CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Quelques clés pour comprendre la décomposition du Proche-Orient

Aller en bas 
AuteurMessage
Philippe MULLER
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Quelques clés pour comprendre la décomposition du Proche-Orient   Ven 27 Juin 2014 - 19:42

Quelques clés pour comprendre la décomposition du Proche-Orient
Posted On 27 juin 2014  By : Guy Millière http://www.dreuz.info/2014/06/quelques-cles-pour-comprendre-la-decomposition-du-proche-orient-2/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29



J’ai publié ici un article qui a, semble-t-il, suscité des interrogations. J’y remets en cause diverses données qui dominent les analyses de la région. J’entends ici insister sur certains points, car ils me semblent d’une extrême importance.

1

Le Proche-Orient musulman est une zone du monde en pleine décomposition. Raisonner en parlant de pays ne fait plus nécessairement sens. Les frontières issues des accords Sykes Picot, tracées il y a un siècle, sont en train d’exploser.

La Syrie ne sera très vraisemblablement plus jamais la Syrie et a explosé en trois entités aux frontières encore non définies, et qui ne sont pas stabilisées : un pays alaouite, un pays kurde, et un pays sunnite.

L’Irak a lui-même explosé en trois entités : un pays kurde, un pays chiite et un pays sunnite. Le pays sunnite d’Irak et de Syrie ne font qu’un et sont le territoire de l’EIIL. D’autres explosions sont possibles : l’EIIL entend créer un califat sunnite djihadiste.

2

Dans le cadre de cette décomposition, divers types de régime et de forces existent.

• L’Arabie Saoudite, la Jordanie, les émirats du Golfe, sauf le Qatar, sont des régimes de statu quo : ils cherchent à survivre de façon aussi stable que possible, et pas contribuer à une révolution islamique mondiale. L’Arabie Saoudite est aux mains d’une monarchie féodale fondamentaliste qui finance la dissémination du fondamentalisme à l’échelle mondiale. Elle peut financer des groupes islamistes sunnites. Elle ne finance pas de djihadistes anti-occidentaux. Al Qaida est issu de l’Ikhwan, vaincue par Ibn Saud après l’avoir aidé à arriver au pouvoir : ses racines sont saoudiennes, des Saoudiens la soutiennent, pas directement l’Arabie Saoudite. Les émirats du Golfe sont sur la même position que l’Arabie Saoudite. La Jordanie est aux mains d’une dynastie venue d’Arabie, minoritaire dans le pays, qui s’appuie sur les Bédouins et exclut du pouvoir la population arabe palestinienne, très majoritaire dans le pays : elle maintient en lisière les djihadistes. L’Egypte de Sissi est résolument hostile à toute forme de djihadisme. La Syrie du clan Assad pouvait être classée dans les régimes de statu quo : tout en étant l’alliée de l’Iran et en finançant le terrorisme anti-israélien, elle ne finançait pas le djihadisme anti-occidental.

• A côté des régimes de statu quo existent des régimes de déstabilisation à visées révolutionnaires islamiques. Le Qatar est petit, mais est l’un de ces régimes : il finance al Qaida et a été la base arrière des Frères musulmans pendant des années. L’Iran est essentiellement un régime révolutionnaire au service d’une idée de révolution islamique mondiale : c’est le principal financier et fournisseur de toutes les organisations djihadistes, chiites ou sunnites. La Turquie d’Erdogan tente de devenir un régime révolutionnaire islamique, au service d’un projet de califat néo-ottoman. Les forces révolutionnaires islamiques dans la région et ailleurs sont multiples. Al Qaida et ses filiales en est une. Les Frères musulmans en sont une autre. Le Hezbollah en est une aussi. Le Hamas est une branche des Frères musulmans. L’EIIL est une dissidence d’al Qaida qui entend supplanter al Qaida : Abu Bakr al Baghdadi est un rival d’Ayman al Zawahiri.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

3

Ce qui est difficilement compris est la stratégie des régimes révolutionnaires islamiques, et, en particulier, la stratégie de l’Iran.

Pour comprendre, il importe de voir que le conflit entre sunnite et chiite est un conflit secondaire par rapport à l’opposition entre régimes de statu quo et régimes à visées révolutionnaires.

L’Arabie Saoudite est un régime de statu quo : elle a pu s’accommoder d’un régime chiite de statu quo en Iran, au temps du shah. Elle ne peut s’accommoder d’un régime révolutionnaire, car elle se sait menacée par les régimes révolutionnaires : l’Iran en tant que régime révolutionnaire est son ennemi principal présentement. Elle a financé et armé des groupes islamistes sunnites contre le régime Assad depuis 2011, aux fins d’éviter une continuité chiite de Téhéran à Beyrouth. Elle a, dans ce cadre, financé et armé l’EIIL. Elle a entériné le soutien de la Turquie d’Erdogan à l’EIIL. Elle continue à soutenir l’EIIL en tentant de l’influencer.

Le Qatar fait de même, en pensant servir une révolution islamique sunnite et un possible califat sunnite.

L’Iran (et c’est ce qui n’est pas compris), en tant que régime révolutionnaire, poursuit plusieurs objectifs : assurer son hégémonie régionale, éliminer les régimes de statu quo, éliminer l’Occident, et, bien sûr, éliminer Israël. Le principal obstacle à l’hégémonie régionale de l’Iran était les Etats Unis : ils se sont auto-éliminés de la région grâce à Obama. Il restait à obtenir la levée de sanctions et l’accès à l’arme atomique. La levée des sanctions est chose faite. L’accès à l’arme atomique est quasiment chose faite. Obtenir un engagement des Etats Unis du côté chiite et iranien, en obtenant en échange des concessions des Etats Unis en matière nucléaire, fait partie de la stratégie iranienne actuelle. Le deuxième obstacle à l’hégémonie régionale de l’Iran est constituée par les régimes de statu quo. L’Iran pensait avoir l’Egypte dans son escarcelle au temps de Morsi : Morsi est en prison, et Sissi est au pouvoir. L’Iran doit soumettre l’Arabie Saoudite, et c’est essentiel pour l’Iran. Toute attaque directe contre l’Arabie Saoudite entrainerait nécessairement une réaction américaine, même si Obama est du côté de l’Iran. Une menace contre l’Arabie Saoudite venant de forces sunnites déstabilisatrices serait bien plus intéressante. Une alliance Etats Unis Iran contre l’EIIL sunnite, et soutenu par l’Arabie Saoudite serait très intéressante. C’est ce qui prend forme.

4

Reste à expliquer pourquoi l’Iran soutient l’EIIL, soutenu aussi, donc, par l’Arabie Saoudite (pour des raisons différentes), par la Turquie (pour des raisons encore différentes) et par le Qatar.

L’Iran a soutenu l’EIIL en Syrie en tant que force d’élimination des factions sunnites modérées, dès lors qu’il est apparu que le régime Assad avait perdu la Syrie sunnite : le choix a été celui du djihadisme sunnite, préféré à des factions sunnites modérées. L’Iran a aussi vu en l’EIIL une force à même de déstabiliser les régimes sunnites de statu quo. L’Iran a entériné l’action de l’EIIL en Irak aux fins de pousser les Etats Unis à intervenir et à se rapprocher de l’Iran, en acceptant les conditions irakiennes, aux fins de voir se renforcer une entité djihadiste sunnite à même de déstabiliser les régimes sunnites de statu quo, et aux fins de renforcer sa mainmise sur le pays chiite au Sud de l’Irak.

Nouri Al Maliki est un agent de l’Iran, et il a affaibli l’armée irakienne, déjà affaiblie par le départ des Américains.

   L’Iran n’ignorait pas l’offensive de l’EIIL qui se préparait

Les forces de l’EIIL peuvent aller trop loin : l’Iran saura leur fixer des limites. L’EIIL ne peut se permettre d’attaquer l’Iran. Les forces de l’EIIL utilisent d’anciens soldats sunnites de Saddam : elle écarte toute possibilité de soulèvement sunnite non djihadiste et incorpore les sunnites non djihadistes au service du djihadisme.

Ce qui suivra sera un pays chiite (le Sud du pays), au service de la révolution islamique iranienne, un pays sunnite allant d’Alep aux portes de Bagdad, un pays kurde.

Le pays sunnite aux mains de l’EIIL pourra menacer la Jordanie, l’Arabie Saoudite, Israël, sans que l’Iran soit directement incriminé. Au contraire, l’Iran pourra paraître être du côté des Occidentaux, face au djihadisme sunnite.

La Turquie compte aussi, bien sûr, utiliser l’EIIL pour ses propres fins. Si le monde occidental et Israël étaient absents de l’équation, islamistes sunnites et chiites s’étriperaient, cela va de soi, mais le monde occidental et Israël ne sont pas absents de l’équation. Les régimes sunnites de statu quo ne sont pas non plus absents de l’équation.

5

Cela représente-t-il un danger pour le monde occidental ? Oui, à l’évidence. J’ai dit que trois mille détenteurs de passeports occidentaux sont en formation au sein de l’EIIL. J’ai dit que ce qui reste des armes de destruction massive de Saddam Hussein est aux mains de l’EIIL. Cela n’inquiète personne ? Non : les rapprochements Iran Obama vont bon train. Les pays européens veulent se rapprocher très vite, eux aussi. Le pire régime islamiste de la planète se fera vendre par les Occidentaux la corde qui servira à pendre les Occidentaux.

6

Cela représente-t-il un danger pour Israël ? Oui, là encore. Un Iran doté de l’arme atomique et allié de l’Occident se profile. Un état sunnite djihadiste plus ou moins téléguidé par l’Iran se profile aussi, porteur de volontés claires de s’en prendre à Israël et aux régimes sunnites de statu quo avec lesquels Israël est dans une paix froide.

7

Obama est-il un Président révolutionnaire ? Oui, incontestablement. Il avait promis un changement auquel on pouvait croire. Le changement est là, et bien là. Des Européens lui ont donné le prix Nobel de la paix. Il l’a bien mérité.

8

Les commentateurs occidentaux comprennent-ils la situation ? Dans l’ensemble, absolument pas. Il leur faudrait relire d’urgence Carl von Clausewitz, Sun Tzu, Lénine, et revoir les règles du billard à trois bandes. Les commentateurs les plus lucides sont américains. Je conseille en particulier la lecture d’Andrew McCarthy et de Michael Ledeen.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Guy Millière pour Dreuz.info.
Revenir en haut Aller en bas
laurent christian
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Quelques clés pour comprendre la décomposition du Proche-Orient   Sam 28 Juin 2014 - 0:13

cher camarade de la btap,
ton site de référence, dreuz.info s'affirme "francophone, chrétien, néo conservateur et pro israélien"...
étant Français, laïc, nationaliste et ami de l’Irak ou j'ai vécu, fabricant et faisant marcher le théâtre national de Bagdad, j'ai du mal à comprendre pourquoi les néo conservateurs ont échangé le shah d’Iran contre l'ayatollah Khomeini, ni en quoi le remplacement de Sadam ussein par le chiite maliki (qui va étre lâché par ceux qui l'on installé) est un progrès...
les évangélistes et les israéliens veulent ils un monde dirigé par la religion?
font ils une guerre aux états laïcs?
le jihadisme est le résultat de leur politique et tu voudrais que je les prenne au sérieux?


les gauleiters que le "monde libre" à pistonné pour gouverner mon pays, ne me convainc pas...
le petit nerveux qui a envoyé nos soldats en Cote d'Ivoire et en Libye a t'il mieux réussi quels ont été les résultats?
quand à notre hollande, bien aimé, pense tu qu'il va tenir une seule de ses promesses?...

quand en Iran nous, français, avons monté le musée du tapis et en Irak le théâtre national, nous avons enrichi le pays et fait rayonné notre savoir faire et notre culture...
Revenir en haut Aller en bas
SACCO83
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: PROCHE ORIENT   Sam 28 Juin 2014 - 9:35

Cet article ne fait que survoler des évènements qui se sont succédés depuis les accords Sykes Picot.
Pour remonter à l'état originel du MO il faut partir par exemple de Darius le Grand dont l'empire s'étendait des monts d'Afghanistan à la méditerranée. Alexandre le Grand entreprit de vaincre l'empereur Perse et y parvint en ayant la sagesse toutefois de marier ses soldats aux filles autochtones. Son propre empire se désagrégea à sa mort, mettant à la tête des satrapies existantes des aventuriers sanguinaires qui "roulaient pour eux seuls". Les choses restèrent en l'état jusqu'à l'invasion musulmane qui amena avec elle d'abord des sunnites, puis un peu plus tard des chiites. Bagdad fut créée par des Sunnites qui commencèrent à massacrer les chiites d'abord à Bagdad puis dans toutes les possessions du calife. Puis ce furent les Turcs hégémonistes qui s'occupèrent de prendre le relais de Darius en tentant de constituer un empire Turc. Ils n'y réussirent qu'en allant vers l'ouest. Ils ne purent jamais vaincre les Perses.
Comme les Turcs étaient sunnites, ils massacrèrent allègrement les chiites en tous lieux de leur empire, alors qu'ils étaient relativement tolérants avec les Juifs et les Chrétiens. C'est l'empire Turc qui dans ce qui nous occupe, comprenant les "deux Irak", c'est à dire des sandjaks d'Irak et de Syrie, ce dernier englobant le Liban, la Jordanie et la Palestine (Israel n'existant pas encore).
Dès 1913 la British Petroleum découvrit du pétrole dans le nord de l'Irak et en Iran. La défaite de l'Allemagne et subséquemment de la Turquie permit aux "majors" du pétrole de redessiner une carte favorable à leurs entreprises : diviser pour régner.
Ces accords Sykes-Picot  ont été dégueulés par tout le MO, Iran inclus. Tous les rois, empereurs et autres dictateurs furent des hommes de paille placés là pour leur docilité à l'égard de l'occident. Tous furent assassinés ou contraint à la fuite par des révolutionnaires nationalistes.
L'Iran qui est chiite a vu là, tout de suite après l'assassinat du roi d'Irak, l'occasion de prendre sa revanche et a colonisé (par le ventres des femmes) l'Irak, la Syrie et le Liban. L'Iran veut reconstituer le royaume de Darius, en y adjoignant - si possible les champs pétrolifères de tous ces états abominables de renégats y compris l'Arabie. Ce pourquoi tous ces états et l'Arabie financent ces "jihadistes" sanguinaires. C'est un nouveau massacre de sunnites et de chiites qui se profile dans un avenir très proche.
Bref, lorsqu'ils se seront tous entre-massacrés, le plus fort ramassera la mise, et s'occupera de déstabiliser l'occident, non pour l'éradiquer, mais pour le placer en esclavage. Ils ont trop besoin de notre technologie et de notre pépinière d'inventeurs, ne serait ce que pour faire fonctionner tout le foutoir qu'on leur vend.  
Nous verrons la même sélection que les nazis avaient instauré à l'entrée des camps : ceux qui savent faire quelque chose et ceux qui sont inutiles. Ces derniers passeront à la casserole. D'ailleurs ils montrent bien dés maintenant leur mode opératoire.
Déstabiliser un occident décadent, pauvre, en pleine anarchie religieuse, sera un jeu d'enfant, puisque leurs troupes sont déjà infiltrées et à pied d'œuvre.
Les Dieux frappent de cécité, ceux qu'ils veulent perdre !!!
Revenir en haut Aller en bas
http://societe.volontaires65@sfr.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quelques clés pour comprendre la décomposition du Proche-Orient   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quelques clés pour comprendre la décomposition du Proche-Orient
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: ACTUALITES DIVERS :: L'ACTUALITE DU JOUR, LES BREVES-
Sauter vers: