CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Non Bizerte n'est pas une bataille oubliée sur Chemin de Mémoire des Parachutistes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Claude Millet
Fondateur
avatar


MessageSujet: Non Bizerte n'est pas une bataille oubliée sur Chemin de Mémoire des Parachutistes   Jeu 18 Juil 2013 - 18:34

Transcription d'un message que je viens de recevoir dans le bloc contact:

Voici un email envoyé depuis la page Contact par Anonymous sur "CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES" - http://www.chemin-de-memoire-parachutistes.org et vous figurez sur la liste des destinataires.

Sujet du message : [Contact] Bataille de Bizerte 19/23 juillet 1961

Contenu du message :

Bizerte 19 juillet 1961, une bataille oubliée
Cela fait maintenant 6 mois que le président tunisien Habib Bourguiba, qui cherche à améliorer son image internationale et profitant des difficultés que rencontre la France avec le FLN, dont les négociations viennent d’être rompues, veut la forcer a restituer à la Tunisie la base aéronavale de Bizerte.
A partir du 7 juillet 1961, des déclarations agressives et les préparatifs d’un blocus de la base par l’armée et la garde nationale tunisienne, la France se prépare à riposter fermement
Face à l’encerclement des éléments de la base aéronavale par des éléments de l’armée tunisienne et des jeunesses néo destouriennes et aussi à l’intransigeance de Bourguiba dans les négociations en cours  on se dirige vers un affrontement.
Pendant ce temps en Algérie, le 2ème et le 3ème RPIMa sont mis en alerte et dirigés vers des aéroports où des avions les attendent
Les tunisiens ouvrants les premiers les hostilités, les 2ème et 3ème compagnies de 2ème RPIMa embarquent à Blida et s’envolent vers 16h00 en direction de Bizerte le 19 juillet 1961
Vers 18h00 dans le ciel de Bizerte un grondement sourd annonce une vague d’avions arrivant par l’ouest.
Les pistes d’atterrissages étant sous le feu de l’artillerie tunisienne les paras sautes à basse altitude.
Arrivés au sol les 2 compagnies prennent position  aux limites de la base, assurant une certaine sécurité et permettant l’atterrissage du restant du régiment.
A 6h00 du matin le 20juillet 1961, le 2ème RPIMa  engage l’opération « Colline » dont le but et d’assurer la sécurité éloignée de la base aérienne
Vers 16h00, les avions transportant le 3ème RPIMa se posent et le régiment se joint au 2 dans l’action de sécurisation de la base
Participeront aussi à la bataille, le 3èmeREI, débarqué le 21/07/1961, le 8ème Régiment de Hussard, débarqué le 22/07/1961, une section de la 60ème compagnie de Génie Aéroporté aérotransportée le 17/07/1961 ainsi que le 8ème Régiment interarmes de la base aéronavale.
Les combats vont durer 4 jours et 4 nuits et un cessez le feu prendra effet le 23/07/1961 à 00h00
Les tunisiens ont eu 720 morts et plus de 600 blessés. Un important armement à été saisie.
Militaires français tombés au champ d’honneur durant la bataille de Bizerte
Marine : 4. Armée de l’Air : 2. 2ème RPIMa : 10. 3ème  RPIMa : 9.
Le général Ailleret, dans son ordre du jour n° 9 du 22 octobre 1961, à reconnu la valeur du 2ème RPIMa (voir bas de page)
Contrairement a ce que l’on pouvait croire, beaucoup d’appelés se sont retrouvés dans cette bataille car le 2ème RPIMa était composé à plus de 50% d’appelés et il y avait des appelés aussi au 3 dont l’auteur, d’un des rares livres qui retracent les évènements de Bizerte, était sergent  à la 2ème compagnie du 3.
Dans un autre livre qui traite du même sujet, Patrick-Charles Renaud indique lui-même que des appelés sont présents au 2 quand l’un d’eux répond à un appelé de l’armée de l’air sur la base de Blida où les paras étaient en alerte :
‘’ l’un d’eux (un aviateur) se hasarde et pose (au para) la question rituelle :
                                   Tu es appelé ou tu es engagé ?
                                   J’suis appelé.
                                   Tu as encore combien de temps à tirer ?
                                   Trois semaines
                                    Et cela ne te gêne pas de partir là-bas ?
                                    Oh non, comme cela on finira en beauté ‘’
Et malheureusement pour 19 d’entre eux cela ne c’est pas terminé en beauté
Maintenant on peut se demander comment des appelés ont été amenés à se battre dans un pays étranger, je veux bien que sur la base de Bizerte on a pu considérer qu’ils étaient encore en France, mais à partir du moment où ils ont commencé à sortir de la base, à partir du moment où ils sont rentrés dans Bizerte ?
Aujourd’hui personne ne parle plus de ces évènements, ni de ceux qui sont tombés là-bas.
Encore des victimes  oubliées de la guerre d’Algérie mais le 19 juillet 2013 j’aurai une pensée particulière pour ces camarades.
Francis Benoit
Cet article a été rédigé à partir d’élément pris sur le Web, et sur des livres traitants de cette période
Bibliographie :
‘’Le dégagement de la base de Bizerte’’ de Loïc Chardon,’’ la bataille de Bizerte’’ de Patrick-Charles Renaud et ‘’ Les loups sont entrés dans Bizerte’’ de Philippe Boisseau, sergent appelé du 3ème RPIMa



COMMANDEMENT SUPERIEUR  DES FORCES                                                       Alger, le 22 octobre 1961
                         EN ALGERIE  
                            --------------
                           LE GENERAL                                            
                            -----------------                                      
                                                                                         ORDRE DU JOUR N° 9

                           Parachuté sous le feu le 19 juillett 1961, le 2ème RPIMa a conquis de haute lutte la tête de pont indispensable au renforcement rapide de la garnison de Bizerte puis à, sans désemparé, entrepris et réussi le dégagement des points stratégiques essentiels, ajoutant ainsi un brillant fait d’arme à son glorieux palmarès

                          Au nom des Forces d’Algérie, qu’il vient de rejoindre, je tiens à féliciter chaleureusement le Chef de Corps, les Officiers, les Sous-Officiers et les Parachutistes qui participèrent à cette action et surent répondre si magnifiquement à leur vocation  d’éléments d’avant garde et de choc

Je salue le drapeau du 2ème RPIMa, je m’incline au souvenir de ceux  qui tombèrent sous ses plis durant les journées du 19 au 22 janvier 1961

                                                                                                                                                AILLERET


Francis B a écrit:
Aujourd’hui personne ne parle plus de ces évènements, ni de ceux qui sont tombés là-bas.
"Chemin de Mémoire des Parachutistes" fait le maximum pour ne pas oublier et rendre hommage à ceux qui sont tombés au Champ d'Honneur
Claude Millet

_________________

RASURA_________SER
1er RCP - 257.174

« Il n'y a pas de sens de l'Histoire, il n'y a pas de vent de l'Histoire car ce qui fait l'Histoire, selon notre conception occidentale et chrétienne qui est vérifiée par tous les faits historiques, c'est la volonté des hommes, c'est l'intelligence des hommes, ce sont leurs passions, bonnes ou mauvaises. »Colonel Bastien THIRY procès Petit Clamart
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/intelligencearmee/
PLOUSEY
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Non Bizerte n'est pas une bataille oubliée sur Chemin de Mémoire des Parachutistes   Sam 20 Juil 2013 - 16:31

Merci de ce rappel.
Appelés/engagés, je n'ai jamais vu la différence chez les paras, le FM, le MAS, la MAT, le sac T.A.P. pesaient le même poids, nous marchions côte à côte, soutenant celui qui faiblissait : tous au service de la Nation.
Revenir en haut Aller en bas
 
Non Bizerte n'est pas une bataille oubliée sur Chemin de Mémoire des Parachutistes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: AU PANTHEON DES PARACHUTISTES, tous égaux devant la mort, St MICHEL ne fait aucune distinction de grade :: LES PARACHUTISTES MORTS AU "CHAMP D'HONNEUR" :: Parachutistes morts au champ d'honneur pendant le DEGAGEMENT de la base de BIZERTE-
Sauter vers: