CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Répondre au sujetPartagez | 
 

 Opération SERVAL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Michel CAVET
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Opération SERVAL    Jeu 28 Fév 2013 - 11:48

Revenir en haut Aller en bas
http://www.papysauvage.fr/index.html
Michel CAVET
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Opération SERVAL    Jeu 28 Fév 2013 - 11:50

Revenir en haut Aller en bas
http://www.papysauvage.fr/index.html
Michel CAVET
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Opération SERVAL    Jeu 28 Fév 2013 - 11:52

Revenir en haut Aller en bas
http://www.papysauvage.fr/index.html
Claude Millet
Fondateur
avatar


MessageSujet: Re: Opération SERVAL    Jeu 28 Fév 2013 - 13:51

Impeccable pour la présentation de nos PDF.

_________________

RASURA_________SER
1er RCP - 257.174

« Il n'y a pas de sens de l'Histoire, il n'y a pas de vent de l'Histoire car ce qui fait l'Histoire, selon notre conception occidentale et chrétienne qui est vérifiée par tous les faits historiques, c'est la volonté des hommes, c'est l'intelligence des hommes, ce sont leurs passions, bonnes ou mauvaises. »Colonel Bastien THIRY procès Petit Clamart
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/intelligencearmee/
Michel CAVET
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Opération SERVAL    Mar 5 Mar 2013 - 17:19

Document 4

Revenir en haut Aller en bas
http://www.papysauvage.fr/index.html
Michel CAVET
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Opération SERVAL    Mar 5 Mar 2013 - 17:20


Document 5

Revenir en haut Aller en bas
http://www.papysauvage.fr/index.html
Michel CAVET
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Opération SERVAL    Mar 5 Mar 2013 - 17:25


Document 6


Revenir en haut Aller en bas
http://www.papysauvage.fr/index.html
rousseau serge
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Opération SERVAL    Mar 5 Mar 2013 - 17:28

bonjour
mr Rabolliot super chouette
en grand ecran c'est comme un livre
merci amitiés serge
Revenir en haut Aller en bas
Trekker
confirmé
confirmé
avatar


MessageSujet: " Nouvelles du front " 1   Mar 5 Mar 2013 - 20:28

http://www.marianne.net/blogsecretdefense/Mali-les-Francais-ont-fait-leurs-premiers-prisonniers-dans-l-Adrar_a973.html

Mali : les Français ont fait leurs premiers prisonniers dans l'Adrar

Les militaires français qui opèrent dans l'Adrar, au nord du Mali, ont fait, hier et dans la nuit, leurs premiers prisonniers parmi les combattants d'AQMI. Ils sont qu'une poignée. Se pose évidemment la question de leur statut juridique et de leur avenir.
Ils sont traités comme des prisonniers de guerre, même si au regard du droit international, ils n'en sont pas vraiment puisqu'ils n'appartiennent pas à une armée régulière. Les Américains avaient inventé la notion de "combattant ennemi", ce qui a tout droit conduit à Guantanamo. La France ne veut pas entrer dans cette logique. Pour l'heure, ils sont détenus par l'armée française et placés sous la responsabilité juridique des gendarmes de la prévôté. Faute d'autorités administratives maliennes dans cette région, ils devront être transferes vers le sud, pour être remis aux autorités du pays. Seul problème, l'accord technique entre les deux gouvernements - qui légalise cette procédure - n'est pas encore signé...
Revenir en haut Aller en bas
Trekker
confirmé
confirmé
avatar


MessageSujet: " Nouvelles du front 2 "   Mar 5 Mar 2013 - 20:34

Comme quoi nos militaires et état-major au Mali, malgré leurs manques dans certains matériel, ils démontrent un savoir faire remarquable dans ce type de guerre.

http://www.marianne.net/blogsecretdefense/Nord-Mali-l-operation-Panthere-se-solde-par-une-victoire-dans-l-Ametettai_a972.html

Nord-Mali : l'opération Panthère se solde par une victoire dans l'Ametettaï
Français et Tchadiens ont pris samedi le contrôle de ce bastion d'AQMI dans l'Adrar au terme de 3 semaines de combats.

La bataille de l'Ametettaï est terminée et c'est une défaite sans appel pour les combattants d'AQMI. Au terme de trois semaines de combats, Français et Tchadiens ont pris, samedi, le contrôle de cette vallée du massif des Ifoghas, dans le nord du Mali, dont les djihadistes avaient fait l'un de leurs bastions.

Dans le cadres des opérations Panthère, les Français y sont arrivés à la mi-février, avec des premières incursions des forces spéciales, le 13. Les djihadistes, qui espèraient "fixer" les Français plus au sud, ont été extrêment surpris de leur arrivée si rapide dans leur fief. Au départ, Français et Tchadiens (ceux-ci à l'Est) encerclent une zone de 30 sur 60 km, qui va être progressivement et méthodiquement reconquise sur trois axes. Au final, restait un carré de 5 sur 5. On ignore toujours le nombre exact de combattants ennemis qui s'y étaient retranchés, sans doute entre 100 et 200.

Disposaient-ils d'une organisation "industrielle", comme l'a affirmé lundi le chef d'état-major des armées sur Europe 1 ? Il est clair en tout cas qu'ils étient organisés, avec ces points d'appui renforcés et des dépôts logistiques importants. Des véhicules avaient été "embossés", c'est à dire protégés dans des tranchées. Tout cela traduit un réel savoir-faire militaire. S'ils possédaient des armes lourdes - par exemple un obusier de 122 mm D-30, ils ne semblent pas en avoir fait usage lors des combats récents. Ceux-ci se sont déroulés à l'arme lourde d'infanterie (mitrailleuse de 12,7 mm et 14,5 mm ou mortiers). Selon les premières analyses, ces armes proviendraient pour l'essentiel de l'armée malienne et non des stocks de l'armée libyenne... Autre mythe qui s'effondre : aucun missile sol-air en état de fonctionner n'a été découvert. L'installation d'AQMI dans ce secteur remonte à plusieurs années, et s'est sans doute faite avec la complicité tacite de l'ancien gouvernement malien d'ATT...

La stratégie française consistait à détruire la logistique d'AQMI, à savoir ses ressources en eau, nourritures, essences et armements. Ainsi, les puits étaient surveillés... Dès que des objectifs étaient repérés, ils étaient traités par des "feux" d'artillerie (mortier ou canon Caesar), hélicoptères de combat ou aviation. Un peu moins de 2000 hommes ont été engagés au sol dans cette affaire, à part quasiment égale entre Français et Tchadiens. En plus, les Français fournissaient l'appui hélicoptères.
2 GTIA (bataillons) français ont été engagés : le GTIA TAP, formé autour du 1er RCP et du 2ème REP et le GTIA 3 autour du 1er RIMa.

Les combats se sont soldés par la mort de deux Français et de vingt-trois Tchadiens. Côté AQMI, le bilan est plus incertain, sans doute un peu moins de cent. Une partie des combattants ennemis ont sans doute pu s'exfiltrer à pied de ce secteur. Les combattants ennemis étaient particulièrement déterminés : ainsi, alors qu'un groupe de militaires français s'approchait de deux blessés, ceux-ci se sont fait exploser à la grenade dans une dernière tentative d'attentat suicide, qui a heureusement échouée...

Les chefs djihadistes Abu Zeid et Mokhtar Belmokhtar ont-ils été tués, comme l'affirment les Tchadiens ? L'incertitude demeure. La mort du premier est jugée "probable" sur la base de trois éléments : des témoignages, des analyses anthropométriques et son arme personnelle. Mais probable ne veut pas dire certaine. En revanche, celle de Mokhtar Belmokhtar laisse les spécialistes français plus dubitatifs.

Concernant les otages français détenus par AQMI, aucune trace n'a été trouvée et aucun élément nouveau n'est apparu.

Que va-t-il se passer après la victoire de l'Amatettaï ? La guerre continue pour, selon les mots de l'amiral Guillaud, "leur casser les reins". Le secteur de l'Amatettaï sera fouillé alors que le filet va être jeté dans d'autres secteurs de l'Adrar des Ifoghas, dans l'espoir de tomber sur d'autres combattants ennemis. Avec l'arrivée de la saison des pluies, entre la mi-mars et la mi-avril, la météo risque de compliquer rapidement les opérations.

La stratégie mise en oeuvre dans l'Adrar s'inspire des leçons de la guerre...navale. "Sur mer, il est très long d'obtenir le contact avec l'ennemi , mais quand on a le contact on ne le lâche plus". C'est exactement cela qu'il se passe au Mali, avec une guerre de mouvement : "On a fait des sauts, en refusant d'être fixés ou de reconquérir le terrain. On a été imprévisibles".

Revenir en haut Aller en bas
SACCO83
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: SERVAL - CONSIDERATIONS GENERALES   Mar 5 Mar 2013 - 23:34

Personne ici n'a noté dans ses interventions que le Mali est libéré sans les Maliens qui brillent par leur discrétion. Les états africains de la CEDEAO brillent également par leur absence guerrière. En fait le Mali est "libéré" par les Tchadiens qui ne sont pas membres de la CEDEAO et qui ont subi de loin les pertes les plus importantes, et par les Français.

Ces français se trouvent bien seuls du fait que notre généralissime est parti en croisade sur un coup de tête sans concertation préalable, ni avec les Algériens, ni avec les Européens. Heureusement que les Tchadiens sont là pour aller au casse pipe et faire la pub de notre croisade avec la France en filigrane.

Je n'ose dire ce que je pense, car ça ne ferait pas plaisir à notre plus grand général de tous les temps.
Revenir en haut Aller en bas
http://societe.volontaires65@sfr.fr
Trekker
confirmé
confirmé
avatar


MessageSujet: Re: Opération SERVAL    Mer 6 Mar 2013 - 0:51

SACCO83 a écrit:
Personne ici n'a noté dans ses interventions que le Mali est libéré sans les Maliens qui brillent par leur discrétion. Les états africains de la CEDEAO brillent également par leur absence guerrière. En fait le Mali est "libéré" par les Tchadiens qui ne sont pas membres de la CEDEAO et qui ont subi de loin les pertes les plus importantes, et par les Français.

Merci pour ce rappel fort pertinent de qui combat réellement. Je profite de cela pour rendre hommage aux militaires Tchadiens, et notamment à leurs 28 morts ainsi qu'à leurs blessés. Eux sont d'authentiques combattants, rien à voir avec les " armées " des pays de la CEDEAO. Leurs seules réelles " compétences " : faire des putschs chez eux, ou se livrer à des exactions sur les populations civiles des pays ou certaines sont intervenues sous mandat ONU.

Hormis les USA, Angleterre et Belgique qui nous apportent un soutien logistique et non négligeable pour les premiers. Les autres Européens sont "courageusement " aux abonnées absents. Le pire étant l'attitude du gouvernement Allemand, qui a des moyens aériens au moins égaux et voir supérieurs au nôtres : Transalls, hélicoptères de manoeuvre et Tigres, ainsi que des avions ravitailleurs. Prétexter pour ces derniers d'un problème administratif pour ne pas les envoyer au Mali, c'est du " foulage de gueule ".

Vis à vis des Espagnols et Italiens, je n'aurais pas le même jugement. Lessivés par la crise économico-fiancière, ils approchent un " état de survie " proche de la Grèce. Quand à l'Angleterre elle vient de procéder à des coupes drastiques dans son budget militaire, elle est en cours de diviser par deux ses Forces Spéciales.

Petite divergence avec toi SACCO 83 : je pense hélas que même si notre actuel Président n'était pas Hollande, et une concertation préalable poussée avait été engagée avec les autres Européens, le résultat aurait été identique. L'Europe de la défense, elle n'existe que dans les discours des politiciens et concrètement n'a accouché en 20 ans que d'une souris : brigade Franco-Allemande qui n'est qu'un " machin " symbolique.
Revenir en haut Aller en bas
Trekker
confirmé
confirmé
avatar


MessageSujet: " Nouvelles du front 3 "   Mer 6 Mar 2013 - 1:58

Une analyse intéressante de la situation dans le blog du colonel Goya

http://lavoiedelepee.blogspot.fr/2013/03/la-victoire-du-tigharghar.html



La victoire du Tigharghâr

Une bataille importante, peut-être décisive sur le théâtre d’opérations malien, est en train de se terminer dans le massif de Tigharghâr, partie ouest de l’Adrar des Ifoghas. Ces combats sont les plus violents que l’armée française ait eu à mener depuis 1978.

Ces opérations sont importantes car nous abordons là sans doute le centre de gravité du dispositif d’AQMI au Mali. Il n’y a rien là de très surprenant. La zone administrative de Kidal constitue la base opérationnelle d’AQMI et de son allié touareg Ansar Eddine, aujourd'hui disparu. Dans cet ensemble, le djebel Timetrine à l'Ouest est isolé et le Tamesna à l'Est est aride et peu propice au camouflage. La vallée du Timlési est un axe logistique essentiel entre le fleuve Niger et l’Algérie, mais elle peut difficilement être défendue face aux forces françaises. L'adrar des Ifhogas présente les caractéristiques inverses. Logiquement donc, sa partie Ouest et notamment la zone des massifs de Taghlit et de Tigharghâr, soit un rectangle d’environ 1 000 km2, combine la proximité des points d’eau et des pistes du Timlési, la protection du terrain et la possibilité enfin de se replier vers l’Est. C'est la position défensive la plus favorable de la région et le fait que les combattants djihadistes y acceptent le combat est bien la preuve de son importance, plus grande à leurs yeux que celles des villes du fleuve Niger. Il y a là une stratégie cohérente qu’AQMI a eu le temps de préparer pendant des mois.


La mission de l’opération Serval est, rappelons-le, prioritairement de restaurer la souveraineté de l’Etat malien sur l’ensemble de son territoire, secondairement de détruire les forces djihadistes au Mali et autant que faire se peut de contribuer à la libération de nos otages. Dans ce contexte, après une première phase, complexe logistiquement mais relativement aisée tactiquement du fait de l’absence de résistance, l’effort français s’est scindé en deux avec une opération de stabilisation le long du fleuve Niger et une opération de destruction dans le Nord.

L’opération de stabilisation, à laquelle la France consacre son Groupement tactique interarmes n°2 (GTIA 2) s’effectue en liaison avec la MISMA et l’armée malienne et a, pour l’instant, pour front principal la région du Gao. Face au MUJAO, qui mène une guérilla active depuis le 5 février combinant attaques suicide et infiltrations dans Gao, les forces alliées ont mené des opérations offensives à Ménaka, Bourem, l’île de Kadji et surtout le 2 mars à Imenas, à 60 km de la ville, où une quarantaine de rebelles sont éliminés. La zone est encore loin d’être définitivement pacifiée.

L’opération de destruction réunit maintenant le plus gros des forces de Serval (ce qui va bien au-delà des quelques éléments des forces spéciales, systématiquement mises en avant par les médias) avec deux GTIA (GTIA 3 et GTIA TAP) et un sous-groupement aéromobile basés à Kidal et surtout de Tessalit, à l’extrême nord, où se concentrent 1 200 soldats français. La force Serval est renforcée efficacement par les forces armées tchadiennes en intervention au Mali (FATIM) dont 800 hommes sont à Tessalit et, plus discrètement, des combattants Touaregs issus du MNLA et même sans doute d’Ansar Eddine. Quelques « éléments » sont là pour donner un marquant malien. Cette force s’est mise en place en deux temps correspondant à la sécurisation des deux points d’appui de Kidal, occupé le 30 janvier, et Tessalit, pris le 8 février par un poser d’assaut du 1er RCP et un raid du 1er RIMa depuis Gao.

Les opérations Panthère de nettoyage des massifs de Taghlit et de Tigharghâr par les forces françaises et tchadiennes commencent le 18 février et consistent en une série de reconnaissances en force à partir de trois axes où les résistances rencontrées, souvent à partir de positions préparées, sont fixées et réduites par le feu tandis que les caches et dépôts sont détruits.

Les combats sont d’emblée très violents car l’ennemi, ou au moins une forte partie de celui-ci (au moins le tiers des forces estimées d’AQMI soit entre 200 et 300 hommes), a décidé d’accepter le combat. Cette acceptation, qui détruit la théorie de la réduction des groupes djihadistes à de simples gangs de bandits, s’explique d'abord par l’espoir d’infliger de lourdes pertes aux « Croisés » à partir de positions favorables. Certains se contentent sans doute aussi de la possibilité d’une mort glorieuse au combat, à l’instar des rebelles retranchés dans Falloujah encerclés en 2004.

Les combattants d’AQMI ne disposent pas de l’arsenal sophistiqué parfois décrit. Ils possèdent certes des matériels lourds (quelques lance-roquettes, pièces d’artillerie et véhicules blindés BRDM), par ailleurs plutôt issus de l’armée malienne que de celle de Kadhafi. Ceux-ci, comme les missiles anti-aériens SA-7b et SA-14, sont rarement en état de fonctionner. L’ossature de l’équipement reste donc le pick-up, des mitrailleuses lourdes 12,7 et 14,5 mm et de l’armement léger soviétique dont par ailleurs ils se servent plutôt bien, faisant preuve, outre de courage, d’une compétence tactique certaine. Ils disposent également de la capacité « attaque-suicide », le missile de croisière du pauvre, qui leur permet en particulier de frapper durement les FATIM le 22 février.

Le combat est évidemment asymétrique dans la mesure où les forces franco-tchadiennes bénéficient de puissants appuis-renseignement et feux (avec une mention particulière pour les hélicoptères Tigre, terriblement efficaces sur tout espace un peu ouvert) qui leur permettent de mener un combat de type « traque et frappe », là où nos adversaires sont condamnés à rechercher le combat très rapproché pour espérer infliger des pertes. Cette supériorité des feux peut s’exercer beaucoup plus facilement qu’en Afghanistan du fait de la quasi-absence de la population. A cet égard, un combat dans Tombouctou aurait été plus délicat quant à l’emploi de la puissance de feu, mais n’aurait laissé aucune échappatoire aux rebelles. Ceux-ci ont donc préféré, soit de sauvegarder la population, soit, plus probablement, de conserver la possibilité de se replier.

Deux semaines après le début des combats, le principal bastion d’AQMI au Mali est sur le point d’avoir été complètement nettoyé. De nombreuses caches et dépôts ont déjà être détruits. Les pertes ennemies sont estimées à environ 150 hommes, avec une marge d’erreur de plusieurs dizaines, avec très peu de prisonniers, ce qui témoigne de leur détermination. Il est très possible qu’Abou Zeid, le principal émir d’AQMI au Mali fasse partie des victimes. La mort de Belmokhtar, chef autonome et proche du MUJAO, revendiquée par le Tchad, paraît en revanche moins probable. Il n’y a aucune trace des otages qui, et c’est heureux, n’ont pas été utilisés comme bouclier dans ces combats, ni sacrifiés en représailles. Enjeu de grande valeur et très mobiles, il est probable qu’ils aient été transférés soit dans une autre zone des Ifhogas, soit à l’étranger plutôt que maintenus au plus près des forces françaises. Ce succès a été obtenu au prix de la vie de deux soldats français et de celle de 26 soldats tchadiens, de très loin nos alliés les plus combatifs.


Compte tenu des pertes déjà subies par AQMI avant le 18 février, par raids aériens essentiellement mais aussi par défections, ce succès ne suffit pas à proclamer la destruction d’AQMI au Mali mais il est certain que son potentiel de combat est très sérieusement entamé. Cette organisation a sans doute la possibilité de mener encore un combat de cet ampleur mais pas plus. Les opérations dans les Ifhogas ne sont pourtant pas terminées. Elles se déplaceront peut-être vers la frontière avec l’Algérie dans le triangle Abeibara-Boughessa-Tin Zaouatêne, avec un rôle accru des Touaregs. Elles risquent cependant de se ralentir fortement avec la saison des pluies dans quelques semaines. L’effort peut se porter alors sur la sécurisation de Gao et la lutte contre le MUJAO, au moins aussi délicate. Dans tous les cas, on reste encore loin d’une victoire complète et ceux qui imaginent une relève rapide de Serval par une force ONU ne comprennent pas les réalités militaires. AQMI ou le MUJAO humilierait toute force de Casques bleus qui se présenterait à court terme.

On s’étonnera pour conclure de la faible médiatisation, et ce qui est lié, de la faible compréhension par le public, de cette bataille. Cette sous-exposition et cette sous-explication qui prolongent en l’accentuant celles des opérations de reconquête de Tombouctou et Gao, ne sont peut-être étrangères à l’érosion du soutien de l’opinion publique (qui reste malgré tout très élevé) et à certain nombre de déclarations naïves ou incongrues.
Revenir en haut Aller en bas
SACCO83
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: SERVAL - CONSIDERATIONS GENERALES   Mer 6 Mar 2013 - 9:09

Cette opération a son utilité c'est certain. Toutefois comme le relève le Colonel Goya, la relève va se faire attendre et les déclarations répétées que nous n'avons pas vocation de rester sont vaines.
Nous n'avons pas - et de loin - nettoyé toute présence islamiste. Les survivants se sont carapatés de nuit vers la Libye où ils vont trouver gite, soins, armement neuf et de nouveaux frères qui brulent de tuer des infidèles.
Il ne s'agit que de temps, puis ils vont revenir en force réoccuper le terrain que nous ne pourrons surveiller ad vitam aeternam. Les Maliens comme le souligne Trekker ne seront pas capables de conserver le territoire que les français et les Tchadiens leur ont rendu. La conclusion s'impose d'elle même :

Nous allons devoir partir un jour ou l'autre. A ce moment l'histoire se répètera. On devra défendre le Mali et certains de ses voisins "jusqu'au dernier français" !!

Quand à faire des prisonniers, je me demande qui a eu l'idée saugrenue d'accepter de faire des prisonniers. C'est de la racaille qui ne mérite que de rejoindre leur paradis des houris. Sacré occidentaux ils ne savent vraiment pas y faire !! Est ce que les Tchadiens ont fait des prisonniers ?
Revenir en haut Aller en bas
http://societe.volontaires65@sfr.fr
Michel CAVET
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Opération SERVAL    Lun 11 Mar 2013 - 11:30



Document 7

Revenir en haut Aller en bas
http://www.papysauvage.fr/index.html
Michel CAVET
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Opération SERVAL    Lun 11 Mar 2013 - 11:32


Document 8

Revenir en haut Aller en bas
http://www.papysauvage.fr/index.html
Fombecto
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: Opération SERVAL    Lun 11 Mar 2013 - 12:25

Bonjour,
J'ai relevé la "lettre à mon fils".
Merci

_________________
« A la Grèce, nous devons surtout notre raison logique. A Rome, nos maximes de droit et de gouvernement. Mais à l'Evangile nous devons notre idée même de l'homme. Si nous renions l'Evangile, nous sommes perdus. » Maréchal de Lattre de Tassigny (mort le 11 janvier 1952).
Revenir en haut Aller en bas
rousseau serge
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Opération SERVAL    Lun 11 Mar 2013 - 14:03

bonjour Rabolliot
super le défilement des documents
en plus de leurs intérét instructive

amitiés serge
Revenir en haut Aller en bas
Marcus
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Opération SERVAL    Sam 16 Mar 2013 - 17:29

Revenir en haut Aller en bas
Michel CAVET
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Opération SERVAL    Mar 19 Mar 2013 - 9:14


Document 9

Revenir en haut Aller en bas
http://www.papysauvage.fr/index.html
rousseau serge
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Opération SERVAL    Mar 19 Mar 2013 - 16:26

bonjour
mr Rabolliot
vos documents sont extras..merci

amitiés serge
Revenir en haut Aller en bas
SACCO83
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: BOMBES MK    Mar 19 Mar 2013 - 23:29

REF : DOC 9

Apparemment la France ne fabrique plus elle même ses bombes et ce, depuis l'affaire yougoslave (*). Nous achetons aux États-Unis ces bombes MK 81 et autres pour nos besoins.

Ces bombes d'une nouvelle technologie sont de plusieurs types. Dans un coin rocheux comme l'Adrar, il est préférable d'utiliser des bombes "airburst" qui sont munies d'un détonateur barométrique. Les éclats partent en parapluie, et outre ces éclats qui sont meurtriers, les éclats de roches désintégrées sont également meurtriers.
Pour les néophytes :
airburst : détonation en altitude
ground burst : détonation au sol.

Toutefois l'écartement des anneaux de verrouillage sur les points d'emports des ailes françaises étant différents, ce document ne nous explique pas comment ils ont résolu le problème. Sans doute un interface "bricolé".

(*) Lors de l'affaire yougoslave la France a lancé absolument tout ce qu'elle avait dans ses réserves, et les dernières semaines de ce conflit les États-Unis ont fourni à la France les bombes nécessaires à ses missions d'attaque au sol. Sans doute les interfaces datent de ce moment là.

Si j'ai bien compris, à chaque fois que nous irons faire la guerre à droite ou à gauche, ce sont les autres qui nous fourniront le matos - dans un premier temps - et par la suite, même les hommes, car nous n'aurons quasiment plus personne pour satisfaire les élans va-t-en-guerre, de nos héros en peau de lapin.
Revenir en haut Aller en bas
http://societe.volontaires65@sfr.fr
Michel CAVET
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Opération SERVAL    Mer 20 Mar 2013 - 8:48

rousseau serge a écrit:
bonjour
mr Rabolliot
vos documents sont extras..merci

amitiés serge

Bonjour.
Déjà le "mr" tu oublies.
"Raboliot" fut un braconnier, à qui j'ai rajouté un deuxième "l" afin qu'il vole plus vite, et ne pas porter ombrage à Maurice Génevoix Very Happy

Pour les documents, ils sont le travail de nos réservistes, toujours en éveil, qui analysent en corrélation la situation, pour la transcrire sur papier et qu'il convient de remercier. Bien évidemment ils ne confient pas le fruit de leur travail aux médias qui ne manquent jamais de découper les écrits, pour mettre en avant ce qui les arrange, comme cela les arrange, même si cela peut transgresser la réalité. Pour cette raison ces informations issues de l'EMA restent dans les milieux avisés.

Pour ma part je ne fais que la mise en page sur slideshare, un outil effectivement intéressant pour afficher pas mal de formats de documents, variés textes/photos, comme les photos, word ou pdf.

Je vais d'ailleurs créer un petit tuto pour ceux qui souhaiteraient utiliser cet outil.


Malheureusement, SACCO83 a entièrement raison de relever notre dépendance des Etats Unis pour l'armement. Cela fait 40 ans, que notre industrie de l'armement est réduite d'année en année par des gouvernements qui se mettent à plat ventre devant les loby "anti-armes", anti militaristes", "escrolos", etc. Nous en mesurons le résultat aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.papysauvage.fr/index.html
Michel CAVET
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Opération SERVAL    Mer 20 Mar 2013 - 11:58


Document 10

Revenir en haut Aller en bas
http://www.papysauvage.fr/index.html
Michel CAVET
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Opération SERVAL    Mer 20 Mar 2013 - 12:00


Document 11

Revenir en haut Aller en bas
http://www.papysauvage.fr/index.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Opération SERVAL    

Revenir en haut Aller en bas
 
Opération SERVAL
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: NOS GUERRES COMPTEMPORAINES et les OPEX :: OPEX 1962 à ce jour :: MALI opération SERVAL-
Répondre au sujetSauter vers: