CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 "197 jours, un été en Kapisa"

Aller en bas 
AuteurMessage
Pérignon
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: "197 jours, un été en Kapisa"   Lun 23 Juil 2012 - 9:39

"197 jours, un été en Kapisa" : c'est le titre d'un livre à paraître dont l'auteur est Julien Panouillé, tireur de précision au 1er RCP .

On peut lire son entretien avec THEATRUM BELLI ici :

http://www.theatrum-belli.com/archive/2012/07/20/197-jours-un-ete-en-kapisa-entretien-avec-julien-panouille-t.html

Extrait :

Citation :
19 juin 2011 (jour 50)

Comme avant chaque grosse mission, et c’est le cas ce soir, c’est l’insomnie. Le petit vélo pédale tout seul dans ma tête, et avec ce qui vient de se passer c’est encore pire... je ne peux pas m’empêcher de me demander ce qui se passerait si je n’étais plus là. Rien évidemment, la terre ne s’arrêterait pas de tourner, je serai juste une ligne sur un monument aux morts, une cicatrice, et les choses reprendraient leur cours... jusqu’à maintenant, j’ai eu la chance de ne pas avoir été souvent confronté à la mort, ou à la perte de proches.

Et voilà qu’aujourd’hui je la frôle chaque jour et je la regarde dans les yeux. J’ai peur de cette rencontre. Je n’arrive pas à imaginer tout ce à quoi je n’aurai plus droit. Ne serait-ce que me mouvoir sur cette terre. Marcher, courir, le parfum d’une fille, le cinéma, la musique, les voyages, les amis, la famille, la vie... je ne peux pas faire la liste de toutes les choses qui me manqueraient sur cette foutue planète, car j’aime la vie, j’aime ma vie. J’ai fait et vécu déjà des choses à mon âge, mais il m’en reste encore tant... aujourd’hui tout cela repose sur de la chance. Il faut qu’en parallèle, je m’efforce de tirer ce qu’il y a de bon dans cette expérience, croquer la vie, car du bon il y en a surement.

La vie ne consiste pas à attendre que l’orage passe, mais à apprendre à danser sous la pluie. C’est l’école de la vie. À l’école on se sert d’une leçon pour passer un test, la vie c’est un test qui nous sert de leçon. Je suis en train d’en recevoir certainement une des plus importantes de ma vie.

Revenir en haut Aller en bas
 
"197 jours, un été en Kapisa"
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: LIBRAIRIE CINEMA TELEVISION et LIENS recommandés :: Ouvrages et commentaires-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: