CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La malédiction africaine: La France n’a jamais été une puissance coloniale et pourtant, elle a créé un empire, mais elle l’a créé, non par vocation, mais par réaction

Aller en bas 
AuteurMessage
BBL
enregistré
enregistré
avatar


MessageSujet: La malédiction africaine: La France n’a jamais été une puissance coloniale et pourtant, elle a créé un empire, mais elle l’a créé, non par vocation, mais par réaction   Sam 7 Déc 2013 - 11:39

La malédiction africaine
6 novembre 2013 par Lambert Christian dans Histoire, International, Islam avec 17 commentaires
La France n’a jamais été une puissance coloniale et pourtant, elle a créé un empire, mais elle l’a créé, non par vocation, mais par réaction, un peu à son corps défendant, regrettant de se distraire de ses ennemis traditionnels, l’Espagne et l’Autriche autrefois, l’Angleterre et la Prusse. Vieille nation paysanne et militaire, ses regards se sont toujours portés sur le Rhin, plus loin si possible à l’Est, pas sur les rives du Congo.
La conquête de l’Afrique du Nord a été entreprise en réaction à la piraterie des Barbaresques musulmans. Après la défaite de 1870, toujours en réaction, la colonisation s’élargit peu à peu à l’Afrique noire, se renforçant au Maghreb et en Indochine. Dans de vastes territoires à peine explorés, s’agissant notamment de l’Afrique équatoriale, la France établit une administration efficace au profit de populations « premières » (primitives) qui en étaient encore, pour certaines d’entre elles, au paléolithique.
Survint la défaite de 1940, l’une des plus spectaculaires de tous les temps. Comme l’empire n’était pas occupé par les armées allemandes, le maréchal Pétain ne cessait de le célébrer et le général de Gaulle cherchait à s’en emparer pour avoir une assise territoriale autre que Londres. Ce fut le début d’une guerre civile qui devait durer quelque 10 ans entre les fidèles d’un militaire, un maréchal, et les fidèles d’un autre militaire, un général.
Ainsi eut lieu l’épisode syrien où l’armée française de De Gaulle tira sur l’armée française du général Dentz, fidèle à Vichy. Ceci étant, l’empire était toujours debout, mais l’indépendance des colonies imposée par Roosevelt et Staline, pour des raisons au demeurant diamétralement opposées, changea la donne. Il fallut s’exécuter, tout en cherchant à conserver malgré tout l’empire. En même temps qu’on se livrait à toutes sortes de contorsions constitutionnelles, on se mit à africaniser la France à outrance. À partir de 1945, un ministre africain siégea dans tous les gouvernements. Nulle part ailleurs en Europe, on ne trouvera une telle politique. Les nouveaux chefs d’État africains furent dotés par la France et à grands frais de tous les privilèges, palais et avions officiels. Leur train de vie devint fastueux. L’abbé Fulbert Youlou, président à Brazzaville, distribuait ses bénédictions en soutane rose fluo et l’empereur Bokassa appelait le président Giscard d’Estaing « mon cousin » – lequel cousin devant les crimes commis par cet empereur grotesque ne put moins faire que de le débarquer manu militari. L’empereur déchu fut condamné à mort. Gracié, il se prit pour Jésus-Christ !
Tout cela était odieux et ridicule. Mais, malgré tout, les choses n’allaient pas trop mal, tant que de nombreux conseillers, issus de l’administration coloniale, maintenaient « l’empire », laissant aux chefs d’États africains l’honneur d’être reçus en grande pompe à l’Élysée – Foccart et ses successeurs dont « Papa m’a dit », fils de Mitterrand, s’y employaient.
Hélas, la transition fut de courte durée. Les potentats noirs furent très vite gênés par ces conseillers imposés par la France qui entravaient leur vocation à la corruption. Ils s’en débarrassèrent et ce fut la « Françafrique », le royaume de toutes les turpitudes entretenues par des milliards pris dans la poche des contribuables français et la marche au chaos.
À cela, s’ajouta le réveil de l’islam, dont les progrès furent fulgurants. Tout le Sahel, aujourd’hui, est menacé par l’islam intégriste et d’abord par « Al Qaïda au Maghreb islamique », que l’armée française tente d’endiguer sans y parvenir. Après l’opération « Serval », c’est, paraît-il, l’opération « Hydre ». En tout état de cause, l’armée française aura les plus grandes difficultés à réduire les islamistes qui ont leurs bases principales dans ce qui fut naguère la Libye, livrée à l’anarchie par ce « redoutable » chef de guerre que fut Nicolas Sarkozy.
Le désordre est maintenant total qui s’étend à l’Afrique noire, où l’on observe que la République centrafricaine où la colonisation avait créé ex nihilo une administration, des écoles, des hôpitaux, des tribunaux, vient d’être dévastée par des bandes de pillards musulmans venus du Soudan et du Tchad qui ont tué, pillé, volé, violé et incendié… Il ne reste rien, hormis les survivants qui témoignent, les rescapés des missions chrétiennes anéanties.
Telle est l’Afrique d’aujourd’hui, où des millions d’hommes, de femmes et d’enfants cherchent à fuir en France pour en profiter avant de recréer l’Afrique chez nous !
La politique étrangère africaine de la France se révèle un enlisement ruineux, des compromissions sans fin qui tournent à la complicité, d’où ne résultent que des échecs.
Pour terminer, trois observations :
1) Deux historiens m’ont fait savoir que ma chronique relative à la décadence de la France comportait une erreur. Ce ne sont pas 30 000 Français, des civils, que les Alliés ont tués par bombardements aériens pendant la Deuxième Guerre mondiale, mais 80 000, dont 40 000 en 1944 !
2) On m’a fait observer également que, depuis le XVIIIe siècle, la France a bénéficié de progrès importants dans le domaine social, dans celui de la santé, de l’éducation et du sort des femmes. C’est vrai, mais ce sont précisément ces acquis-là que l’invasion afro-islamique risque de faire disparaître.
3) J’ai été surpris d’apprendre qu’un Norvégien avait participé au récent massacre islamiste à Nairobi. Qu’est-ce qu’un Norvégien venait faire au Kenya ? Ren­seignements pris, le « Norvégien » s’appelle Hassan Abdi Bhuhulow. C’est un So­malien, comme était « français » l’Ivoirien Fofana qui a torturé un jeune Français de 25 ans parce qu’il était blanc et juif. Et voici que l’actuel ministre de l’Intérieur veut naturaliser davantage encore d’immigrés. Il n’y a donc pas assez de Fofana en France !
NB : Alors que je termine cet article, j’apprends que deux journalistes français ont été tués à Kidal au Mali. L’explication non dite est probablement celle-ci :
La libération des quatre otages qui viennent de retrouver la liberté a été obtenue contre la remise de 23 millions d’euros. Les ravisseurs des deux journalistes voulaient, eux aussi, une rançon, mais, poursuivis par des éléments de l’armés française, ils ont pris la fuite en se débarrassant de leurs otages qui les gênaient.
Le total des rançons versées aux preneurs d’otages djihadistes au Sahel s’élève, à ce jour, à 89 millions d’euros. Si l’on y ajoute le trafic de cocaïne par tonnes, c’est franchement un bon « job » d’être djihadiste musulman au Sahel. Grands dieux, qu’est-on allé faire dans cette galère !
source: Les 4 vérités
Revenir en haut Aller en bas
GARD
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: La malédiction africaine: La France n’a jamais été une puissance coloniale et pourtant, elle a créé un empire, mais elle l’a créé, non par vocation, mais par réaction   Sam 7 Déc 2013 - 12:32

"Telle est l’Afrique d’aujourd’hui, où des millions d’hommes, de femmes et d’enfants cherchent à fuir en France pour en profiter avant de recréer l’Afrique chez nous !"

L'islam et ses dérives sont en effet le plus grand danger actuel dans le monde...
Revenir en haut Aller en bas
 
La malédiction africaine: La France n’a jamais été une puissance coloniale et pourtant, elle a créé un empire, mais elle l’a créé, non par vocation, mais par réaction
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: DIVERS :: Un peu d'Histoire de FRANCE-
Sauter vers: