CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Répondre au sujetPartagez
 

 La longue chute du géant vert...

Aller en bas 
AuteurMessage
PTS
Pro !
Pro !
PTS


La longue chute du géant vert... Empty
MessageSujet: La longue chute du géant vert...   La longue chute du géant vert... EmptyMar 29 Oct 2013 - 20:13

Mardi 29 octobre 2013

La longue chute du géant vert
Cécile Chevré

Etonnant, oui, vraiment étonnant... Voilà ma réaction face au comportement des marchés ces derniers jours.

Tout semble revenu à la normale. Les marchés actions sont en hausse, l'économie est repassée au second plan et les écoutes de la NSA sont revenues sur le devant de la scène. Plus personne ne semble se soucier de dettes, de budget ou même des résultats mitigés des entreprises américaines et européennes.

Tout semble recouvert par la promesse de liquidités illimitées jusqu'au tout début d'année prochaine, voire même jusqu'au printemps prochain, une fois réglé le problème du relèvement du plafond légal de la dette et celui du budget 2014.

Cependant, il est difficile de croire que les turpitudes américaines de ces derniers mois sont passées sans laisser de traces.

Première d'entre elles, une perte de confiance dans la Fed, ou plus exactement en sa forward guidance. Les marchés n'aiment pas être pris à revers par la banque centrale américaine, ainsi celle-ci a-t-elle pris l'habitude de communiquer bien en amont sur sa politique, assurant par exemple régulièrement les marchés sur sa volonté de maintenir ses taux directeurs à des taux très bas pendant, selon la formule consacrée "très longtemps encore".

En mars dernier, nouvel exercice de forward guidance, la Fed annonce qu'elle envisage de réduire ses achats de bons du Trésor ("Taper"). Les marchés digèrent (mal) la nouvelle, mais en prennent compte, s'attendant à une réduction dès septembre 2013.

Or, mi-septembre, la banque centrale américaine semble renoncer au "Taper", prenant de court analystes et marchés. Certes, la nouvelle était plutôt bonne pour eux (l'injection de liquidité allait se poursuivre) mais ils n'ont pas apprécié cet inattendu revirement de politique.

Deuxième c.nséquence, à plus long terme cette fois, la désaméricanisation du monde. Le terme a été mis à la mode mi-octobre par un éditorial de l'agence de presse officielle Xinhua s'insurgeant contre la valse-hésitation du Congrès américain, des fluctuations du dollar et des c.nséquences sur les devises et économies émergentes.

Entendons-nous bien. Je ne pense pas que les Etats-Unis et le dollar vont s'effondrer dans les mois, ou même les années qui viennent. Ni qu'ils vont perdre leur place prépondérante dans l'économie mondiale en un claquement de doigt. Mais alors que depuis la Seconde Guerre mondiale, nous vivions dans monde régi par le dollar, cette domination s'effrite.

Sur quoi repose l'actuelle suprématie américaine et du dollar ?

- Sur la puissance économique des Etats-Unis. Or celle-ci est de plus en plus concurrencée par les pays émergents, tout particulièrement par la Chine (8 222 milliards de dollars), mais aussi par la Zone euro dont le PIB total (en 2012) atteignait 9 483 milliards d'euros contre 12 643 milliards d'euros pour les Etats-Unis.

- Sur la stabilité du dollar. La stabilité du dollar reposait sur la puissance économique américaine. Or cette stabilité, artificiellement maintenue depuis au moins 2008, vole aujourd'hui en éclats, du fait même de la Fed. En pratiquant quantitative easing et politique de taux bas, la banque centrale américaine a affaibli de fait le dollar, encouragé la spéculation monétaire (carry trade) et donc la volatilité des monnaies émergentes. Dans la guerre des devises, elle a aussi fragilisé ces mêmes économies en pénalisant leurs exportations.

Il n'en fallait pas plus pour que nombre de pays et d'institutions internationales, comme le FMI, soulignent le rôle du dollar dans la naissance et la propagation des crises financières. De facteur de stabilité, le dollar est devenu facteur d'instabilité. De plus en plus de voix s'élèvent donc contre le dollar.

Depuis la crise de 1998, les pays émergents ont essayé d'augmenter leurs réserves de change pour réduire leur vulnérabilité aux crises monétaires. Ils ont aussi tenté de réduire leur endettement libellé en devises étrangères (dollar essentiellement) pour la même raison. Et, depuis mars dernier, alors que la Fed faisait planer le doute sur son "Taper", les pays émergents ont été emportés par une nouvelle tourmente monétaire liée au retrait massif des liquidités étrangères de leurs économies. Nouvelle preuve de l'instabilité provoquée par la politique monétaire de la Fed.

- Sur le pétrodollar, qui a renforcé le rôle du dollar comme monnaie de réserve mondiale en rendant le billet vert quasiment obligatoire dans les transactions pétrolières. Pour résumer : pour acheter du pétrole, vous devez possédez du dollar. Or cette domination du billet vert est progressivement remise en cause par les principaux pays émergents, comme la Chine ou l'Inde.

La Chine vient de passer devant les Etats-Unis comme premier importateur de pétrole au monde. Selon l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA), les importations nettes chinoises ont atteint 6,3 millions de barils par jour en septembre, contre 6,24 millions pour les Etats-Unis. Certes, la différence n'est pas bien grande, certes aussi l'échappée chinoise n'est pas définitive mais la nouvelle n'en reste pas moins significative.

Revenir en haut Aller en bas
 
La longue chute du géant vert...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Chêne Vert à Crevant
» Les smocky eyes Bourjois
» c'est koi la lessive de grenouille ?
» Une chute, une /$/%%/&* de chute...
» résurrection d'un Oxygers 57 vert armée

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: ACTUALITES DIVERS :: Actualité instantanée :: GEOECONOMIE-
Répondre au sujetSauter vers: