CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Madama (Niger) : l’armée française reprend son vieux fort des sables

Aller en bas 
AuteurMessage
Pérignon
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Madama (Niger) : l’armée française reprend son vieux fort des sables   Mar 6 Jan 2015 - 17:33



A cent kilomètres de la Libye, Madama occupe une position stratégique. 200 soldats français stationnent depuis quelques mois à l’ombre d’un fort construit par leurs anciens dans les années 1930.



Le long de la piste caravanière qui relie la Libye au Niger et au Mali, au sud de la passe Toummo, la présence d’eau souterraine (à 6 m de profondeur) avait convaincu l’État-major français de déployer des unités méharistes à Madama, au Niger. Dans les années 1930, aux premiers relevés topographiques a succédé la construction d’un fortin qui sera tenu par des soldats français jusqu’en 1962.

Occupé par une petite garnison nigérienne, le fort de Madama abrite aujourd’hui un poste de douanes et constitue une halte obligée pour les voyageurs en transit. Ceux qui l’évitent, ce sont les trafiquants qui franchissent les passes de Toummo et de Salvador avant de se perdre dans le désert ou encore les terroristes des groupes islamistes sahéliens qui ont trouvé dans le sud libyen un sanctuaire et des points d’approvisionnement en armes, munitions et explosifs.

Ces groupes armés déstabilisant la bande sahélo-saharienne, la France a décidé de déployer des troupes dans des bases avancées : Tessalit dans le nord du Mali, Abéché dans l’est du Tchad et Madama.


120 parachutistes français ont donc rallié le fort ; ils sont accompagnés par des logisticiens et des personnels de santé, ainsi que par des sapeurs qui allongent la piste d’aviation, bâtissent une base avancée « temporaire », forent un puits et tentent de rendre les conditions de vie moins austères. Les parachutistes, eux, protègent l’emprise et mènent des opérations contre les terroristes et les trafiquants ; entre Noël et le Premier de l’an, lors de l’opération Mangouste, ils ont saisi deux tonnes de drogue.


Le fort abrite actuellement une centaine de soldats nigériens équipés de pick-up armés de mitrailleuses et de canons sans recul. Ils dépendent du 24e bataillon basé à Dirkou, une oasis située à 350 km au sud. Les approches du fort étant toujours minées, pour rejoindre les fortins que l’on aperçoit devant le fort, les défenseurs devaient emprunter des souterrains aujourd’hui à demi effondrés.


Le fort est bâti dans une large plaine sableuse flanquée des plateaux du Djado et du Tchigaï. Derrière le C-160 Transall, on aperçoit l’Emi Fezzan, un minuscule massif qui culmine à mille mètres. En janvier, lorsque souffle l’harmattan, le vent sec et froid qui vient du nord-est, les températures matinales peuvent atteindre zéro. Les sentinelles nigériennes se protègent du vent et du sable contre les murs en pisé du vieux fort.


L’ "arme fatale" du désert à l’ombre d’un épineux : le soldat au chèche et son pick-up armé. Les troupes nigériennes disposent de quelques pick-up légèrement armés. Désormais, ils peuvent compter sur les blindés Sagaie du 1er régiment de hussards parachutistes et les VAB du 3e régiment parachutiste d’infanterie de marine.


L’équilibre semble précaire mais les chauffeurs des camions qui descendent de Libye ou s’y rendent assurent ne rien perdre en route. Quant à ceux des 4x4 qui foncent à 100 km/h sur la piste, ils ne perdent aucun des passagers entassés, vaille que vaille, sur les ballots à l’arrière. L’étape de Madama permet de recompléter les réserves d’eau et de s’acquitter des taxes nigériennes.


Le capitaine Abdoulaye commande la centaine de soldats nigériens de Madama ; il est aussi le patron de la douane locale installée sous une toile tendue entre des bidons vides. Ces dernières semaines, l’officier nigérien a accueilli le chef d’État-major de l’armée française puis Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense qui s’est rendu à Madama le 1er janvier. Deux visites qui témoignent de l’importance de Madama aux yeux de la France.


La piste d’aviation, totalement vétuste, a été remise en état par les sapeurs du 25e régiment du génie de l’air qui l’ont portée à 1 500 m (bientôt à 1 800 m). Elle permet de poser des avions tactiques de type Transall (comme celui sur la photo). Deux hélicoptères Puma, sur lesquels les soldats montent la garde avec vigilance, permettent des héliportages pour des actions de reconnaissance ou d’interception.


Depuis leur arrivée à Madama, les soldats français mangent des rations de combat. Porc créole, cassoulet, tartiflette, potage et terrines variés… Le régime est donc frugal pour ces hommes et ces femmes qui vivent sous tente, dans la poussière et le sable et qui passent trois mois à Madama. Seule consolation : le réseau local permet d’appeler les familles en France via les téléphones portables.


Déjeuner du Nouvel an au pied du sapin de Noël. Ces militaires de l’armée de l’air ont installé leur popote sous une toile de tente ouverte à tous les vents ; la table est une palette et le déjeuner sort des boîtes de rations. La visite du ministre de la Défense n’a rien changé à l’ordinaire. Le ministre, les parlementaires et les journalistes qui l’accompagnaient ont aussi eu droit à leurs rations.

(Photos : Philippe Chapleau)

http://kiosque.leditiondusoir.fr/data/397/reader/reader.html#preferred/1/package/397/pub/398/page/9
Revenir en haut Aller en bas
rousseau serge
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Madama (Niger) : l’armée française reprend son vieux fort des sables   Mar 6 Jan 2015 - 20:07

Super et Merci Pérignon très belles photos
Revenir en haut Aller en bas
battement zéro
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Madama (Niger) : l’armée française reprend son vieux fort des sables   Mar 6 Jan 2015 - 22:49

Superbes Pérignon!
Il est vrai Claude qu'en en entendait pas parler dans cette réalité.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Pérignon
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: Madama (Niger) : l’armée française reprend son vieux fort des sables   Lun 30 Mar 2015 - 16:46

2éme REP. Opération Barkhane 2015. Fort de Madama


Dans le numéro paru le vendredi 27 mars dernier, les lecteurs du Figaro Magazine ont pu apprécier un très intéressant reportage agrémenté de belles photos consacré au REP dans l'Opération Barkhane
Revenir en haut Aller en bas
jacky alaux
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: Madama (Niger) : l’armée française reprend son vieux fort des sables   Lun 30 Mar 2015 - 18:22

Le Fort de MADAMA et le retour de la LÉGION.  Comme la plupart des Forts qui jalonnent le Sahara d'Ouest en Est, il fut construit par la LÉGION dans les années 20.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Madama (Niger) : l’armée française reprend son vieux fort des sables   

Revenir en haut Aller en bas
 
Madama (Niger) : l’armée française reprend son vieux fort des sables
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: NOS GUERRES COMPTEMPORAINES et les OPEX :: OPEX 1962 à ce jour :: BARKHANE Sahel: Mauritanie, Mali, Burkina-Faso, Niger et Tchad-
Sauter vers: