CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Petite histoire de la germanophobie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Devevey
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Petite histoire de la germanophobie   Lun 14 Oct 2013 - 0:37

Livre / Petite histoire de la germanophobie, de Georges Valance


Le 13 octobre 2013

Jean-Claude

Lauret

Journaliste, critique littéraire.


Cliquez pour acheter

Le succès remporté par Angela Merkel lors des élections en Allemagne a eu en France une surprenante c.nséquence. Une vague de germanophobie a balayé le pays, déferlant en particulier sur le Parti socialiste. Arnaud Montebourg et Claude Bartolone se sont distingués par l’outrance de leurs propos. À les entendre, l’ennemi est toujours à nos portes, de l’autre côté du Rhin, prêt à fondre sur la douce France.
En 1990, Georges Valance, passionné d’histoire et d’économie, publiait chez Flammarion « France-Allemagne, le retour de Bismarck », une analyse fine et quelque peu dérangeante sur les c.nséquences de la réunification de ces deux univers que tout semble opposer. Sans avoir l’air d’y toucher, cet observateur un tantinet impertinent vient aujourd’hui, avec cette Petite histoire de la germanophobie, bousculer allègrement maintes idées reçues.
Tout d’abord celle de l’ennemi héréditaire. S’il faut donner une date de naissance à ce concept fort manichéen, il importe de s’arrêter au désastre de la guerre de 1870, lorsque les Prussiens lancèrent leur charge victorieuse. C’est en abattant sur le Second Empire sa poigne de fer que Bismarck donne à la Prusse et aux États germaniques une fierté qui n’était pas la leur et fonde le nationalisme allemand.
Georges Valance, avec une aimable aisance, entreprend de conter la lente mais inexorable dérive de ces deux continents géographiques qui vont devenir au fil du temps radicalement différents, au point que tout va bientôt les opposer.
Bien des lecteurs vont apprendre avec surprise que les Germains montrent dès le XVIe siècle une profonde hostilité vis-à-vis de l’univers latin : irréductible combat entre Luther et Rome ; protestants contre catholiques. Pendant ce temps-là, les Français, fiers de leur gloire, sont indifférents. On se heurte certes sur les champs de bataille, mais les hostilités s’arrêtent lorsque le combat prend fin.
Sous Louis XIV, le traité de Westphalie marque la suprématie française et l’affirmation du pouvoir royal devant une Germanie morcelée. Les Français, désinvoltes, arrogants, montrent leur savoir-faire et leur aimable détachement : au XVIIIe siècle, les maîtres du monde ne sauraient avoir d’ennemis, juste des admirateurs.
Dans ce parcours à travers le temps, Georges Valance montre la lente et subtile progression d’un antagonisme qui va séparer de façon irréductible les deux peuples, les deux nations, les deux États. Il explique cette déchirure radicale qui sépare depuis plus d’un siècle la France et l’Allemagne. Au patriotisme des uns s’oppose le nationalisme des autres. L’idée de la nation française, celle de l’État, se heurte à la perception du peuple, lequel est, pour les Allemands, le fondement d’un empire multinational où les réminiscences du Saint-Empire romain germanique vont jusqu’à justifier un Reich dans leur imaginaire.
Les regards de George Valance ne portent pas à la sérénité. Le couple franco-allemand risque fort de connaître dans l’avenir des scènes de ménage d’une belle violence. Le costume trois-pièces du commercial a remplacé l’uniforme de ce qui fut l’envahisseur d’hier sans être pour autant l’occupant d’aujourd’hui.
En ce début du XXIe siècle, la puissance économique détermine l’influence d’une nation. Aujourd’hui, la force de l’Allemagne tient à son ouverture vers la Russie et à la faiblesse de la France. L’angoisse du déclin français dans une compétition mondialisée explique ce déferlement de sentiments hostiles qui risquent de devenir de la haine.
Voici un livre piquant, titillant pour l’esprit, qui nous invite à regarder le passé et à réfléchir sérieusement sur le devenir. Un traité racontant l’histoire de deux passions antagonistes lorsque la germanophobie fait mauvais ménage avec la francophobie. Passionnant.
Petite histoire de la germanophobie

source: Bd Voltaire

_________________

Revenir en haut Aller en bas
 
Petite histoire de la germanophobie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: ACTUALITES DIVERS :: L'ACTUALITE DU JOUR, LES BREVES-
Sauter vers: