ceci suppose un mandat juridique mais surtout des capacités en renseignement qui permettent un ciblage précis. Imaginez une frappe sur un bateau mal identifié et des dommages collatéraux qui seraient pire qu'un naufrage !  
Au final, l'Union Européenne va sans doute étudier ces 3 options mais il est probable que les États européens choisissent dans les faits un dispositif qui sera intermédiaire entre le simple renforcement de l'opération italienne existante et un blocus plus ambitieux. 
Cette troisième option se rapproche de l'opération Atalante, menée par l'UE contre la piraterie au large de la Somalie...
Atalante a été lancée fin 2008. Elle a abouti à un grand nombre d'actions en mer mais l'autorisation de frapper au sol n'a été accordée qu'en 2012. Cette option n'a été utilisée qu'une seule fois, en mai 2012, contre un camp de pirates.  
Bref, aucune option militaire crédible n'est envisageable à court terme à part le renforcement des patrouilles aéronavales au large des côtes italiennes.  
L'UE peut-elle bombarder un pays souverain sous prétexte qu'il est en proie au chaos et qu'aucune autorité n'est parvenue à s'imposer depuis la chute de Kadhafi? Sous quel cadre légal pourraient s'effectuer des tirs de drones?
Si on évoque une opération européenne collective, sous chapitre de la politique de sécurité et de défense commune (PSDC), il faudrait une résolution de l'ONU, peu probable compte-tenu du précédent de 2011 sur la Libye... Dans un cadre plus souple, ou seuls quelques états souhaiteraient intervenir ponctuellement, ils pourraient sans doute le faire mais "en secret" ! Les Émirats et l'Egypte ont déjà conduit des raids aériens en Libye l'été dernier. Mais cela est resté officieux. La communauté internationale - y compris l'UE- a mis en garde contre ce type d'ingérence. 

En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/naufrages-en-mediterranee-il-n-y-a-pas-de-solution-militaire-aux-tragedies-migratoires_1674110.html#XGhSZRiHXmpIF1qp.99

L’imagination des militaires à bout de souffle.....................!!!!!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Fombecto
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: Ces pauvres gens qui venaient de traverser la Méditérannée "JETEZ LES A LA MER"   Jeu 23 Avr 2015 - 20:23

Aucune décision n'a pu être prise par l'UE
J'ai entendu les Australiens qui n’hésitent pas à prendre des décisions.
On ne pourrait le faire en Europe, droit de l'homme.

_________________
« A la Grèce, nous devons surtout notre raison logique. A Rome, nos maximes de droit et de gouvernement. Mais à l'Evangile nous devons notre idée même de l'homme. Si nous renions l'Evangile, nous sommes perdus. » Maréchal de Lattre de Tassigny (mort le 11 janvier 1952).
Revenir en haut Aller en bas
jacky alaux
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: Ces pauvres gens qui venaient de traverser la Méditérannée "JETEZ LES A LA MER"   Jeu 23 Avr 2015 - 21:27

C'est ça !  Monsieur l'AMIRAL de salon. Laissons les nous envahir par bateau entier. Pourquoi n'en prendriez vous pas dans votre salon une dizaine avec leurs femmes... Elles vous ferraient un bon couscous, sans porc, bien sure .
Regardez les Australiens, eux ne s’embarrassent pas de préjugés humanitaires quant il s'agit de sécurité nationale.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ces pauvres gens qui venaient de traverser la Méditérannée "JETEZ LES A LA MER"   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ces pauvres gens qui venaient de traverser la Méditérannée "JETEZ LES A LA MER"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: ACTUALITES DIVERS :: L'ACTUALITE DU JOUR, LES BREVES-
Sauter vers: