CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Répondre au sujetPartagez | 
 

 Notre plus grande défaite militaire de la France depuis la fin de la guerre d’Algérie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RGP
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Notre plus grande défaite militaire de la France depuis la fin de la guerre d’Algérie   Dim 8 Juil 2012 - 0:38

Déroute à Beyrouth


La plus grande défaite militaire de la France depuis la fin de la guerre d’Algérie a eu lieu il y a bientôt trente ans. En 18 mois, du 24 septembre 1982 au 31 mars 1984, sur un rectangle urbain de 40 km2 au Nord-Ouest de Beyrouth, nous avons perdu 92 soldats tués et plusieurs centaines de blessés physiques et psychologiques, avant de nous replier piteusement. Nous avions mission d’appuyer l’armée libanaise dans la protection des populations civiles dans Beyrouth et ses alentours. En mars 1984, cette armée n’existe même plus.

Cette défaite est d’autant plus choquante que, jusque-là, le modèle des interventions « à la française » depuis la crise de Bizerte en 1961 jusqu’aux opérations Tacaud, au Tchad, et Bonite, à Kolwezi en 1978 était salué dans le monde entier pour son efficacité. Ce système français reposait sur une chaine de décision politico-militaire rapide, car nationale et présidentielle ; une bonne capacité de projection de forces grâce à des unités prépositionnées ou en alerte et des moyens de transport et d’appui ; des choix clairs avec notamment la désignation d’un ennemi temporaire et, enfin, une prise assumée de risques et donc de pertes. Les interventions étaient rapides, permettant d’éteindre les incendies au plus tôt avec peu de moyens et sans enlisement. Les pertes étaient réelles mais permettant d’obtenir des résultats elles restaient au total assez limitées.

Les choses commencent à changer en 1978 avec, pour la première fois, l’engagement d’un bataillon français sous casques bleus au Sud-Liban. Les Français découvrent l’emploi de la force armée par des diplomates tout en « signaux forts » et « strong protest » mais avec les moyens les moins « agressifs » et les règles d’engagement les plus restrictives possibles. Le soldat de la paix était né, « avec des mains pures mais sans mains ».
[...]

Lire l'article du colonel Michel GOYA
Revenir en haut Aller en bas
bleu12
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Notre plus grande défaite militaire de la France depuis la fin de la guerre d’Algérie   Dim 2 Sep 2012 - 20:41

Intéressant!

_________________
"Nous avons eu l’impression d’être trahis, ce qui explique notre révolte" Commandant Hélie de Saint-Marc dernier Chef de Corps du 1er REP
Revenir en haut Aller en bas
 
Notre plus grande défaite militaire de la France depuis la fin de la guerre d’Algérie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: ACTUALITES DIVERS :: Actualité instantanée :: GEOPOLITIQUE-
Répondre au sujetSauter vers: