CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

  LETTRE MENSUELLE de L'ASAF 13/07 Association de Soutien à l'Armée Française

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kéo
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: LETTRE MENSUELLE de L'ASAF 13/07 Association de Soutien à l'Armée Française   Mer 17 Juil 2013 - 0:04



LETTRE MENSUELLE de L'ASAF 13/07

« Ne pas subir » (Maréchal Jean de Lattre de Tassigny)
Madame, Monsieur,


1/ Vous trouverez ci-dessous la lettre mensuelle 13/07 de l’ASAF : « Le 14 juillet ».
Elle vous est adressée, alors que l’armée s’apprête à défiler partout en France et à recevoir l’hommage de la Nation.
En ces temps de crise, la fête nationale est l’occasion, pour les Français, d’exprimer leur soutien à ceux qui portent les armes de la France et de rappeler aux responsables politiques l’impératif d’une armée forte garantissant à la fois leur sécurité et l’indépendance du pays.
Alors que le Livre blanc signe un dangereux affaiblissement de nos forces pour les années à venir, il appartient aux Français de se mobiliser pour refuser ce déclin mortel et aux parlementaires d’exprimer à l’automne, lors du vote de la loi de programmation militaire, la volonté de la Nation.

2/ C’est pourquoi l’ASAF, association apolitique et entièrement bénévole dont le seul objectif est de servir l’intérêt national, appelle tous les Français qui refusent la dislocation et la marginalisation de leur armée à la rejoindre.
Elle propose aux lecteurs de cette lettre de la diffuser largement aux élus et responsables politiques, aux militaires d’active, de réserve, aux anciens, mais aussi aux étudiants futurs cadres du pays, aux enseignants et à tous ceux qui, quels que soient leur profession, leur âge et leurs options politiques, croient en la France et estiment que l’armée en est un élément vital.

3/ L’ASAF vient de faire paraître le numéro d’été de sa revue trimestrielle « Engagement » (76 pages). Elle va diffuser au cours du second semestre un numéro thématique consacré aux blessés pour la France (128 pages).
Rappel : Coordonnées : ASAF 18 rue Vézelay – 75008 Paris. www.asafrance.fr;
Adhésion minimale 10 € ; abonnement annuel à sa revue trimestrielle : 15 € ; adhésion de soutien : 100 € ; adhésion de mécène : 1 000 €. Dons acceptés. (L’ASAF ne sollicite aucune subvention de l’Etat).

Je vous souhaite une très belle fête nationale.

Bien cordialement.

Henri Pinard Legry
Président de l’ASAF


Le 14 juillet


Nul ne doute que les Français acclameront leur armée le 14 juillet avec une intensité particulière.
N’en déplaise à quelques idéologues nourris de longue date au lait de l’antimilitarisme, nos compatriotes remercieront les soldats, marins et aviateurs pour la fierté et l’espoir qu’ils leur donnent en ces temps d’incertitude et de doute. Ils leur diront aussi qu’ils comptent sur eux dans les crises graves que notre pays ne manquera pas de traverser dans les années à venir. Quel citoyen lucide ne le pressent pas ?

Incompréhension et méfiance des militaires

Mais leurs applaudissements ne supprimeront pas la méfiance profonde qui s’installe dans l’esprit des militaires envers une classe politique qu’ils estiment trop peu courageuse et trop peu soucieuse de l’intérêt supérieur du pays.
Les cadres, mais aussi les soldats n’acceptent plus que l’institution qu’ils servent pour assurer le premier devoir de l’Etat - la Défense - supporte seule depuis 30 ans l’essentiel des efforts d’économie et de réduction d’effectifs dans notre pays.
De retour d’Afghanistan, de Libye et du Mali, ils s’expriment rarement dans les grands médias télévisuels, sans doute pour ne pas faire d’ombre aux politiques et ne croient plus aux promesses qui leur sont faites, d’autant qu’ils constatent au quotidien la paupérisation de l’armée.
Pourtant, ces militaires, dont on réduit chaque année les effectifs et les moyens donnent, dans l’exécution des missions qui leurs sont confiées, une leçon de loyauté et d’efficacité à nombre d’institutions et d’organismes publics ou privés.
Dans ces conditions, comment des soldats qui paient leur engagement au prix du sang pourront-ils, longtemps encore, avoir confiance dans la classe politique.

Tous les hauts responsables de l’armée ont mis en garde les gouvernants et les élus sur les c.nséquences catastrophiques qu’aurait sur nos capacités, dans les années à venir, la poursuite des réductions budgétaires. D’ailleurs, la majorité des Français ne comprend pas et n’accepte plus, que même dans cette période de crise, la France sacrifie de façon irréversible un outil militaire d’une qualité opérationnelle enviée et d’une remarquable valeur morale, indispensable à sa sécurité.
Ils demandent maintenant que soit arrêté le processus de dislocation de l’armée que ne manquerait pas de générer la mise en application de certaines préconisations du Livre Blanc.

La Défense est un atout de la France

L’armée est aujourd’hui l’une des rares institutions qui rehausse l’image de la France au plan international et contribue à maintenir sa cohésion.
Ne voit-on pas qu’en réduisant les crédits consacrés à la Défense, on affaiblit d’autant les capacités de recherche et développement indispensables à l’armée de demain ? Ignore-t-on que nos succès industriels d’aujourd’hui sont souvent le fruit des investissements d’hier dans la défense : missiles, armement nucléaire, équipements conventionnels, télécommunications,…
Qu’en sera-t-il demain si nous n’investissons plus assez, alors que la concurrence ne cesse de se renforcer, pour ces 4 000 entreprises de haute technologie dont l’essentiel des emplois est en France ?
Faut-il diminuer les effectifs militaires quand on sait que 1,9 million de Français de 15 à 29 ans ne vont plus à l’école, ne travaillent pas et ne sont pas en formation professionnelle, alors que les armées sont reconnues pour la qualité de la formation technique et civique qu’elles dispensent ?


Cette réduction continue de format est accompagnée depuis quelques mois par une action visant à réduire, sans raison apparente, les responsabilités confiées aux militaires et la place de l’armée dans la Nation. Au nom d’un prétendu « recentrage de l’armée sur son cœur de métier », expression vide de sens, nombre de responsabilités jusque- là assumées avec succès par des militaires leur échappent désormais. Pourtant, qui peut affirmer qu’un énarque ou un contrôleur des armées, sans expérience opérationnelle, est plus à même de diriger un organisme de la Défense tel que la direction des ressources humaines, l’établissement de communication et de productions audio-visuelles, ou le service historique, qu’un officier général qui a non seulement les compétences techniques nécessaires, mais également l’expérience du commandement des hommes, la connaissance du milieu et la compréhension des réalités du terrain ?

Le 14 juillet 2013 marque le refus d’un nombre croissant de Français de voir leur armée réduite, fragmentée et marginalisée.
Les soldats, tous grades confondus, peuvent témoigner de l’extrême difficulté qu’il y a à constituer des forces cohérentes, entraînées, bien soutenues et toujours disponibles.
De plus, les réorganisations, les évolutions et les réductions en cours risquent d’éloigner les meilleurs éléments de l’institution militaire devenue alors une armée croupion.


Mesdames et messieurs les parlementaires, prenez vos responsabilités ! Vous avez le pouvoir de stopper le déclin de notre armée lors du vote de la prochaine loi de programmation militaire. Vous connaissez la réalité et les risques.

L’ASAF se fera un devoir de faire connaître vos prises de position.

Rédaction de l’ASAF - (www.asafrance.fr)
Revenir en haut Aller en bas
 
LETTRE MENSUELLE de L'ASAF 13/07 Association de Soutien à l'Armée Française
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: ACTUALITES DIVERS :: L'ACTUALITE DU JOUR, LES BREVES-
Sauter vers: