CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez
 

 Les forces spéciales et les otages d'Arlit

Aller en bas 
AuteurMessage
Fombecto
Expert
Expert
Fombecto


Les forces spéciales et les otages d'Arlit  Empty
MessageSujet: Les forces spéciales et les otages d'Arlit    Les forces spéciales et les otages d'Arlit  EmptyLun 4 Nov 2013 - 11:05

Les forces spéciales et les otages d'Arlit
03/11/2013 05:30
Les forces spéciales et les otages d'Arlit  Comment_icon_offréagir(0) Les forces spéciales et les otages d'Arlit  Mail_icon_offLes forces spéciales et les otages d'Arlit  Print_icon_off

Les forces spéciales et les otages d'Arlit  Empty
Les forces spéciales et les otages d'Arlit  Doc_iconDeux journalistes français exécutés à Kidal
Tout au long de l'opération Serval, au Mali, des forces spéciales (FS) françaises se tenaient prêtes à libérer les otages d'Arlit : « Elles accompagnaient nos troupes en permanence parce qu'on s'attendait à tomber sur eux à chaque instant. »
Jean-Marc Tanguy, journaliste spécialisé dans les questions de Défense, vient de publier un livre sur les forces spéciales françaises (*).
Il y révèle aussi qu'un commando du 1er RPIMa (Bayonne) s'apprêtait à mener une opération pour libérer la famille Moulin-Fournier, enlevée au Cameroun le 19 février 2013 et détenue au Nigéria. Quelques jours avant le jour J, les ravisseurs ont relâché leurs otages.
Pour Jean-Marc Tanguy, l'enlèvement d'Arlit a installé durablement les forces spéciales au Sahel, notamment pour la gestion des affaires d'otages. « Dès l'enlèvement connu, ce sont des forces spéciales (il y en eut jusqu'à 500 en même temps) qui sont parties à leur recherche ; depuis, elles se sont sédentarisées au Burkina Faso. » Comment savoir si les forces spéciales sont, ou non, passées près des otages d'Arlit ? « Ce sont les otages eux-mêmes qui pourront sans doute le dire, mais on a des indices », indique Jean-Marc Tanguy. « Les légionnaires les auraient manqués à un jour près à Tombouctou ! » Dans l'avion qui le ramenait, Daniel Larribe a confié que le jour de l'attaque contre Abou Zeid, les otages entendaient le bruit des combats entre djihadistes et forces franco-tchadiennes.
Cette mort d'Abou Zeid, chef présumé des ravisseurs, a-t-elle mis la vie des otages en danger ? « Je ne sais pas, mais j'ai trouvé étrange que, après la mort annoncée, le 23 février, le gouvernement français ait demandé des prélèvements d'ADN sur les familles des otages ; ce qui laisse à penser qu'on craignait qu'ils aient été tués en même temps. »
 (*) « Commandos français ; les missions des forces spéciales », Jean-Marc Tanguy, 270 pages, éditions Altipresse, 24 euros.
en savoir plus
Quand les négociations n'aboutissent pas
Pour Jean-Marc Tanguy, il n'y a guère que trois options dans les prises d'otages : soit payer, soit échanger (contre des prisonniers ou du matériel), soit aller chercher. Pour autant, « un gouvernement qui choisit le principe de la négociation ne se prive jamais totalement d'une option militaire. » Et sans doute pas non plus d'un aspect financier dans la négociation… Est-ce parce que la négociation n'aboutissait à rien qu'on a finalement décidé d'aller chercher Denis Allex, l'agent de la DGSE retenu depuis trois ans en Somalie (*)? « Je pense que c'est aussi dans la perspective de notre intervention au Mali : on savait que nos troupes allaient y affronter des amis de ses ravisseurs, ce qui le mettait très en danger. »
(*) L'opération Allex (il a été tué par ses ravisseurs au cours de l'assaut) a eu lieu le 11 janvier, jour de l'intervention française au Mali
Bruno Besson
Suivez-nous sur Facebook

_________________
« A la Grèce, nous devons surtout notre raison logique. A Rome, nos maximes de droit et de gouvernement. Mais à l'Evangile nous devons notre idée même de l'homme. Si nous renions l'Evangile, nous sommes perdus. » Maréchal de Lattre de Tassigny (mort le 11 janvier 1952).
Revenir en haut Aller en bas
jacky alaux
Expert
Expert
jacky alaux


Les forces spéciales et les otages d'Arlit  Empty
MessageSujet: Re: Les forces spéciales et les otages d'Arlit    Les forces spéciales et les otages d'Arlit  EmptyLun 4 Nov 2013 - 15:04


Concernant les otages et les interventions de nos FORCES SPÉCIALES.

Pour moi c'est la méthode russe la meilleur. Quant il y a enlèvement d'otages, des que les BANDITS sont repérés, il faut les intercepter et les exterminer sans pitié. C'est la seule manière de décourager cette vermine. Vous allez me dire: Oui, mais il y a risque pour les otages... Des otages qui connaissent tres bien les dangers de s'aventurer en zones de risque et qui doivent en subir les inconvénients. Je signal que chez les américains les membres des entreprises US travaillant en zones de guerre ont leur propre agences privées de sécurité ( ce que la France interdit ) Quant à payer des millions pour récupérer ces citoyens souvent inconscients, tel des journalistes ou des touristes en soif d'aventure, c'est la meilleure facon d'encourager ses assassins
Revenir en haut Aller en bas
LAUCHERE
Expert
Expert
LAUCHERE


Les forces spéciales et les otages d'Arlit  Empty
MessageSujet: Re: Les forces spéciales et les otages d'Arlit    Les forces spéciales et les otages d'Arlit  EmptyLun 4 Nov 2013 - 21:07

jacky alaux a écrit:

Concernant les otages et les interventions de nos FORCES SPÉCIALES.

Pour moi c'est la méthode russe la meilleur. Quant il y a enlèvement d'otages, des que les BANDITS sont repérés, il faut les intercepter et les exterminer sans pitié. C'est la seule manière de décourager cette vermine. Vous allez me dire: Oui, mais il y a risque pour les otages... Des otages qui connaissent tres bien les dangers de s'aventurer en zones de risque et qui doivent en subir les inconvénients. Je signal que chez les américains les membres des entreprises US travaillant en zones de guerre ont leur propre agences privées de sécurité ( ce que la France interdit ) Quant à payer des millions pour récupérer ces citoyens souvent inconscients, tel des journalistes ou des touristes en soif d'aventure, c'est la meilleure facon d'encourager ses assassins  
Sans autre commentaire Jacky entièrement d'accord avec toi,pas de sommations envers les crapules de ce genre, on tire à vue.
Revenir en haut Aller en bas
jacky alaux
Expert
Expert
jacky alaux


Les forces spéciales et les otages d'Arlit  Empty
MessageSujet: Re: Les forces spéciales et les otages d'Arlit    Les forces spéciales et les otages d'Arlit  EmptyLun 4 Nov 2013 - 21:26


LAUCHERE... PARA, jusqu'a la mort !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Les forces spéciales et les otages d'Arlit  Empty
MessageSujet: Re: Les forces spéciales et les otages d'Arlit    Les forces spéciales et les otages d'Arlit  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Les forces spéciales et les otages d'Arlit
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: LES UNITES PARACHUTISTES France et OM :: La brigade des forces spéciales terre (BFST) a été créée à Pau le 1er juillet 2002-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: