CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Ouvrage: Pierre Schoendoerffer de Bénédicte Chéron

Aller en bas 
AuteurMessage
PTS
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Ouvrage: Pierre Schoendoerffer de Bénédicte Chéron   Mer 28 Mar 2012 - 20:19

Pierre Schoendoerffer

de Bénédicte Chéron, CNRS Éditions , 289 pages

27,00€Commander avec la Procure.com
Pierre Schoendoerffer
Un cinéma entre fiction et histoire.


Coïncidence, le premier livre consacré à Schoendoerffer paraît au moment même où le cinéaste quitte ce monde. Simplement intitulé Pierre Schoendoerffer, l’ouvrage de Bénédicte Chéron a pour sous-titre « Un cinéma entre fiction et Histoire ». Il s’agit non d’une classique bio-filmographie, mais d’une étude plus exigeante, adaptée d’une thèse de doctorat en Histoire, sur le sens d’une œuvre dont le support, l’image filmée, a une aptitude particulière à représenter les événements historiques.

Les racines familiales du cinéaste, protestantes, sont en Alsace, mais il est né à Chamalières, dans le Puy-de-Dôme, en 1928. Lycéen, il se constitue un imaginaire aventurier en lisant Melville, Conrad ou London. Fortune carrée, de Kessel, donne consistance à son rêve de devenir marin : à 19 ans, il embarque sur un chalutier à voile.

Il veut raconter des histoires, mais il ne s’estime pas (encore) écrivain. Il choisit le cinéma, qu’il aborde par le Service cinématographique de l’armée. Le voilà soldat en Indochine, mêlé aux combats avec sa caméra pour arme, filmant tout d’une guerre où il apprend autant le métier d’homme que celui de cinéaste. Après Dien Bien Phu, il est fait prisonnier, à 24 ans. Le Vietminh lui confisque ses pellicules.

« Désormais, note Bénédicte Chéron, l’Indochine ne [le] quitte plus […]. Elle a été le lieu de l’accomplissement, du passage à l’âge adulte. » De retour en France, il est journaliste, allant pendant la guerre au Maroc et en Algérie. De 1956 à 1958, il fait ses premiers pas comme réalisateur de fiction sur des scénarios de Kessel (La Passe du diable) ou adaptés de romans de Pierre Loti (Ratmuncho et Pêcheur d’Islande). Mais c’est en se faisant lui-même scénariste qu’il réalise son premier film. Et c’est un chef-d’œuvre. La 317e section est une fiction sur la guerre d’Indochine, mais tournée dans un style documentaire saisissant, dont l’écriture sèche laisse entrevoir la dimension métaphysique du drame de ces hommes. Bruno Crémer et Jacques Perrin y sont inoubliables.

Après un film de genre, Objectif : 500 millions, (1966), le cinéaste revient à la vérité militaire dans un documentaire. La Section Anderson, réalisée avec l’armée américaine, lui vaut l’Oscar 1968 du documentaire. À cette époque, Schoendoerffer se consacre davantage à l’écriture. La 317e section avait déjà été publiée comme roman (1963), mais c’est avec L’Adieu au roi, en 1969 (plus tard adapté au cinéma par John Millius), qu’il fait éclater son talent. Suivront Le Crabe-Tambour (1976), Là-haut (1981) et L’Aile du papillon (2003). Mais dès que c’est possible, les romans deviennent des films. C’est le cas du Crabe-Tambour, fascinant film de mer, où, sur un aviso, le médecin (Claude Rich) et le commandant (Jean Rochefort), sont à la recherche d’un proscrit (Jacques Perrin), qui reste pour eux l’idéal de la fidélité et de l’héroïsme et qui leur laisse un lancinant remords. Le film est aussi l’un des plus beaux rôles de Jacques Dufilho, en machiniste philosophe. Jacques Perrin est encore le héros de L’Honneur d’un capitaine (1982), où Schoendoerffer ose aborder la question de la torture en Algérie, faisant réfléchir sur l’urgence de la décision dans l’action et l’intemporalité du devoir moral.

Ces deux grands films, comme les suivants qui auront moins de succès (Dien Bien Phu en 1991 et Là-haut en 2004), sont l’illustration des valeurs chevaleresques, l’honneur et la fidélité, d’autant plus chèrement défendues qu’elles sont démodées. L’auteur présente ses films comme inspirés par la parabole des talents. « Qu’as-tu fait de ton talent ? », interroge-t-il souvent. Bénédicte Chéron cite un entretien où il livre le secret qui fait fructifier les talents. Habituellement, dit-il, on pense qu’il faut aimer parce qu’on a besoin que l’autre nous aime, « tandis que dans la religion chrétienne c’est l’acte gratuit, il faut aimer, a priori, vous n’attendez pas de l’amour un retour ». N’est-ce pas parce que ses héros n’attendent pas de retour de leurs vies sacrifiées que le cinéma de Schoendoerffer demeure si fécond pour les générations de spectateurs ?
Édouard Huber


Frères de tournage

« Introduire dans un bâtiment de guerre une vingtaine de personnes, des civils, et des civils qui ne sont pas particulièrement militaristes – on sait qui nous sommes, dans le cinéma, volontiers braillards, un peu indisciplinés – introduire ce corps étranger dans un univers très discipliné inquiétait un peu l’état-major du bâtiment », explique Pierre Schoendoerffer à la sortie [du Crabe-Tambour]. Claude Rich conserve un souvenir étonné de cette expérience : « Deux mois de vie commune, deux mois où nous vivions chacun avec notre grade ; j’étais avec un enseigne de vaisseau […], Rochefort était tout seul parce qu’il était commandant […]. Dufilho était tout seul aussi comme commandant des machines. On déjeunait suivant son grade, et ça a fait une entente prodigieuse. Je n’ai jamais vu une entente aussi grande qu’entre des marins et des gens du cinéma […]. Les marins et les cinéastes sont un peu des idéalistes, surtout Schoendoerffer. »


Revenir en haut Aller en bas
vigan
confirmé
confirmé
avatar


MessageSujet: Re: Ouvrage: Pierre Schoendoerffer de Bénédicte Chéron   Jeu 5 Avr 2012 - 13:56

Pierre Schoendoerffer : entretien avec B Chéron
Publié le 23 mars 2012 par Egea

Egéa revient sur Schoendoerffer, à la suite d'un premier billet. Cette fois-ci, ce n'est pas l'homme qui parle, c'est une spécialiste : Bénédicte Chéron a en effet consacré sa thèse à Schoendoerffer et son cinéma. Une lecture entre le soldat, le cinéaste, le romancier, l'aventurier, qui interroge non seulement l'homme, mais aussi ce qu'il reflète : une certaine portion de l'histoire de France. Bénédicte Chéron vient de publier un livre sur la question : un livre passionnant qui dévoile de multiples aspects de l’œuvre de Schoen... Elle répond à nos questions.

Pierre Schoendoerffer : entretien avec B Chéron

1/ Est-ce simplement une biographie ou un essai ? Qu'y recherchiez vous d'abord ?

Le point de départ de ce livre est une analyse historique de l’œuvre cinématographique de Pierre Schoendoerffer. Dans la thèse dont il est issu, il s’agissait de se pencher sur les représentations qu’il crée et lègue à son public, sur une période délicate de notre histoire. Mais par la force des choses, étudier une œuvre, c’est étudier le parcours d’un auteur pour mieux le comprendre. Il y a donc une forte dimension biographique dans cette ouvrage, mais qui prétend moins à l’exhaustivité qu’à apporter un éclairage sur ce qui alimente la mémoire personnelle de Pierre Schoendoerffer. Car c’est bien à partir de cette mémoire qu’il a des événements forts vécus en Indochine comme cameraman des armées et où il puise pour créer son œuvre à partir de La 317e section (le roman, puis le film).

2/ On s'interroge beaucoup sur Pierre Schoendoerffer, incontestablement rempli d'une densité humaine exceptionnelle : est-ce d'abord ça qui le rend intéressant ? l'homme précède-t-il son œuvre ?

Il est sûr qu’il y a dans le parcours de Pierre Schoendoerffer lui-même une dimension éminemment romanesque, avant même qu’il ne devienne cinéaste et écrivain. Adolescent, il rêve à la lecture de Fortune Carrée de Joseph Kessel. Trop jeune pour être résistant, il est renvoyé à la maison familiale par ceux auprès de qui il tente pourtant de s’engager. Fasciné par Tom Morel et la tragédie du plateau des Glières, pupille de la nation, il appartient à une génération pour qui devenir adulte dans la guerre est une chose normale. Attiré par le grand large, il s’embarque à la fin de l’adolescence sur un cargo suédois qui vogue en mer Baltique. Désireux de faire de grandes choses mais persuadé que le mauvais élève qu’il était ne pouvait devenir écrivain, il décide de faire du cinéma, un art encore considéré comme mineur par rapport à la littérature. Bref, il y a chez ce jeune homme, avant même de partir en Indochine, une fibre hors du commun. L’Indochine couronne ce début de parcours par l’expérience tragique de la guerre, par la rencontre des corps morts et blessés, par la perte des amis. Il y devient adulte, accompagné par d’autres jeunes hommes, un peu plus âgés que lui, cameraman ou photographes des armées (Raoul Coutard, Jean Péraud sont ses compagnons de l’époque) et par le modèle des lieutenants et capitaines qui demeurent, à ses yeux, des archétypes de chefs guerriers. L’homme est ensuite indissociable de son œuvre, et tout se noue en Indochine et, finalement, y retourne en permanence.

3/ En préparant cet entretien, je m'interrogeais sur le qualificatif à lui donner : homme, bien sûr, mais ensuite : Soldat ? témoin? cinéaste ? romancier ? historien ? aventurier ? voyageur ?

Tout ces mots pourraient convenir et probablement n’en aurait-il renié aucun, mais Pierre Schoendoerffer est d’abord sans doute un homme du grand large. Grand large au sens géographique du terme mais aussi par l’altitude de ses aspirations personnelles. Sa première inspiration a été cette littérature du grand large, ces auteurs comme Kipling et Kessel, Conrad et Loti qui le faisaient rêver. Il disait par ailleurs être à la fois esclave quand il était documentariste, roi quand il était cinéaste et Dieu quand il était écrivain.

4/ Sur l'histoire, justement, ou plutôt sur son écriture : est-il simplement un "mémorialiste" ? un simple témoin? un "écriveur" d’histoire ? ou, au deuxième degré, un sujet d'histoire, qui doit être appréhendé par la recherche historique comme un signal d'une époque, celle de la décolonisation?

Pierre Schoendoerffer ne prétendait pas faire œuvre d’historien. Il est bien, d’abord, un artiste. Et à ce titre, ses œuvres peuvent être saisies par l’historien comme des signes d’une période, comme des représentations capables d’imprimer une trace sur les mémoires individuelles et sur la mémoire collectives. Cela n’empêche pas que Pierre Schoendoerffer ait d’abord été un témoin direct, comme cameraman des armées. Tout cela d’ailleurs est étroitement lié dans sa création : en créant, il témoigne. Mais il témoigne avec des films et des livres dont la portée est bien différente de celle de simples récits des mémoires d’anciens combattants, qui occupent une autre place. Il parvient à tirer de sa propre expérience, des représentations artistiques qui puisent aux racines de l’imaginaire européen et national, dans l’héroïsme guerrier antique et médiéval.

5/ Schoen aurait-il d'ailleurs existé en dehors de ces guerres de décolonisation ?

Il est toujours difficile de faire de l’histoire-fiction. Une chose est sure : alors que la littérature coloniale de l’entre-deux-guerre a pour cadre « la plus grande France », lui déploie son œuvre dans le contexte de la perte de l’empire et du rétrécissement du territoire français. Cela apporte à ses films et ses livres une dimension tragique supplémentaire. Ses héros ne gagnent jamais, ni dans les faits, ni dans la mémoire nationale. Ce sont des héros défaits, perdus et perdants. Les représentations françaises de l’héroïsme guerrier, à partir du XIX° siècle notamment, ne sont pas avares de ce thème de la défaite ; Pierre Schoendoerffer puise aussi à cette source, mais il puise aussi au-delà, dans un imaginaire européen plus large et plus ancien.

6/ On devine que c'est l'intensité des épreuves traversées qui donne leur densité exceptionnelle aux œuvres de Schoen. Pourtant, la section Anderson est un documentaire : on s'éloigne de l'art pour vouloir atteindre une réalité. La section Anderson est-elle "exceptionnelle" ? Pourquoi un seul documentaire dans son œuvre ?

La Section Anderson est son documentaire le plus connu, car le plus spectaculaire (la guerre américaine du Vietnam) et le plus récompensé (International Emmy Award, Oscar). Il y a quelque chose d’exceptionnel dans ce film car c’est un ancien cameraman de l’armée française en Indochine qui filme des soldats américains au Vietnam. La rencontre est rare, et le résultat saisissant. Pierre Schoendoerffer sait filmer l’homme en guerre. Il a cependant réalisé d’autres documentaires : la suite de La Section Anderson a été tournée aux Etats-Unis en 1988. Pierre Schoendoerffer et son épouse, Patricia, y ont retrouvé les survivant de la section, dont le lieutenant Anderson, premier officier noir sorti de West Point. Diffusé à la télévision française, ce film est émouvant. Enfin, il a réalisé quelques courts et moyens métrages, pour l’armée notamment (Sept jours en mer, La Sentinelle du matin, par exemple), mais qui n’ont pas eu le même écho.

7/ Donc, pour le reste, c'est la fiction qui est le langage de Pierre Schoendoerffer. Pourquoi la fiction rend-elle plus exactement la réalité ? pourquoi sonne-t-elle de façon plus authentique, alors qu'il y a une économie de moyens et d'effets et que Schoen n'est pas un cinéaste démonstratif ou pesant ?

Je ne sais pas si la fiction rend plus exactement la réalité. En revanche, il y a une forme de fiction qui peut faire sentir la réalité mieux que le documentaire. Pierre Schoendoerffer aimait dire qu’il voulait d’abord faire sentir des ambiances, faire sentir la tragédie des destins des hommes en guerre, des peuples en guerre. Sans doute est-ce là que se situe cette impression de réalité, dans cette « sensualité » de la représentation, qui ne passe pas forcément, contrairement à ce que pensent certains réalisateurs, par l’avalanche de moyens matériels et d’effets spéciaux. La 317e Section est à ce titre son film le plus emblématique : le tournage a été fait dans les conditions de la guerre (la mort en moins), en saison de mousson, dans l’ordre du scénario pour que la décomposition physique des personnages soit la plus réelle possible à l’écran. L’équipe technique, dont Raoul Coutard était le leader incontestable comme chef-opérateur, était composée presque exclusivement d’anciens du service ciné-photo de l’armée en Indochine. Les comédiens ont été plongés dans une expérience hors du commun et à l’écran, la force de cette représentation a saisi les spectateurs et les saisit encore.

8/ Pourtant, malgré les évidentes qualités, Schoendoerffer a toujours été mis à l’écart par le milieu cinématographique. On se souvient de ce que Le crabe-tambour n'avait pas reçu de subvention de la commission d'avances sur recettes pour "insuffisance artistique" : est-ce à cause d'une époque culturellement orientée politiquement ? Schoen était-il caricaturé comme néo-colonialiste ? Quand la perception que l'on avait de lui a-t-elle changé ? à quoi tient ce changement ?

Il y a eu des passages à vide dans sa création, pour une part due, peut-être, à un certain ostracisme passager. Pierre Schoendoerffer n’appartenait pas complètement au monde du cinéma, il était ailleurs, avait d’autres familles, d’autres tribus. Il dénotait incontestablement. Cependant, jamais sa mise à l’écart, si tant est qu’elle ait été consciente chez ceux qui en étaient les auteurs et réellement volontaire, n’a jamais été définitive. La question de l’appartenance à un camp politique de Pierre Schoendoerffer ne se règle pas en quelques lignes. Lui-même ne se disait éventuellement de droite que du bout des lèvres, un peu pour clore le débat, sans grande conviction. Il était ailleurs et peu préoccupé par cette question. Son œuvre quant à elle échappe à ce clivage : il y a eu, à chaque sortie de films, des critiques élogieuses à droite et à gauche. La 317e Section a été unanimement salué.

Seul L’Honneur d’un capitaine a déclenché quelques critiques très hostiles, parce que la question de la torture lors de la guerre d’Algérie était à l’époque (1982) neuve au cinéma et forcément très clivante, le film étant en outre plus contestable sur le plan esthétique, ont estimé certains. Pour le reste de son œuvre les rares critiques négatives étaient surtout le fait de jeunes journalistes qui n’avaient pas les repères de la culture classique qui jalonnent les films de Pierre Schoendoerffer. Si clivage il y a eu chez les journalistes, c’était donc d’abord un clivage générationnel.

9/ Vous parlez de la "béance du récit national" à laquelle vous consacrez un long chapitre : nous venons de fêter le cinquantième anniversaire de l'indépendance de l'Algérie : le temps qui a passé rend-il désormais Schoendoerffer non seulement audible, mais nécessaire ?

Je crois que l’œuvre de Schoendoerffer demeure audible de toute façon, au-delà des commémorations et des grandes dates, même s’il faut être réaliste sur la difficulté que peuvent avoir des jeunes générations, habituées aux films à grand spectacle, à fixer leur attention sur une représentation plus lente de l’aventure et de la guerre. Dans le contexte des commémorations du 19 mars, cette œuvre a cependant bien une spécificité : celle de se saisir d’une période dans sa globalité, de 1945 à l’après-décolonisation et donc de montrer le destin d’une génération de militaires dans la continuité des épreuves rencontrés (Seconde Guerre mondiale, Indochine, Algérie), de redonner de la profondeur historique à des événements douloureux.

10/ Et pourtant, malgré toutes les possibilités d'enfermement du cinéma de Schoendoerffer (y compris la tentation actuelle de sanctification posthume), son cinéma réussit à s'échapper de toutes les cases. Parce qu'il a réussit à atteindre l'archétype ? la figure du mythe si nécessaire et dépassant les frontières temporelles ?

Cette question est déjà évoquée plus haut mais effectivement, le héros « schoendoerfferien » est un archétype du guerrier. On y retrouve les codes de l’héroïsme antique, tels que définis par Dumézil, mais aussi des héritages médiévaux : Jacques Le Goff a montré qu’au XII° siècle, le héros commence a être représenté en situation de souffrance physique. Saint Louis en est l’exemple le plus révélateur. Comme ces héros médiévaux, ceux de Schoendoerffer connaissent non seulement la défaite mais aussi la déchéance physique (le lieutenant Torrens, dans La 317e section, avant d’être touché d’une balle, se décompose à cause de la dysenterie). Lorsqu’il montre les corps morts de ses héros, Pierre Schoendoerffer les filme presque comme des gisants de pierre, rendant ainsi leur image pérenne. Il y a bien dans cette œuvre un imaginaire qui touche à l’universel.

11/ Une dernière question : Pierre Schoendoerffer n'est-il pas l'héritier humaniste de Saint-Exupéry ?

Euh... Je préfère ne pas répondre : je n'ai pas assez réfléchi à cette relation (qui m'a cependant déjà été évoquée par d'autres, donc un jour, promis, je m'y mettrai).

Bénédicte Chéron, merci beaucoup de nous avoir accordé cet entretien.(lu dans Paper Blog ICI)
Revenir en haut Aller en bas
 
Ouvrage: Pierre Schoendoerffer de Bénédicte Chéron
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: LIBRAIRIE CINEMA TELEVISION et LIENS recommandés :: Ouvrages et commentaires-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: