CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Associons nous à l'hommage au Capitaine Rebout

Aller en bas 
AuteurMessage
Marcus
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Associons nous à l'hommage au Capitaine Rebout   Sam 26 Jan 2013 - 16:34

Après avoir échangé avec Claude, je publie cet article qui rends compte de l'hommage qui a été rendu au Capitaine Rebout, tué en Somalie!
Le secret a été levé dès que le général Cann a souhaité lui rendre les honneurs qu'il mérite en le citant, en tant qu'ancien du 8.
Les journaux ont publié son nom et l'AFP également!

Mes sincères condoléances pour sa famille, ses camarades et une pensée forte pour tous ceux qui oeuvrent dans l'ombre pour assurer notre sécurité!
J'associe également l'autre commando mort au combat et resté sur le sol étranger, ainsi que l'otage tué là-bas.

Requiescat in Pace camarades :

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2013/01/24/les-paras-rendent-hommage-a-un-commando-tue-en-somalie.html
Revenir en haut Aller en bas
vvdd66
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Associons nous à l'hommage au Capitaine Rebout   Dim 27 Jan 2013 - 7:07

sincères condoléances pour sa famille, ses camarade
Revenir en haut Aller en bas
http://sacree-soiree-11.frenchboard.com/index.htm
NDL
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Associons nous à l'hommage au Capitaine Rebout   Dim 27 Jan 2013 - 16:45

Condoléances à sa famille et que St Michel l’accueille.
Revenir en haut Aller en bas
Rudy Laures
confirmé
confirmé
avatar


MessageSujet: Re: Associons nous à l'hommage au Capitaine Rebout   Dim 27 Jan 2013 - 17:35

sincères condoléances pour sa famille.
Egalement pour le commando resté sur le sol somalien


Honneur à ces soldats qui donnent leur vie pour notre liberté.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jatech.fr
ROUGE1
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Associons nous à l'hommage au Capitaine Rebout   Dim 27 Jan 2013 - 18:44

Hommage à notre camarade, que St Michel le reçoive.
Revenir en haut Aller en bas
rousseau serge
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Associons nous à l'hommage au Capitaine Rebout   Dim 27 Jan 2013 - 19:13


hommage et sincères condoléances a la famille
Revenir en haut Aller en bas
FOUQUET66
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: Associons nous à l'hommage au Capitaine Rebout   Lun 28 Jan 2013 - 14:52

L'information donnée par le journal l'Indépendant de Perpignan n'a pas été citée pas les grands journaux nationaux.


Perpignan L'hommage discret du président
Le 25 janvier à 6h00 par Frédérique Michalak


PHOTO/Photo Harry Jordan

La visite de François Hollande était annoncée "à huis-clos" (notre édition d'hier). Elle le fut. Arrivé à 14 h 19 sur le tarmac de l'aéroport de Rivesaltes dans le Falcon tricolore de la République française, le président Hollande est entré dix-sept minutes plus tard dans la citadelle du palais des rois de Majorque de Perpignan, à l'arrière de la voiture du préfet Bidal. Le cortège, composé de six véhicules, comptait aussi une voiture transportant le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian. Tous deux sont restés près de trois heures dans l'enceinte ultra-protégée du CPIS, le Centre parachutiste d'instruction spécialisée de l'Armée française, pour rendre hommage aux agents de la DGSE tués en mission en Somalie, à leurs familles et à leur unité d'élite. Comme annoncé, le public, la presse mais aussi des élus pourtant empressés et même des militaires de haut rang ont été tenus à l'écart d'une visite sensible. Seuls les familles et les 'frères d'arme' des agents décédés, dont des membres d'unités spéciales basées partout en France, ont pu accéder à l'enceinte. Quelque 200 hommes et femmes, tous agents secrets au service de la France, ont ainsi pu assister à l'hommage rendu par François Hollande à leurs collègues, dont le capitaine Rebout, tués la semaine dernière dans la tentative de libération de leur camarade Denis Allex (les agents utilisent des pseudonymes pour des raisons évidentes de sécurité). Décorations posthumes et longue rencontre avec les familles Rien, ou presque, n'a donc filtré des trois longues heures que le président et son ministre ont consacrées à ces agents secrets. Le drapeau de l'unité perpignanaise s'est incliné devant François Hollande, chef des Armées. Le président a ensuite rendu hommage aux morts et s'est incliné à son tour devant le cercueil du capitaine Rebout. Des décorations ont été remises à titre posthume. Secret des identités obligent, aucune d'entre elles ne fera l'objet d'une publication au Journal officiel. "Nul ne verra, nul ne saura" indique la devise du CPIS. On sait pourtant que François Hollande a pris le temps de saluer les familles des agents tués. Longuement. Comme un ultime et reconnaissant hommage de la Nation à ces hommes de l'ombre. Ces soldats (généralement) sans visage qui vivent, agissent et parfois meurent, au service de leur pays, dans le plus total anonymat. 17 h 10. Un bref salut. Le président quitte le Centre parachutiste d'instruction spécialisée après avoir rendu hommage aux agents morts en Somalie et à quelque 200 de leurs frères d'arme venus spécialement de toute la France et acheminés par bus depuis l'aéroport. Près de trois heures de cérémonie à huis clos en présence des familles endeuillées.


Patrice Rebout a été incinéré le jeudi 24 janvier dans l'intimité.
Chagrin et fierté. Désespoir et abnégation. Sous le ciel gris de ce jeudi matin 24 janvier, le parvis de l'église Saint-Paul du Moulin-à-Vent à Perpignan est noir de monde. Noyé de peine et de tristesse.
Les parents de Patrice Rebout, sa compagne, son bébé Robinson, sa famille, des proches, les amis et les frères d'arme du capitaine mort au combat se sont rassemblés, unis, pour lui rendre un ultime hommage
Le glas retentit pour Patrice.
Âgé de 38 ans, Perpignanais de naissance, ce brillant officier, comme le décrit le Général François Cann, ancien du 8e RPIMa de Castres, est «mort au champ d'honneur ».Il était le Chef du commando du Service Action de la DGSE basé au CPIS (Centre Parachutiste d'Instruction Spécialisée), chargé de mener le raid en Somalie pour libérer Denis Allex, également catalan et membre du CPIS, Patrice Rebout est tombé sous les balles des shebab.

Un autre soldat de son équipe a également succombé dans l'assaut final, fatal à l'ex-otage. Détenu depuis 3,5 ans, a été abattu d'une balle dans la nuque.
Quand ils s'engagent dans les services secrets, nos jeunes en connaissent les dangers et savent qu'ils combattront et mourront dans l'anonymat. C'est terrible. Ingrat. Mais Patrice est mort en véritable héros » témoigne le Général Cann.
Un héros qui arrive alors en cercueil porté par six soldats emmenant religieusement la dépouille de leur camarade dans l'enceinte de l'église. L'homélie est bouleversante.
Dans les paroles émues de son père Alain, ancien officier parachutiste au 8e RPIMa de Castres, Patrice renaît. Et apparaît tel un jeune homme patiné d'humilité, d'humanisme, de courage, de force. Plein de vie. Au tempérament de « leader », rappelle un de ses copains de la promotion « Général de Lanley » de Coëtquidan.

Denis Allex et Patrice Rebout tous deux Perpignanais étaient pères de famille.

Des rangs serrés de la paroisse s'élèvent les pleurs d'un nourrisson. Le petit Robinson a 6 mois à peine. Certes "il fait désormais partie de la grande famille des armées", souligne François Cann.
Certes mais Robinson ne verra plus jamais son papa. Denis Allex laisse également une épouse et trois enfants. Le troisième soldat victime cette nuit du 11 au 12 janvier des islamistes armés avait aussi une famille qu'il s'apprêtait à ne plus quitter. Également Perpignanais, il devait revenir dans le civil et prendre sa retraite le mois prochain. Saint-Michel, le protecteur des parachutistes, ne lui en a malheureusement pas offert le temps.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.legionetrangere.fr/
FOUQUET66
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: Associons nous à l'hommage au Capitaine Rebout   Lun 28 Jan 2013 - 14:56

Voici le texte de la dépêche de l'AFP consacrée aux obsèques du capitaine Patrice Rebout, mort pour la France en Somalie. Selon un journaliste de l'AFP présent sur place, le président François Hollande a participé dans la plus grande discrétion à un hommage au sein de l'unité à laquelle appartenait le capitaine Rebout.




"Mon Dieu, mon Dieu,
donne-moi la tourmente
Donne-moi la souffrance
Et puis la gloire au combat":
sous la voûte de l'église Saint-Paul, "la Prière du para" a saisi à la gorge les centaines de civils et militaires qui assistaient jeudi à Perpignan aux obsèques d'un des commandos français tués lors du raid infructueux destiné à libérer l'agent Denis Allex en Somalie. "
La Prière du para", ce chant martial qui parle de courage, de force et de foi et demande à Dieu de donner "ce dont les autres ne veulent pas", le capitaine Patrice Rebout, membre du service action de la DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure), n'avait pas sept ans qu'il la chantait déjà, a raconté son père, submergé par le chagrin, lors d'une cérémonie révélant le parcours d'un garçon destiné à la carrière militaire et au combat, jusqu'à y mourir.
"Dès ton plus jeune âge, ton chemin était tracé et tu savais, et nous savions, que tu serais soldat", a dit son père, ancien militaire lui-même.
Le capitaine Rebout, 38 ans, est tombé avec l'un de ses camarades au cours du raid mené par une cinquantaine de commandos français dans le sud de la Somalie dans la nuit du 11 au 12 janvier pour tenter, en vain, de libérer l'otage Denis Allex, aux mains des islamistes somaliens. Denis Allex (très vraisemblablement un pseudonyme), un agent de la DGSE enlevé en juillet 2009 dans la capitale somalienne Mogadiscio, a été tué par ses geoliers au cours de l'opération, selon le ministère de la Défense.
Le capitaine Rebout appartenait lui-même au Centre parachutiste d'instruction spécialisée (CPIS), l'une des composantes du service action (ex-11ème Choc) de la DGSE qu'il avait rejoint en 2008. Des centaines de soldats et civils se sont pressés jeudi matin dans l'église de la ville nouvelle du Moulin-à-vent au sud de Perpignan, là où vit sa famille, sa compagne et leur petit garçon, pour entendre l'éloge d'un homme fidèle, d'humeur égale et qui avait toujours eu l'étoffe d'un chef, selon les témoignages. Impossible de dire combien il y avait là d'hommes du CPIS, habitués au secret.
Mais les nombreux camarades en uniforme du 8ème Régiment de parachutistes d'infanterie de marine (RPIMa) de Castres (Tarn), la ville où il avait grandi et où il s'était engagé au "8" après son bac, étaient venus signifier que le capitaine Rebout faisait partie de la famille des parachutistes. Avec le "8", Patrice Rebout a été déployé dans les Balkans et au Gabon.
"En 2008, toujours à la recherche de l'excellence, il décide de rejoindre le service action de nos services spéciaux", a relaté le général François Cann, le parrain de sa promotion et le président de l'amicale des anciens du "8". Les engagements de Patrice Rebout pour le service action ne seront pas évoqués, pas plus que la Somalie, sinon par un "là-bas", où il a perdu la vie. "C'est une douleur absolue, même si elle se trouve atténuée par la fierté de voir Patrice partir en héros", a dit le général Cann.
Un ancien compagnon d'armes a salué "un homme d'honneur, un héros, un frère, dans lequel aujourd'hui nous puisons les raisons d'espérer". Puis ses camarades ont formé une haie d'honneur à la sortie de son cercueil, avant que les porte-drapeaux n'inclinent leurs enseignes sur sa dépouille.
La tentative de libération de Denis Allex a coïncidé avec l'intervention militaire française au Mali. Mais Paris assure que les deux opérations n'avaient aucun lien. Le corps du capitaine Rebout devait être incinéré dans l'intimité familiale.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.legionetrangere.fr/
Marcus
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Associons nous à l'hommage au Capitaine Rebout   Lun 28 Jan 2013 - 16:08

Merci Fouquet 66 de nous faire partager ton témoignage!

Encore une fois respect et admiration pour ces soldats de l'ombre, et pour leur famille!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Associons nous à l'hommage au Capitaine Rebout   

Revenir en haut Aller en bas
 
Associons nous à l'hommage au Capitaine Rebout
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: ACTUALITES DIVERS :: L'ACTUALITE DU JOUR, LES BREVES-
Sauter vers: