CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Abel Chennouf, caporal parachutiste, catholique et français, mort pour la France????

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
QUEBEC
enregistré
enregistré
avatar


MessageSujet: Abel Chennouf, caporal parachutiste, catholique et français, mort pour la France????   Mer 28 Mar 2012 - 22:47

de Yves
Subject: Puisse ce témoignage faire le tour de France ! Merci du fond du cœur
Date: Tue, 27 Mar 2012 14:00:10 +0000


Puisse ce témoignage faire le tour de France !
>
Abel Chennouf, caporal parachutiste, catholique et français, mort pour la France.

L'abbé Christian Venard, aumônier catholique du 17e RGP, a prononcé l'homélie quivante pour l’inhumation du caporal Abel Chennouf, assassiné à Montauban, au Cimetière de Manduel aujourd'hui :
"Abel, mon camarade parachutiste, mon frère, voilà une semaine, jour pour jour et presque heure pour heure, je tenais ta main, encore chaude de la vie que venait de te prendre un assassin. Je tenais ta main en priant pour toi, en pensant à ta maman et en te confiant à notre Maman du Ciel, la Vierge Marie. Je ne connaissais pas encore Caroline, mais si tel avait été le cas, je t’aurais aussi parlé pour elle et pour ce petit bébé que vous attendez.

Puis je me suis penché sur ton camarade Mohamed Legouad qu’essayaient de maintenir en vie les remarquables équipes d’urgentistes. Enfin, j’ai assisté au départ vers l’hôpital de Loïc Liber, qui à cette heure même se bat, entouré de son papa et de sa maman, pour rester en vie. Que de souffrances. Que d’incompréhensions. Mais aussi que de solidarité, de soutien, d’hommages et, pour nous chrétiens, de foi (comme le rappelait hier l’évêque aux armées en la cathédrale de Montauban) et d’espérance, malgré tout !

Il y a deux mille sept cents ans, à Rome, au cœur même du forum, symbole et centre de la vie de la Cité, un gouffre s’ouvrit. L’oracle consulté livra cette réponse : pour combler ce gouffre, Rome devait y engloutir ce qu’elle avait de plus précieux. Chacun s’interrogeait encore sur ce qui pouvait être de plus précieux, quand un jeune cavalier, un jeune homme armée, Curtius, se jeta avec son cheval dans le gouffre qui se referma aussitôt. Oui, ce que Rome avait de plus précieux était un jeune militaire défenseur de la Cité. Le criminel terroriste qui a mené ces actions dans lesquelles tu as perdu la vie, Abel, a tenté d’ouvrir un gouffre. Le prix à payer pour le combler est bien sûr infiniment trop lourd ; mais mon ami Abel, tu es devenu, comme Curtius, symbole de ce que notre pays, la France, possède de plus précieux. Et désormais, c’est ainsi que tu nous apparaît : jeune caporal parachutiste, mort pour la France, dans un attentat terroriste qui voulait mettre à bas notre Patrie.

Abel, je veux aller encore plus loin. C’est parce que tu portais l’uniforme français, parce que tu étais fier de ton béret rouge, que ce criminel t’a visé. Ce que ce meurtrier ne pouvait savoir c’est aussi tout ce que tu représentes aujourd’hui pour notre Patrie. Issue d’une famille à la fois alsacienne (avec tout ce que cette région fait ressortir en notre pays des souffrances liées aux deux conflits mondiaux) et kabyle (et comment ne pas évoquer ici les douloureux événements d’Algérie), ta famille choisit la France avec (et je reprends les mots mêmes de ton cher papa), avec toutes ses traditions, y compris ses racines les plus profondes, qui sont chrétiennes. Comment ne pas voir, mon ami Abel, dans une telle accumulation de symboles, ce que nous avons de plus précieux cette capacité que possède notre Patrie française de prendre en son sein, tous ceux qui veulent devenir ses fils.

Au moment où nous allons te porter en terre, dans cette terre pétrie des ossements de nos pères (c’est cela la Patrie aussi), Abel, avec toute ta famille, tes amis, tes camarades parachutistes, je te fais le serment que nous soutiendrons Caroline et ton enfant. Que nous resterons présent auprès des tiens. Désormais c’est à Dieu que nous te confions, au travers des rites catholiques qui accompagnent nos défunts. Nous savons que tu es vivant auprès du Père. Tu as rejoint Jésus, ce Dieu fait Homme, cet innocent mort à cause de la méchanceté et la violence qui habitent trop souvent le cœur des hommes. Ton sacrifice se trouve comme enveloppé dans celui du Christ Jésus. En te retrouvant jeudi dernier, gisant sur le sol montalbanais, en prenant ta main et en voyant couler de tes blessures ce sang si rouge et si pur, je confiais au Seigneur de la Vie, cette vie qui s’écoulait de toi. Et si aucune larme ne sortait de mes yeux, comme tant de tes camarades, c’est mon cœur qui pleurait sur toute violence faite aux innocents sur cette pauvre terre. Et c’est à l’Innocent qui a versé son Sang pour nous réconcilier avec son Père, qui a versé son propre Sang en rançon pour toutes les violences, que je confiais ta belle âme.Abel, français d’origine alsacienne et kabyle, catholique par choix, parachutiste au service de la France, que notre grand saint patron, que l’Archange saint Michel t’accueille et te fasse entrer au sein du Père, avec le Fils et le Saint-Esprit. Amen."
Requiescat in pace P.S. de Tonton Dom:

après avoir essuyé mes larmes, j'ajoute que vous pouvez et même devez faire suivre cette homélie à tout votre fichier. Pour une fois que nous avons de l'air pur.... faisons respirer nos amis.

Philippe Guitton,
ancien Dragon Parachutiste.
Revenir en haut Aller en bas
R.Mathieu
confirmé
confirmé
avatar


MessageSujet: Re: Abel Chennouf, caporal parachutiste, catholique et français, mort pour la France????   Jeu 29 Mar 2012 - 11:40

Belle homélie!
Revenir en haut Aller en bas
Camp d'Idron
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Abel Chennouf, caporal parachutiste, catholique et français, mort pour la France????   Jeu 29 Mar 2012 - 15:55

Citation :
Et c’est à l’Innocent qui a versé son Sang pour nous réconcilier avec son Père, qui a versé son propre Sang en rançon pour toutes les violences, que je confiais ta belle âme.Abel, français d’origine alsacienne et kabyle, catholique par choix, parachutiste au service de la France, que notre grand saint patron, que l’Archange saint Michel t’accueille et te fasse entrer au sein du Père, avec le Fils et le Saint-Esprit. Amen."

_________________
       
  601° GIA                          602° GIA

« La France n’est plus que silence. Elle est perdue quelque part dans la nuit, tous feux éteints, comme un navire. Sa conscience et sa vie spirituelle se sont ramassées dans son  épaisseur » (Antoine de Saint-Exupéry)
Revenir en haut Aller en bas
FOUQUET66
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: Abel Chennouf, caporal parachutiste, catholique et français, mort pour la France????   Ven 30 Mar 2012 - 11:44

Très belle homélie!

Revenir en haut Aller en bas
http://www.legionetrangere.fr/
zriri
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Tag des potes de "momo"   Ven 30 Mar 2012 - 12:22

Oui,Très belle Homélie,mais à coté la vermine grouille encore !
Tag des potes de "momo"...

Revenir en haut Aller en bas
Fombecto
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: Abel Chennouf, caporal parachutiste, catholique et français, mort pour la France????   Ven 30 Mar 2012 - 13:51

Merci Elma el abiod!

Citation :
"mais à coté la vermine grouille encore !"
Crying or Very sad

_________________
« A la Grèce, nous devons surtout notre raison logique. A Rome, nos maximes de droit et de gouvernement. Mais à l'Evangile nous devons notre idée même de l'homme. Si nous renions l'Evangile, nous sommes perdus. » Maréchal de Lattre de Tassigny (mort le 11 janvier 1952).
Revenir en haut Aller en bas
marcel.salvan
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: HOMELIE ABEL CHENNOUF   Sam 31 Mar 2012 - 6:29

Homelie très émouvante, au cours de mes 3O mois de service dont 24 au sein du 1er RCP en Algérie, nous avons eu de nombreux morts parfois un, deux et plus par semaine, jamais je n'ai entendu ou lu une telle Homélie comme celle-ci. Notre camarade assassiné dans de telles conditions méritait un éloge de cette ampleur. L'aumonier parla avec son coeur et sa foi en l'être humain il mérite toute notre considération et que notre camarade repose en paix et que celui qui a fait ce geste fou s'en aille aux enfers. J'approuve pour une fois le gouvernement Algérien pour lequel je n'ai aucune symphatie d'avoir refusé la sépulture de cet assassin et honte au maire de TOULOUSE qui a refusé que ce dernier qui a vu le jour dans cette ville ne soit enterré dans sa terre natale. J'ai très bien connu le Père CHEVALIER qui fut aumonier des PARAS en Indo et en Algèrie homme de coeur, courageux, un grand serviteur de Dieu un exemple. C'est réconfortant pour chacun d'entre nous de pouvoir rencontrer au cours de notre vie des hommes d'une telle qualité et qui nous donne du courage pour affronter les aléas de notre passage sur cette terre.
Revenir en haut Aller en bas
HAUTRIVE ALAIN
confirmé
confirmé
avatar


MessageSujet: Extrait du magazine LA VIE   Jeu 12 Avr 2012 - 17:43



Christian Venard
LES MILITAIRES ASSASSINÉS PAR MOHAMED MERAH SONT MORTS
DANS SES BRAS. L’AUMÔNIER CATHOLIQUE DU 17~ RGP DE
MONTAUBAN RACONTE COMMENT IL A VÉCU CE DRAME ET PARLE
DU SOUTIEN SPIRITUEL QU’IL APPORTE AUX TROUPES ENDEUILLÉES.

J’étais en train de prendre le café avec deux veuves de militaires tués l’été dernier en Afghanistan, quand des tirs ont retenti près de la caserne. Je me suis précipité sur les lieux. Abel Chennouf venait d’expirer. Je lui ai serré la main encore chaude de vie. Les secours s’affairaient auprès de Mohamed Legouad et de Loïc Liber. Autour de moi, les sirènes hurlaient, tout était cri, vacarme, saccage, désolation.
Quand je repense à ces instants, c’est pourtant le calme qui me vient à l’esprit. Au milieu de l’agitation, un silence profond s’est fait en moi. Agenouillé auprès de mes trois camarades, je me suis mis à prier. Une prière si profonde que rien ne pouvait la dissiper. Dans un régiment, l’aumônier catholique s’appelle padre. J’ai donc dit à mes «gars » ce qu’un papa peut dire à ses petits: «Tiens le coup, je suis là, je prie la sainte Vierge, notre maman du Ciel, et saint Michel, le patron des paras, de t’accueillir; si telle est la volonté du Seigneur»

A Abel et Mohamed, j’ai murmuré les paroles que la liturgie met sur nos lèvres in articulo mortis. Et dans ce silence intérieur, j’ai rencontré Jésus et Marie. Ils étaient là, Mère et Fils, au milieu de la souffrance humaine, de la passion des innocents. Silencieux. N’apportant à mes questions, à mon incompréhension, aucune réponse, si ce n’est leur présence consolatrice. C’était le 15 mars. Mohamed Merah venait d’ouvrir le feu sur trois militaires du 17ème régiment de génie parachutiste (RGP) de Montauban, dont je suis l’aumônier catholique.

Les étapes de sa vie
1966 Naissance dans la région parisienne.
1987 Appel à la vie sacerdotale.
1988 Obtient deux DEA (Histoire et droit).
1989 Crée une entreprise.
1992 Entrée au séminaire français de Rome.
1997 Ordination sacerdotale.
1998 Devient aumônier parachutiste.
2012 Assassinés par Mohamed Merah, deux parachutistes du 17ème RGP de Montauban meurent dans ses bras.

Aîné d’une tribu de sept enfants, J’ai grandi dans une famille qui a donné à l’Église beaucoup de prêtres et de religieux. Du fait du métier de mon père, officier dans l’armée, nous déménagions souvent, mais c’est à Rennes que j’ai passé le plus clair de mon enfance. Quand j’avais 12 ans, mes parents furent victimes d’un grave accident de voiture. Maman, qui était alors une jeune femme, en sortit défigurée. Cet épisode marqua profondément leur vie spirituelle. Jusqu’alors, ils étaient catholiques par tradition familiale ; leur relation au Christ devint plus intense. Cela rejaillit sur toute la famille. Nos parents nous firent vivre ainsi une enfance imprégnée par le catholicisme. La ferveur faisait partie de la trame ordinaire des jours.

Mon bac en poche, j’allai à Paris faire des études d’Histoire et de droit. En 1989, je fondai également une société spécialisée dans le recrutement d’assistants dentaires. Le succès fut très rapidement au rendez-vous. Pourtant, malgré cette réussite, je n’étais pas heureux. Je ressentais une insatisfaction, le sentiment profond de n’être pas là où j’aurais voulu être.

Au fond de moi, je savais la raison de ce mal-être : l’appel de Dieu, entendu à8 ans, lors d’un camp louveteaux. Un prêtre m’avait demandé: «As-tu jamais songé à devenir prêtre ?» Aussitôt, dans une sorte de fulgurance, j ‘avais su que le Christ m’appelait. Cette vocation, que je gardais dans le secret de mon cœur, je me suis longtemps senti incapable de la déployer. Marqué par le fond janséniste de mon éducation, je croyais que le Seigneur n’appelait à lui que des saints. Une confession, lors du carême 1987, joua le rôle d’un déclencheur Je m’agenouillai devant le prêtre, et tout s’éclaira. «Tu n’as rien compris, me dis-je, si tu veux devenir saint, suis cet appel, ne le rejette pas au motif que tu es pécheur » Mais rien n’était joué. Je ne voulais pas devenir prêtre car je savais que c’était une vie crucifiée, que le cœur d’un prêtre était un cœur saignant, blessé dès le départ par le célibat. Cette souffrance me faisait peur.

Comme Jacob, je luttai donc pied à pied. Happé par le succès de ma société, la vie sociale qui en découlait, j’essayai d’étouffer cette vocation. C’est alors que Dieu, par l’entremise des personnes qu’il plaça sur mon chemin, me bombarda de signes tangibles qu’il était là et qu’il me voulait. Un jour de 1992, je m’avouai vaincu... Au séminaire français de Rome où l’on m’envoya me former, je découvris ce qu’était une vocation diocésaine.
Je réalisai aussi que je n’avais pas d’attachement à un diocèse, ayant été pendant toute mon enfance balloté d’une vifie à l’autre au gré des affectations de mon père. En revanche, le seul endroit dont je me sentais proche, ma seule terre, mon seul terreau, c’était l’armée. Je fus donc ordonné prêtre en 1997 avec la mission de devenir aumônier pour le diocèse aux armées.

Au-delà de la partie cultuelle, la mission d’un aumônier militaire consiste à accompagner humainement les troupes. Nous vivons immergés dans l’armée, nous portons la tenue des soldats, nous partageons leurs repas, leurs soucis. L’essentiel de ma pastorale consiste à faire le tour des régiments, à serrer des mains, à regarder chaque militaire que je croise avec le regard du Christ, indépendamment de son grade, à être, pour lui, une figure paternelle auprès de laquelle il se sente vivant.
L’homme de Dieu est aussi l’interlocuteur privilégié quand le régiment rencontre la mort. C’est alors que tout le vécu partagé avec les troupes, la légitimité humaine acquise auprès d’eux, trouve son sens. Dans ces moments de deuil, comme ceux que nous vivons en ce moment, les « gars » n’ont pas une demande spirituelle spécifique. Mais ils attendent, pudiquement, que je sois, tel un père, unpadre, présent auprès d’eux. Voilà d’ailleurs l’essentiel de ma mission : être la présence réconfortante du Christ au milieu de mes frères militaires.

«Être la présence réconfortante
du Christ au milieu de mes
frères militaires, voilà l’essentiel de ma mission»

INTERVIEW CHARLES WRIGHT


Les confessions d’un aumônier parachutiste
En tant qu’aumônier, il a accompagné, les troupes françaises dans une dizaine d’opérations extérieures, couvrant la Côte d’ivoire, le Kosovo, l’Afghanistan... Il collabore également à diverses revues. Malgré toutes ces activités, le père Christian Venard a trouvé le temps d’écrire un livre. Un ouvrage drôle et percutant, destiné à redonner le goût du sacrement de la réconciliation. « Celui qui écrit ce livre ne se sent pas supérieur à vous, écrit-il. Comme vous, il est pécheur, il porte chaque jour le poids de ses propres culpabilités, de ses négligences. Et si, par tel ou tel passage, II vous touche, c’est que lui-même vit de cette expérience unique : se reconnaître faible et pécheur et trouver, auprès de Jésus seul, Celui qui apporte le pardon des péchés et la réconciliation. »
LA CONFESSION, MODE D’EMPLOI, ARTÈGE, 2,95 L.

MES CONSEILS POUR traverser la souffrance

1. Confrontez-vous à vos propres souffrances
Pour affronter la souffrance des autres, il faut avoir le courage de regarder ses propres blessures en face. Nous sommes tous des êtres blessés par les hasards de nos existences. Notre personnalité s’est construite, en grande partie, en réaction à des agressions. Il est important d’opérer un travail sur soi pour discerner ses failles. Les connaître, c’est aussi mieux comprendre celles des autres.

2. Faites preuve d’humilité
Ne cherchez pas à consoler la douleur d’un père ou d’une mère qui a perdu son enfant, car c’est inconsolable. Ayez l’humilité d’être simplement là, à l’écoute. Quand j’ai retrouvé Caroline, la femme d’Abel Chennouf, je me suis contenté de ces quelques mots : «J’étais près de lui, je lui ai tenu la main, l’important c’est votre bébé, vous pouvez compter sur nous. » En revanche, je lui ai serré la main, et j’ai prié avec elle. Face à la souffrance, il faut se rappeler que les silences, souvent, valent mieux que les mots. Nous, les prêtres, nous pouvons nous reposer sur les paroles que la liturgie place sur nos lèvres, par exemple pour la mise en bière, et croire en leur efficacité : à travers nous, c’est le Christ qui agit.

3. Confiez la souffrance au Seigneur
Pendant son enterrement, j’ai rappelé à Abel que son sacrifice était enveloppé dans celui du Christ. Je lui ai rappelé qu’en voyant couler de ses blessures ce sang si rouge et si pur, je confiais au Seigneur de la Vie, cette vie qui s’écoulait de lui. Et si aucune larme ne sortait de mes yeux, c’est mon cœur qui pleurait sur toute violence faite aux innocents sur cette pauvre terre. Et c’est à l’Innocent qui a versé son sang pour nous réconcilier avec son Père, qui a versé son propre sang en rançon pour toutes les violences, que j’ai confié sa belle âme.

4. Apprenez à pardonner
La phase ultime pour traverser la souffrance est d’arriver au pardon, qui est une grâce de Dieu. Demandez au Seigneur la force de dépasser le stade de la haine, de la vengeance, de la colère pour parvenir à vous réconcilier avec vous-même, avec les autres et avec Dieu.

[img][/img]
Revenir en haut Aller en bas
Javelin
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Abel Chennouf, caporal parachutiste, catholique et français, mort pour la France????   Ven 13 Avr 2012 - 14:24

Pour moi le pardon a des limites ...
Revenir en haut Aller en bas
ROUGE1
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Abel Chennouf, caporal parachutiste, catholique et français, mort pour la France????   Ven 13 Avr 2012 - 15:04

C'est évident Javelin! Wink
Revenir en haut Aller en bas
NDL
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: La mère d'un militaire tué par Merah dépose une gerbe sur le lieu de sa mort   Dim 8 Juil 2012 - 11:22

Vendredi 29 Juin 2012
La mère d'un militaire tué par Merah dépose une gerbe sur le lieu de sa mort


La mère d'Imad Ibn Ziaten, le premier des militaires tués par Mohamed Merah, en mars à Toulouse, a déposé vendredi une gerbe à l'endroit où son fils a été abattu alors qu'il devait présenter sa moto à d'éventuels acheteurs.

La mère, qui habite Rouen, venait pour la première fois à Toulouse depuis la mort de son fils. Elle a déposé sa gerbe à côté d'une bougie contre laquelle était appuyée une photo de son fils. Elle s'est refusée à toute déclaration.

Mme Ziaten était accompagnée de quatre militaires du 1er Régiment du train parachutiste (RTP) de Francazal, près de Toulouse, auquel appartenait la victime. L'un d'entre eux a déclaré que "la famille d'Imad Ibn Ziaten serait toujours la bienvenue dans le régiment".

Le maréchal des logis-chef Imad Ibn Ziaten, 30 ans, a été la première des sept victimes de Mohamed Merah. Il a été tué par ce dernier le 11 mars d'une balle dans la tête tirée à bout portant.

Ses parents demandent que leur fils soit décoré de la Légion d'honneur à titre posthume et que l'Etat reconnaisse qu'il est mort pour la France.

Par ailleurs, l'avocat de la famille a déposé plainte cette semaine contre X pour "violation du secret de l'instruction" et "recel", à propos de vidéos des scènes des meurtres, a-t-on appris jeudi de sources concordantes.

"De nombreuses personnes, dont des journalistes disent avoir pu visionner ces vidéos" prises par Mohamed Merah, et la chaîne Al Jazira n'a pas remis aux juges les copies en sa possession", a alors affirmé à l'AFP Me Mohan Mouhou, avocat des parents.

TOULOUSE (AFP)

Lire "Le Courrier picard"
Revenir en haut Aller en bas
Javelin
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Abel Chennouf, caporal parachutiste, catholique et français, mort pour la France????   Dim 8 Juil 2012 - 14:20

Merci de l'info
Revenir en haut Aller en bas
battement zéro
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Albert Chennouf : "Mon fils est mort pour la France"   Jeu 12 Juil 2012 - 14:26

Albert Chennouf : "Mon fils est mort pour la France"

Le Point.fr - Publié le 11/07/2012 à 15:23 - Modifié le 11/07/2012 à 15:28
Le père d'un des soldats tués par Merah estime le soutien de l'État insuffisant et réclame la vérité sur la mort de son fils.

"Le ministre m'a dit qu'"il n'a pas encore tranché au sujet de la décoration à titre posthume d'Abel". Je rappelle que mon fils est mort pour la France et n'a été la cible de l'assassin Mohamed Merah que parce qu'il était militaire français dans un contingent qui défend les intérêts de la République en Afghanistan. C'est pour cette unique raison que mon fils a été tué par Mohamed Merah."

Lire l'article LE POINT

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Claude Millet
Fondateur
avatar


MessageSujet: Re: Abel Chennouf, caporal parachutiste, catholique et français, mort pour la France????   Jeu 12 Juil 2012 - 15:24

Objection monsieur le ministre! Jurisprudence du 30 novembre 1961


Citation :
Le chasseur Parachutiste Francis SORO est abattu en se lançant à la poursuite des tueurs armés de pistolets automatiques (en fait des MAT/49), compagnie en alerte. A la date du 27 juillet.

Obsèques du chasseur SORO, un piquet d'honneur aux ordres du S/L Abadie plus une délégation participait à cette cérémonie. Le colonel (Lafontaine) remet la médaille Militaire après une allocution du S/L Gonzague du Pavillon

" Il m'appartient le douloureux privilège, au nom de tes chefs et de tes camarades, de venir te parler le dernier Oranais, tu en avais la tchache, la grande gueule et le courage...tu es mort en soldat. Quatorze mois de "crapahut" avec la mort possible à chaque buisson, à chaque anfractuosité, t'avait laissé intact dans cette guerre étrange où le champ d'honneur et tout un pays, ta terre natale...si nos législations ne te considèrent pas comme "MORT POUR LA FRANCE" sache que tes chefs et tes camarades ont déjà inscrit dans leur cœur cette maxime " MORT AU CHAMP D'HONNEUR".

En effet Francis a été déclaré officiellement MORT POUR LA FRANCE et son nom figure depuis sur le monument aux Morts de Dijon où son corps a été rapatrié.





Citation:
TEXTE

Ministère des Armées N°677 MA/DPC/7 du 30/11/61
Vu l'ordonance du 2 novembre 1945, relative à la mention "MORT POUR LA FRANCE"
Vu l'Article L-488 du code des pensions Militaires d'Invalidité, complété par l'article 21 de la Loi du 3 avril 1945,
Vula loi N° 55-1074 du 6 aout 1955,
Vu la Loi N° 59.900 du "& juillet 1956

DECIDE

que le soldat de 1ère classe SORO Francis, du 1er Régiment de Chasseurs Parachutistes, né à SIDI BEL ABBES (Oran) le 30 juillet 1939, décédé le 23 juillet 1961, victime d'un attentat terroriste en Métropole,

Est "MORT POUR LA FRANCE "

Pour le Ministre
Signé RIVERON


Francis SORO est donc bien le dernier Parachutiste du 1er R C P , MORT POUR LA FRANCE au titre de la guerre d'Algérie


Sur CMP, Francis Soro "MORT pour la FRANCE ici

_________________

RASURA_________SER
1er RCP - 257.174

« Il n'y a pas de sens de l'Histoire, il n'y a pas de vent de l'Histoire car ce qui fait l'Histoire, selon notre conception occidentale et chrétienne qui est vérifiée par tous les faits historiques, c'est la volonté des hommes, c'est l'intelligence des hommes, ce sont leurs passions, bonnes ou mauvaises. »Colonel Bastien THIRY procès Petit Clamart
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/intelligencearmee/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Abel Chennouf, caporal parachutiste, catholique et français, mort pour la France????   

Revenir en haut Aller en bas
 
Abel Chennouf, caporal parachutiste, catholique et français, mort pour la France????
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: AU PANTHEON DES PARACHUTISTES, tous égaux devant la mort, St MICHEL ne fait aucune distinction de grade :: LES PARACHUTISTES MORTS AU "CHAMP D'HONNEUR" :: Soldats de FRANCE tombés sur le sol de FRANCE en relation avec un conflit externe - assassinés lâchement ou fusillés pour avoir "respecté leur parole"-
Sauter vers: