CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 1er Rgt Parachutistes Infanterie de Marine - Histoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Michel
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: 1er Rgt Parachutistes Infanterie de Marine - Histoire   Mar 23 Sep 2008 - 8:45

Georges Bergé, le fondateur

Avez-vous des hommes ?
J'en aurai.
Avez-vous des instructeurs, un camp d'entraînement, des moyens ?
J'en aurai.


Face à l'amiral Muselier, commandant les Forces Aériennes Françaises Libres, le capitaine Georges Bergé se raidit dans sa certitude. Dans sa poche, une simple feuille dactylographiée : son projet de création d'une Compagnie de Parachutistes. Un mot, un seul, écrit de la main du général de Gaulle, le remplit de joie : « d'accord ».

Nous sommes le 15 septembre 1940. Le 29 septembre l'ordre général numéro 765 stipule :
« A compter du 15 septembre 1940 est créée la 1re Compagnie d'Infanterie de l'Air des Forces Françaises Libres. Elle est commandée par le capitaine Bergé ».


Les premiers parachutistes prêts à embarquer

La foi inébranlable de Georges Bergé ouvrira la porte à la formidable épopée des parachutistes SAS de la France Libre.

Mais qui est Bergé ? La trentaine, de taille moyenne, trapu et tout en muscles. De son origine gasconne il garde une incroyable ténacité et une certaine malice.

Une immense volonté perce au travers de son regard. Ayant embrassé la carrière militaire, issu de l'école de St Maixent, le lieutenant Bergé a très vite compris l'intérêt de l'arme parachutiste alors à ses balbutiements. Volontaire pour la 601e compagnie de l'air, il doit, le cœur déchiré, quitter en juillet 1937 cette unité suite à une banale opération de l'appendicite. Le voici donc inapte définitif à l'arme aéroportée sans avoir jamais connu l'ivresse d'un premier saut.

En 1939, au début des hostilités, il combat dans les rangs du 13e Régiment d'Infanterie de Nevers. Le 18 juin 1940, capitaine à titre temporaire, il est blessé à trois reprises au cours d'une résistance désespérée qu'il mène dans la région d'Arras à la tête de son unité.

En convalescence à Mimizan dans les Landes, il entend le 17 juin le dramatique message du maréchal Pétain, mettant fin aux hostilités. Le bouillant Gascon ne peut se résoudre à la défaite. Il s'embarque à St Jean de Luz sur un bateau polonais et le 23 juin 1940 il est à Londres.

Premières missions en France

La 1re Compagnie d'Infanterie de l'Air (1re CIA ) comporte moins de trente hommes à la mi-octobre 1940. Issus de toutes les armes ou jeunes évadés de France, ils entament dans les camps britanniques un rude apprentissage de commandos et de parachutistes. Un premier contingent est breveté parachutiste le 25 décembre, puis un autre le 21 février. Dans la nuit du 14 au 15 mars 1941, une équipe de cinq hommes, dont Bergé, est parachuté près d'Elven dans le Morbihan. C'est la mission Savanah, première opération en France occupée. Le 5 avril, Bergé rejoint l'Angleterre à bord du sous-marin Tigris. Un second parachutage a lieu dans la nuit du 11 au 12 juin 1941. Cette opération, Joséphine B, vise la destruction de la centrale électrique de Pessac en Gironde.
Elle est une totale réussite. La preuve est ainsi faite de l'efficacité de ces premières « opérations spéciales ». Le 1er mai 1941, l'effectif de la 1re CIA atteint la centaine d'hommes.


L'ivresse du premier saut

Un centre Français de préparation d'agents clandestins, la Station 36, est ouvert. Il est alors décidé en juillet de scinder la compagnie en deux parties : une section restera affecté à la Station 36 et formera des agents clandestins sous contrôle du Bureau Central Renseignements Action (BCRA). Deux sections, sous les ordres de Bergé, sont destinées à l'action directe en uniforme. Elles prennent l'appellation de 1re Compagnie Parachutiste qui est rattachée à l'Armée de Terre.

Ils retourneront à l'armée de l'Air le 15 octobre 1941.

Source: Défense
Revenir en haut Aller en bas
 
1er Rgt Parachutistes Infanterie de Marine - Histoire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: LES UNITES PARACHUTISTES France et OM :: 1er R.P.I.M.a - Régiment de Parachutistes d'Infanterie de Marine-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: