CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 5 JUILLET 1962 ORAN TEMOIGNAGE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
guy61
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: 5 JUILLET 1962 ORAN TEMOIGNAGE   Mer 21 Aoû 2013 - 15:19


«Agonie d’Oran»
de Geneviève de TERNANT
(éditions J.Gandini - Calvisson) (P. 94 et suivantes tome 3)
TÉMOIGNAGE DE 
Monsieur J.Henry FOURCADE

Le témoin était en 1962 juge d'instruction au Tribunal de Grande Instance d'Oran et Président du Tribunal Militaire de Colomb-Béchar.
"En ce mois de juin 1962, la population d'Oran désabusée et sou­mise à l'inquisition permanente et meurtrière prépare son démé­nagement qu'elle pressent devoir être définitif. Dans la dernière quinzaine de juin, des camions de l'armée munis de haut-parleurs parcourent les rues de la ville et des faubourgs pour rassurer la population et lui affirmer que l'armée restera pen­dant trois ans pour assurer la sécurité des personnes et des biens.
Des fenêtres, on entend monter les cris de "menteurs". L'épouse du commandant Olivier, de l'Etat-major du Général Katz qui habi­te notre immeuble, nous précise que cette affirmation est effecti­vement mensongère car l'armée doit être consignée donc inca­pable d'assurer toute mission extérieure à ses casernes.
Cette lourde inquiétude est aussi palpable au sein du Palais de Justice. Aussi, dans les derniers jours de juin, les chefs de la Cour d'Appel saisissent officiellement le Général Katz qui semble inves­ti de tous les pouvoirs, pour lui demander si, après le 2 juillet, les magistrats doivent continuer à assurer leur service ou bien, avec leur famille, se regrouper dans des locaux prévus à cet effet. Par retour du courrier, le Général Katz précise que les magistrats doi­vent rester à leurs postes et que leur sécurité et celle de leurs familles serontassurées quoi qu'il arrive.
Le 2 juillet, le référendum sur l'indépendance de l'Algérie se déroule sous le contrôle armé du FLN, donc sans surprise.
Le 3 juillet, les européens, par prudence, restent chez eux. Par contre, les musulmans envahissent les rues du centre ville où on ne les voyait plus depuis quelques temps. Il faut rappeler qu'Oran est, à ce moment, une ville de 400.000 habitants dont 80.000 musulmans.
Le 4 juillet, la vie reprend progressivement son cours, mais, l'après-midi, les musulmans paraissaient très nerveux et les regards de certains ne laissaient aucun doute sur leurs senti­ments. En fin d'après-midi, je vois des colonnes de voitures circu­ler en ville à une vitesse folle. On sent que quelque chose se pré­pare. Le Général Katz, qui doit être renseigné, ne donne à la popu­lation aucune consigne de prudence.
Le 5 juillet est l'anniversaire de la capitulation d'Alger en 1830. La victoire du FLN représente une suprême revanche. C'est donc jour férié pour les musulmans.
Je quitte vers 9 h 30 mon appartement situé quartier Bel-Air, au-des­sus de la nouvelle préfecture, pour me rendre, avec Louis Daste, substitut au Tribunal, rue de la Bastille pour faire des provisions car beaucoup de commerces sont fermés. Tout paraît normal. De là, nous nous rendons au Tribunal, Square Garbé. Un moment plus tard, nous entendons des coups de feu provenant de la ville, suivis bientôt d'une vraie fusillade. Comprenant qu'il se passe des événements graves, nous fermons les grilles extérieures et la porte en bois monumentale du Tribunal.
Après un moment d'attente, nous voyons apparaître sur le square des hommes armés parmi lesquels on reconnaît des uniformes de la force locale.
Certains prennent position derrière le kiosque à musique, d'autres, réussissant à ouvrir des voitures en stationnement devant le Tribunal, les mettent en marche, quelques uns percutant directe­ment les arbres du square.
Les embusqués derrière le kiosque à musique, voyant des per­sonnes regarder de l'intérieur du Tribunal, par les fenêtres, se met­tent à tirer sur ces fenêtres et sur la porte centrale. Nous pensons que l'assaut va être donné au Tribunal. A peine une vingtaine de personnes, magistrats et employés du Tribunal et de la Cour d'Appel, sont à l'intérieur du bâtiment, sans la moindre arme.
Le Général Katz avait fait enlever des pièces à conviction des armes à feu et même les simples couteaux. Donc, aussitôt, le magistrat présent le plus gradé, l'avocat généra! Lapeyre, téléphone au Général Katz pour l'informer de ce qui se passe et lui demander d'intervenir aussitôt, selon les indications de sa missive dont l'encre est à peine sèche. Le général Katz répond qu'il va faire le nécessaire. Le temps passe. Puis l'avocat général rappelle l'Etat-major pour s'étonner du retard. Un officier embarrassé l'informe que le général est parti et qu'il n'a laissé aucune consigne à notre sujet.
Nous comprenons que nous sommes abandonnés à notre sort. L'avocat général téléphone alors à la gendarmerie qui donne aussi sur le Square Garbé, à la perpendiculaire du Tribunal. Le colonel(1) l'in­forme que ses hommes sont en position de combat pour repousser une attaque éventuelle, mais qu'il a l'ordre formel de ne pas interve­nir à l'extérieur de la caserne. Il ajoute qu'il prendrait sur lui d'inter­venir en cas d'attaque directe du Tribunal. L'aurait-il fait ? L'assaut sur le Tribunal n'est en effet pas tenté. Le temps passe. Impossible de prévenir nos familles, car, si le téléphone est main­tenu pour les administrations, il est coupé depuis un certain temps pour les particuliers.
Brusquement, on entend des ordres brefs en arabe et on voit une foule de musulmans venant de la ville traverser le square en cou­rant en direction du quartier arabe.
Le Square Garbé se vide et retrouve un silence complet. Peu après, un camion de fusilliers-marins s'arrête devant le Tribunal.
Le chef du détachement nous indique qu'il va nous raccompagner à nos domiciles respectifs. En passant près du Commissariat, nous voyons des membres de la force locale y faire pénétrer des européens. Les rues sont désertes.
Il est 17 h environ lorsque je retrouve mon épouse éplorée et mon dernier fils, âgé de 20 jours.
Le lendemain, nous apprenons que l'Amiral commandant la base de Mers-el-Kébir est intervenu à Oran après une conversation ora­geuse avec le Général Katz qui refusait de le faire.
La fille du concierge du Tribunal, musulmane qui séjournait chez des amis arabes dans leur quartier m'indiqua plus tard que des camions chargés d'européens arrivaient le 5 juillet sur la place du quartier. Les malheureux étaient déchiquetés par la foule qui pié­tinait les lambeaux de chair.
Le beau-père et le beau-frère d'un cousin de mon épouse, Serge Ribaud qui étaient descendus en ville n'ont jamais reparu.
En 1985, alors que j'étais Président de la Cour de St Denis de la Réunion, un fonctionnaire me déclara un jour qu'il accomplissait son service militaire à Oran, et qu'après les événements du 5 juillet, l'armée avait retiré de nombreux cadavres d'européens du Petit Lac, à la sortie d'Oran.
Pau, le 30 janvier 1999
JEAN-HENRY FOURCADE
Je précise que la présente déposition peut-être produite en justice et que je connais les peines prévues en cas de faux témoignage.
---==oOo==---
(1) - Le colonel Pérolaz, Commandait la Légion de Gendarmerie d’Oran en juillet 1962.
G.Ibanes se souvient très bien avoir reçu l’ordre du Colonel de ne pas intervenir pour porter secours aux Français poursuivis par les arabes du FLN.
Par contre les personnes se présentant au portillon, la grande porte étant verrouillée, étaient accueillies et mises à l’abri.
Lorsque le calme fut revenu vers les 18h,elles furent transportées en véhicules jusqu'à leur domicile pour celles qui le désiraient.
G.Ibanes, gendarme, était sous les ordres du Colonel PEROLAZ, et a été un témoin oculaire avec ledit Colonel, ainsi que de nombreux autres officiers et sous-officiers qui assistaient impuissants depuis leurs fenêtres lors des évènements du 5 juillet 1962 particulièrement ceux du Square Garbé où était situé le bâtiment de la Gendarmerie.
Le palais de justice se trouvait juste en face dans une petite rue à gauche par rapport à la Gendarmerie.
G.Ibanes confirme l’exactitude du témoignage de Monsieur le Juge d’Instruction Jean-Henry FOURCADE.
G.Ibanes déclare être prêt à témoigner devant la Justice Nationale ou Internationale sur de nombreux autres crimes commis par le FLN dans les circonscriptions où il était en poste depuis le début des évènements jusqu’au jour de son banissement de sa terre natale en Août 1962.
G.Ibanes précise connaître les peines prévues en cas de faux témoignages mais que son intention n’a d’autre but que de servir la Justice, la vraie.
---=oOo==---

Revenir en haut Aller en bas
FOUQUET66
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: 5 JUILLET 1962 ORAN TEMOIGNAGE   Mer 21 Aoû 2013 - 16:11

Merci,Guy61 pour ce post qui nous fait souvenir de bien des choses....
Revenir en haut Aller en bas
http://www.legionetrangere.fr/
guy61
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: VERSION DE KATZ 5 JUILLET 62   Mar 22 Oct 2013 - 21:30

Katz « Aujourd'hui encore je suis accusé d'avoir empêché mes unités d'intervenir dans cette
malheureuse affaire. Pas plus qu'après le 5 juillet 1962, Paris n'a jamais fait une mise au
point pour rétablir la vérité… Je m'attendais à ce que Pierre Messmer, ministre des Armées,
apporte un démenti à ces accusations dénuées de tout fondement. Il n'en fut rien… J'ai
trouvé la raison du silence du ministre des Armées et du gouvernement dans l'ouvrage
d'Alain Peyrefitte : C'était de Gaulle, où il rapporte ce qu'avait déclaré le Général avec une
sombre détermination au conseil des ministres du 24 mai 1962 : « La France ne doit avoir
aucune responsabilité dans le maintien de l'ordre après l'autodétermination. Elle aura le
devoir d'assister les autorités algériennes, mais ce sera de l'assistance technique. Si les gens
s'entre-massacrent, ce sera l'affaire des autorités algériennes. » Voilà pourquoi aucun
démenti ne fut fait en juillet 1962 car il aurait mis en cause le Général et son gouvernement.
»
Le général Katz fait l’objet un mois plus tard, le 4 août, d’une citation à l’ordre de l’armée
comportant l’attribution de la croix de la Valeur militaire avec palme pour, entre autres, «
avoir su rétablir et préserver avec force et dignité l’autorité légale et l’ordre public10 ». Il
quitte Oran le 13 août 1962.
Muté en Allemagne, à Coblence, il y est poursuivi par des commandos de l’OAS. Il est
nommé fin 1963 à la tête de la région militaire de Bordeaux, avec rang et appellation de
général de corps d'armée. Début 1968, Edmond Michelet et Jacques Chaban-Delmas
obtiennent du président De Gaulle que Joseph Katz soit élevé au rang et à l’appellation de
général d'armée;Il achève sa carrière militaire en cette même année.
Le 16 octobre 1999, une plainte à l'encontre de Joseph Katz est déposée entre les mains du
doyen des juges, au Palais de justice de Paris, au nom de 47 familles de victimes du
massacre d'Oran, pour « complicité de crime contre l'humanité ». La plainte est déclarée
recevable, requalifiée en « complicité de crimes d'enlèvements suivis d'actes de barbarie et
d'assassinats », puis suivie d’un non-lieu d'informer pour prescription. Un appel de cette
décision n’aura pas de suite, en raison du décès du général Katz survenu le mardi 6 mars
2001.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 5 JUILLET 1962 ORAN TEMOIGNAGE   

Revenir en haut Aller en bas
 
5 JUILLET 1962 ORAN TEMOIGNAGE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: NOS GUERRES COMPTEMPORAINES et les OPEX :: ALGERIE 1954 -1962 :: Le 19 mars 1962 en question...-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: