CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Hôpitaux militaires : la (mauvaise) rumeur se précise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pérignon
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Hôpitaux militaires : la (mauvaise) rumeur se précise   Ven 27 Juil 2012 - 16:37

On avait d'abord été alerté par le blog du journaliste Jean-Marc Tanguy qui faisait état de l'inquiétude de la sénatrice UMP du Val-de-Marne Catherine Procaccia au sujet d'une possible fermeture du HIA Begin
( http://lemamouth.blogspot.fr/2012/07/une-senatrice-ump-inquiete.html ) :

Citation :
Malgré l’importance des investissements réalisés, qui permettaient aux élus de ne plus s’interroger sur l’avenir de cet établissement, le personnel et les professionnels de santé du Val-de-Marne sont inquiets. L’hôpital serait en effet de nouveau menacé, cette fois pour des raisons budgétaires.
http://www.senat.fr/seances/s201207/s20120717/s20120717006.html#par_536


Aujourd'hui, le quotidien Sud-Ouest titre : "Le ministère de la Défense pourrait fermer trois hôpitaux militaires"

Citation :
Les trois hôpitaux concernés seraient : celui de Bordeaux, Robert-Picqué, et ceux de Marseille et Bégin (Val-de-Marne)

Selon une source haut placée , le ministère de la Défense aurait définitivement choisi de fermer trois de ses hôpitaux militaires, dont Robert-Picqué à Bordeaux. Ceux de Marseille et Bégin (Val-de-Marne) seraient également concernés.

Le Service de Santé des Armées (SSA) connaît un déficit récurrent de 300 millions d'euros depuis plusieurs années.

Réfutant l'idée selon laquelle tout serait déjà joué, le gouvernement assure qu'aucune décision ne sera prise avant l'hiver, date à laquelle devraient être connues les premières conclusions du livre blanc commandé par François Hollande à la veille du 14 juillet

http://www.sudouest.fr/2012/07/27/le-ministere-de-la-defense-ferme-trois-hopitaux-militaires-780883-4749.php

Et en cherchant un peu sur internet, on trouve cet article daté du 24 juillet sur le site INFODEFENSE.COM qui lui ne s'embarrasse pas de verbes au conditionnel :

Citation :
Fermeture de trois hôpitaux militaires

C’est désormais acté. Selon nos informations, trois Hôpitaux d’Instruction des Armées (HIA) vont bientôt fermer.

Le Service de Santé des Armées (SSA) est en grave déficit de trois cents millions d’euros par an depuis plusieurs années, il va devoir se séparer des HIA de Bégin, Bordeaux et Marseille. Pas assez rentables, trop coûteux en terme de personnels et d’équipements, la décision a été prise de les supprimer d’ici 2013/2014. « Pourtant, le HIA de Bégin a été récemment rénové, il est aujourd’hui entièrement neuf. Mais c’est en réalité pour pouvoir mieux le vendre et le reconvertir ainsi en hôpital civil » , nous indique une source proche du dossier. Le choix de se séparer de cet HIA n’est pas illogique non plus étant donné qu’il en existe deux autres en région parisienne que sont Percy et le Val-de-Grâce.

Le sort des personnels militaires médicaux et administratifs concernés par ces fermetures n’est pas encore fixé. Des non-remplacements sont à craindre dans le cadre de la réduction de la masse salariale du ministère de la Défense, le SSA doit faire des efforts, comme toutes les armées. Ils seront, pour la plupart, regroupés au sein des différents services (orthopédie, réanimation, radiologie, etc) des HIA restants. Il ne subsistera à terme que six HIA situés à Clamart (Percy), Paris (Val-de-Grâce), Brest, Toulon, Lyon et Metz. Certains sont en pointe dans des domaines très précis, notamment celui de Percy avec un centre de traitement des brûlés particulièrement performant. Le SSA emploie environ quinze mille personnels dont dix mille militaires.
http://www.infosdefense.com/2012/07/24/fermeture-de-trois-hopitaux-militaires-61216/

Après notamment l'Armée de l'Air, qui vient de rouler les drapeaux de 7 de ses bases, le dépeçage de l'outil militaire continue..Tout va bien Sad
Revenir en haut Aller en bas
RHP
confirmé
confirmé
avatar


MessageSujet: Re: Hôpitaux militaires : la (mauvaise) rumeur se précise   Lun 30 Juil 2012 - 8:01

Mama...mia!
Revenir en haut Aller en bas
 
Hôpitaux militaires : la (mauvaise) rumeur se précise
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: ACTUALITES DIVERS :: VEILLE ACTUALITE MILITAIRE-
Sauter vers: