CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Trois ans après: hommage aux parachutistes de Toulouse et de Montauban assassiné par Mohamed Mehra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Claude Millet
Fondateur



MessageSujet: Trois ans après: hommage aux parachutistes de Toulouse et de Montauban assassiné par Mohamed Mehra   Ven 20 Mar 2015 - 0:03

Attentats Merah: trois ans après, un rescapé se souvient d’un «geste lâche»

AFP 19 mars 2015 à 09:32

Des soldats du 17e régiment parachutiste de Montauban lors d'une cérémonie en 2013 organisée en hommage à leurs deux camarades tués par Mohamed Merah, qui a également grièvement blessé le parachutiste Loïc Liber (Photo Pascal Pavani. AFP)
Trois ans après la folie meurtrière de Mohamed Merah, le parachutiste Loïc Liber, aujourd’hui tétraplégique après avoir échappé de peu à la mort, se souvient d’un «geste lâche» mais refuse de «laisser gagner le terroriste» en «s’accrochant à la vie».
«Je me rappelle très bien de la scène», raconte le militaire guadeloupéen au réseau radio-télé Outre-mer Première. «On était trois. Et cet homme est venu par derrière. C’est un geste lâche. J’étais au mauvais endroit au mauvais moment», ajoute-t-il depuis la chambre d’un hôpital militaire de la banlieue parisienne, tapissée de photos de son île natale et de sa famille, non loin de son béret rouge de parachutiste.
L’Antillais se trouvait le 15 mars 2012 à Montauban avec deux autres paras, quand Mohamed Merah a fait feu. Deux militaires ont été tués et Loïc Liber a été laissé pour mort.
«Je me souviens que j’étais au distributeur de billets avec les copains. On rigolait. Et soudain, tout s’est arrêté. Je n’ai rien senti. J’ai perdu conscience et je me suis réveillé sur un lit d’hôpital. Et là, on m’a annoncé qu’on m’avait tiré dessus par derrière, lâchement», raconte-t-il dans une interview séparée au quotidien La Dépêche du Midi de dimanche.
«Cet homme, qui m’a fait souffrir, qui me fait encore souffrir, je ne veux pas le laisser gagner», ajoute le rescapé à Outre-mer Première, dans son premier témoignage depuis les attentats.
«Tant bien que mal, je m’accroche à la vie. Aujourd’hui, je peux bouger la tête et les épaules. Petit à petit, je sens mon corps. J’ai des sensibilités. Je ne lâche rien».
«Là, je m’accroche pour essayer d’avoir une meilleure santé. Ensuite, ce sera pour la vie, les projets, voir si je peux faire quelque chose dans la vie. J’aimerais fonder une famille avec ma compagne. Si possible, en Guadeloupe».
Des bas, il avoue cependant en connaître, comme lors des attentats parisiens de janvier, qui l’ont replongé trois ans en arrière. «J’ai suivi les infos. Cela m’a fait très mal. J’ai repensé au 15 mars, quand ça m’est arrivé à moi. Cela m’a fait beaucoup de peine, notamment pour la Martiniquaise (NDLR : Clarissa Jean-Philippe) tuée dans le dos».
Le 11 mars 2012, un «tueur au scooter» abattait un parachutiste à Toulouse, avant de tuer deux autres paras le 15 à Montauban, à 50 km de là. Quatre jours plus tard, Mohamed Merah assassinait trois enfants et un enseignant juifs de l’école Ozar Hatorah, à Toulouse. Le tueur sera abattu chez lui les armes à la main le 22 mars.
Trois ans après les attentats, un hommage aux sept victimes doit être rendu à Toulouse jeudi.
AFP

Source "LIBERATION"

_________________

RASURA_________SER
1er RCP - 257.174

« Il n'y a pas de sens de l'Histoire, il n'y a pas de vent de l'Histoire car ce qui fait l'Histoire, selon notre conception occidentale et chrétienne qui est vérifiée par tous les faits historiques, c'est la volonté des hommes, c'est l'intelligence des hommes, ce sont leurs passions, bonnes ou mauvaises. »Colonel Bastien THIRY procès Petit Clamart
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/intelligencearmee/
 
Trois ans après: hommage aux parachutistes de Toulouse et de Montauban assassiné par Mohamed Mehra
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: AU PANTHEON DES PARACHUTISTES, tous égaux devant la mort, St MICHEL ne fait aucune distinction de grade :: LES PARACHUTISTES MORTS AU "CHAMP D'HONNEUR" :: Soldats de FRANCE tombés sur le sol de FRANCE en relation avec un conflit externe - assassinés lâchement ou fusillés pour avoir "respecté leur parole"-
Sauter vers: