CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Centrafrique : une intervention "rapide" est-elle possible ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Devevey
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Centrafrique : une intervention "rapide" est-elle possible ?   Ven 6 Déc 2013 - 17:18



Centrafrique : une intervention "rapide" est-elle possible ?
le Jeudi 5 Décembre 2013 à 22:00
Par Elise Delève


600 soldats français sont déjà déployés en Centrafrique © Reuters
France Info a posé la question à Gérard Longuet, Jean-Pierre Chevènement, anciens ministres de la Défense et à Pierre Servent, spécialiste des questions militaires : l'intervention militaire annoncée par François Hollande en Centrafrique peut-elle être de courte durée ? Les avis sont négatifs.
La France va intervenir militairement en Centrafrique. François Hollande l'a annoncé ce jeudi. Le chef de l'Etat parle d'une action immédiate, "dès ce soir". Actuellement, il y a 600 soldats français sur place. Les effectifs devraient être doublés d'ici quelques jours. L'intervention s'effectuera sous mandat de l'Onu, présentée comme humanitaire et qui a donné son feu vert jeudi après-midi.
François Hollande a promis une intervention de courte durée. Sur France Info, Pierre Servent, expert en question militaire, a mis en doute la rapidité d'une telle action. Dans les opérations africaines, "on sait quand elles commencent, on ne sait jamais quand elles se terminent".
REPORTAGE A BANGUI ►►► "Il faut arrêter les sauvages qui font ça"
Comme pour le Mali, la France est la première à lancer les actions, en espérant qu'elles seront courtes et "c'est aussi une façon d'essayer d'appeler les autres pays européens à la rescousse", estime Pierre Servent. Pour lui, face à ces situations complexes, "c'est souvent la France qui se retrouve seule sur ces terrains là".
Citation :
"Je ne crois pas beaucoup aux opérations qui sont annoncées sur du court terme" (Pierre Servent, expert)
En écoutant les propos du président de la République, l'expert pense, que dès ce jeudi soir, "des patrouilles mixtes françaises et africaines, qui se trouvent déjà sur place", vont circuler à Bangui. Elles "auront la possibilité d'ouvrir le feu sur des insurgés" grâce à la résolution de l'Onu sous chapitre 7. Les militaires français vont également sécuriser les ressortissants français et européens et les bi-nationaux. 
Que peut faire l'intervention française dès ce soir ? L'analyse de Pierre Servent, expert en question militaire  




Interrogé par France Info, Gérard Longuet, ancien ministre de la Défense a également émis un doute sur le caractère rapide de l'intervention française. "Je suis dubitatif quand [le président de la République] dit que ce sera une affaire courte et vite menée", a-t-il déclaré, "parce qu'en République centrafricaine le problème est qu'il n'y a plus d'autorité politique. L'armée doit d'abord servir un projet politique" et le temps de le mettre en place, craint Gérard Longuet, la France devra être obligée de "rester plus longtemps que ne le pense le président".
Citation :
"Tant qu'il n'y a pas de solution politique en vue, le retrait des forces est à peu près impossible" (Gérard Longuet, ancien ministre de la Défense)
Gérard Longuet, ancien ministre de la Défense estime qu'une action courte est impossible  




Jean-Pierre Chevènement, ancien ministre de la Défense s'est également dit en faveur de cette intervention. Il rappelle cependant que l'action est différente de celle du Mali, en janvier dernier.  "Dans le cas du Mali, il s'agissait d'éviter qu'Aqmi (Al-Qaida au Maghreb islamique ndlr) ne créait un sanctuaire avec le Mali tout entier. S'agissant de la République centrafricaine, c'est plutôt un devoir de solidarité humanitaire qui nous guide".
"Nous devons être capable d'assumer" la relation spéciale que la France a tissé avec l'Afrique (Jean-Pierre Chevènement)  




Par Elise Delève

_________________

Revenir en haut Aller en bas
GARD
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: Centrafrique : une intervention "rapide" est-elle possible ?   Ven 6 Déc 2013 - 20:08

Hollande s'est trompé sue la durée de notre présence au Mali, ici aussi il dit la même chose, mais je crois bien qu'il se trompe également...
Revenir en haut Aller en bas
 
Centrafrique : une intervention "rapide" est-elle possible ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: NOS GUERRES COMPTEMPORAINES et les OPEX :: OPEX 1962 à ce jour :: RCA République Centre Africaine-
Sauter vers: