CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Répondre au sujetPartagez | 
 

 Opération Serval : le Mali pas "complètement stabilisé"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bleu12
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Opération Serval : le Mali pas "complètement stabilisé"   Lun 22 Juil 2013 - 12:12

Opération Serval : le Mali pas "complètement stabilisé"
Par [url=http://www.rtl.fr/recherche?authors=La r%C3%A9daction de RTL.fr]La rédaction de RTL.fr[/url] , [url=http://www.rtl.fr/recherche?authors=Avec AFP]Avec AFP[/url] | Publié le 21/07/2013 à 01h07
international

Grégoire de Saint-Quentin, ancien chef de l'opération Serval au Mali, estime que le pays n'est pas encore stable.
Crédit : ISSOUF SANOGO / AFP
L'ancien chef de l'opération Serval au Mali explique qu'il va falloir du temps pour reconstruire le pays mais se félicite de l'efficacité de l'action de la France.
Le général Grégoire de Saint-Quentin, qui va prendre la direction des forces spéciales après avoir mené l'opération Serval au Mali, reconnaît dans une interview publiée dans Le Journal du Dimanche que ce pays n'est pas "complètement stabilisé" malgré "une dynamique de succès militaires répétés".

"Le territoire malien est grand comme plus de deux fois la France. Pour ses deux tiers, il a été pendant un an sous la coupe des groupes terroristes qui ont mis à bas toutes les structures administratives et sécuritaires, comme la gendarmerie et la garde nationale. L'armée malienne a été défaite et ses matériels ont été détruits. Il faut du temps pour reconstruire tout cela dans un pays aussi vaste", souligne le général.

"Le Mali est-il aujourd'hui complètement stabilisé ? La réponse est non. Nous ne pouvons pas parler de victoire militaire au sens où vous évoqueriez celle de 1945 sur l'Allemagne. Mais nous sommes dans une dynamique de succès militaires répétés que beaucoup auraient estimés inespérés il y a six mois", ajoute-t-il.

"Il faut reconnaître à nos adversaires leur extrême faculté à se fondre dans l'immensité de cet océan de sable qu'est le désert. Néanmoins, même les meilleurs marins ont besoin de toucher un jour au port. C'est pourquoi nous avons ciblé en priorité les sanctuaires des terroristes. Nous y avons trouvé toute une organisation, avec des stocks de carburant et de munitions considérables, des ateliers de réparation automobile, de fabrication d'engins explosifs, de vestes pour kamikazes et une grande quantité d'information sur leurs activités et leurs projets. La mission de Serval, de la Minusma et des forces de défense et de sécurité malienne consiste à empêcher la renaissance de cette industrie du terrorisme. S'ils veulent se reconstituer un sanctuaire, nos adversaires devront faire plus qu'errer dans le désert", explique le général de Saint-Quentin.

Selon lui, "Serval a démontré la capacité de l'armée française à s'engager en premier sur un théâtre d'opérations, de façon très rapide et puissante, ce que peu d'armées peuvent faire en réalité (...) Serval est peut-être un modèle à prolonger pour les opérations futures. On sait très bien qu'il est très difficile de partager à plusieurs la décision politique de déclencher puis de conduire une opération militaire, surtout dans l'urgence. En revanche, celui qui a le courage de l'assumer pour la collectivité doit avoir l'assurance de pouvoir trouver un soutien chez ses alliés, notamment dans le domaine logistique.

_________________
"Nous avons eu l’impression d’être trahis, ce qui explique notre révolte" Commandant Hélie de Saint-Marc dernier Chef de Corps du 1er REP
Revenir en haut Aller en bas
 
Opération Serval : le Mali pas "complètement stabilisé"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: NOS GUERRES COMPTEMPORAINES et les OPEX :: OPEX 1962 à ce jour :: MALI opération SERVAL-
Répondre au sujetSauter vers: