CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 SCHOENDOERFFER Pierre

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
ROUGE1
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: SCHOENDOERFFER Pierre    Ven 10 Avr 2015 - 20:37

Deux beau films, l'un est plongé dans la guerre, l'autre en temps de paix, mais relatant des épopées...je suis un fan de Pierre Schoendoerffer.
Revenir en haut Aller en bas
Kéo
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: SCHOENDOERFFER Pierre    Lun 12 Sep 2016 - 17:31


Sep

11



TL - Pierre Schoendoerffer, cinéaste des guerres coloniales françaises


Pierre Schoendoerffer (debout au centre) lors du tournage de La 317e section.

Deux documents d'archives (ici et ) sur le film de Pierre Schoendoerffer, L'honneur d'un capitaine, paru en 1982. Suite à la diffusion d'un documentaire télévisé sur la guerre d'Algérie, la veuve d'un capitaine mort en Algérie veut savoir la vérité sur son mari : a-t-il ou non pratiqué ou ordonné de pratiquer la torture?
Schoendoerffer a participé à la guerre en Indochine, où il a commencé à travailler avec une caméra pour le service cinématographique des armées. Il est fait prisonnier à Dien Bien Phu, expérience qui le marque profondément et oriente une grande partie de son travail cinématographique et littéraire. L'expérience de la guerre, la confrontation de l'homme aux situations limites qu'elle engendre, mais aussi la difficulté de revenir sur son passé sont des thèmes récurrents. Dans L'honneur d'un capitaine, tout l'enjeu est de reconstituer, lors de plusieurs séances au tribunal, les actions et ordres de l'officier pendant ses derniers jours, en appelant à la barre des témoins dont la mémoire est parfois hésitante. Loin des jugements moraux faciles tels qu'on voudrait en porter avec le bénéfice du recul historique, le film se termine sur le doute et l'absence de certitude.



L'honneur d'un capitaine, de Pierre Schoendoerffer, 1982. Scène du tribunal : le supérieur du capitaine vient témoigner, devant sa veuve.

Schoendoerffer a réalisé plusieurs films importants sur les guerres que la France a livré dans ses colonies, nourris de sa propre expérience. Outre L'honneur d'un capitaine, on peut également citer La 317e section et Dien Bien Phu, sur la guerre en Indochine.
Il est décédé en mars 2012.
Publié il y a Yesterday par Joseph Visser
Revenir en haut Aller en bas
Claude Millet
Fondateur
avatar


MessageSujet: Re: SCHOENDOERFFER Pierre    Lun 30 Oct 2017 - 11:09

Le crabe-tambour – Pierre Schoendoerffer – 1977

Publié 29 octobre 2017 dans Pierre Schoendoerffer 0 Commentaires
Un chat noir sur l’épaule.
   7.8   C’est un voyage doux autant qu’il est austère, aussi magnétique que décousu, entre le Mékong et les Grands Bancs de Terre-Neuve, sur plusieurs temporalités : Les souvenirs de guerre de trois officiers de marine chevauchent le présent d’un escorteur (lors de son ultime mission avant son désarmement) brisant les vagues de l’Océan Atlantique puis bientôt la glace du Grand Nord.
     Ce présent aurait pu servir de remplissage ou de prétexte pour raconter les histoires de ce lieutenant de vaisseau autrement plus exotiques, d’apparence plus passionnantes, c’est pourtant peut-être cet étrange présent qui me touche le plus. Evidemment, comment ne pas être ému devant les échanges de Claude Rich et Jean Rochefort, deux grands du cinéma disparus cette année, à quelques jours d’intervalle, bordel ?
     Les trois officiers (Le commandant de bord, le médecin, le chef mécanicien) évoquent donc un quatrième, une figure abstraite, conradienne, roi beau, roi fou, lieutenant de vaisseau affublé continuellement d’un chat noir sur son épaule. Souvenirs et anecdotes qui remontent à l’Indochine, la guerre d’Algérie. Willsdorff (Aguirre meets Kurtz) prend les traits de Jacques Perrin aux allures d’un Klaus Kinski plus aimable, plus atténué.
     On attend un tournant, un bouleversement, un climax insensé. Rien ne vient. Et pourtant tout est là. Le voyage vers le grand Nord fusionne avec celui plus immobile dans le Sud Viêt-Nam. Lorsqu’est évoqué la mort du frère du capitaine Willsdorff, c’est la photo de Bruno Cremer qu’on croise dans la brève d’un journal. Instant fort qui nous replonge dans La 317e section où Perrin et Cremer y campaient aussi deux figures antagonistes et fusionnelles.
     C’est peut-être la plus grand réussite de ces deux films, la plus belle chose qui parcourt le cinéma de Schoendoerffer : La réunion dans le mythe, de figures opposées, qui se nourrissent l’une pour l’autre. Willsdorff existe puisqu’on se souvient de lui. Les trois officiers existent puisqu’ils activent les souvenirs qui vont nourrir leur présent. L’arrivée à Terre-Neuve c’est magnifique, c’est La grande idée simple et bouleversante du film. L’issue rêvée.
     Et puis plus simplement j’aime que le film nous montre des gens au travail. J’ai l’impression que cette minutie nous la devons essentiellement à Pierre Schoendoerffer, qui capte une dynamique singulière, un réalisme froid mais beau, puisqu’on ressent la vie à bord du navire ou sur un radeau, la vie en temps de guerre ou en temps de paix. Que Schoendoerffer soit parvenu à faire vibrer un récit aussi mortifère ce n’était vraiment pas gagné.
     Le film est par ailleurs rempli de trouées et passerelles curieuses, puisque cet étrange chat noir, qui est partout, que l’on chasse ici et qui réapparait là (Plus loin dans le déroulé du récit, plus tôt dans la chronologie) évoque continuellement, avec l’idée même du crabe-tambour, la maladie du commandant de bord, cette tumeur qui le chasse de son métier qu’il veut continuer à exercer à tout prix. Cet homme, Willsdorff, pourrait être leur cancer à tous, il pourrait d’ailleurs être mort  – Cette manière que chacun a d’en parler le place d’emblée de l’autre côté – et pourtant il est toujours vivant, devenu pêcheur sur un chalutier.
     Merci au chef op Raoul Coutard qui nous offre une fois encore une photographie à tomber, qui plus est à bord de ce paquebot chevauchant les murs de vagues de l’océan atlantique – ça ma donné envie de revoir le Léviathan, de Lucien Castaing-Taylor et Verena Paravel, de remonter sur un chalutier en somme.
Revenir en haut Aller en bas
Claude Millet
Fondateur
avatar


MessageSujet: Pierre Schoendoerffer - Commémoration du 80e anniversaire de sa naissance. Écrivain, cinéaste et journaliste né à Chamalières   Dim 19 Aoû 2018 - 20:08


Commémoration du 80e anniversaire de sa naissance. Écrivain, cinéaste et journaliste né à Chamalières
Revenir en haut Aller en bas
Claude Millet
Fondateur
avatar


MessageSujet: Tribute to Pierre Schoendoerffer on (massacred) FDC from France    Mer 17 Oct 2018 - 12:12

lundi 15 octobre 2018


Tribute to Pierre Schoendoerffer on (massacred) FDC from France


Hommage à Pierre Schoendoerffer sur FDC (massacré) de France

Le 24 septembre 2018 (vente générale), la poste française a mis en circulation un timbre (1,30€, tirage : 800016) consacré au photographe, romancier, réalisateur, scénariste et documentariste Pierre Schoendoerffer (1928-2012).
Ce timbre, créé et gravé par Marie-Noëlle Goffin, montre son portrait ainsi qu'une scène de la bataille de Diên Biên Phu (1953-1954), marquant la fin de la guerre en Indochine, dont il sera un des témoins en tant que volontaire pour le Service cinématographique des armées.
C'est ce timbre qui figure sur le pli Premier Jour du 21 septembre 2018 ci-dessous, avec TAD de Chamalières (63), sa ville natale. Merci beaucoup Jean-Claude !
Malheureusement, cette lettre a transité le 24 septembre 2018 par le centre de traitement du courrier CTC de Lempdes Clermont-Ferrand (12599A-01) où cette vilaine double oblitération mécanique a été appliquée...
On September 24, 2018 (general sale), the French Post issued a stamp (€ 1.30, print run: 800,016) devoted to the photographer, novelist, director, screenwriter and documentary maker Pierre Schoendoerffer (1928-2012).
That stamp, created and engraved by Marie-Noëlle Goffin, features his portrait as well as a scene of the battle of Dien Bien Phu (1953-1954), marking the end of the war in Indochina, about which he was a witness as a volunteer for the Film Service of the French Armed Forces.
It is that stamp which appears on the First Day Cover dated September 21, 2018 below, with postmarks from Chamalières (63), his hometown. Thank you very much Jean-Claude!
Unfortunately, this letter passed on September 24, 2018 by the CTC (mail processing center) of Lempdes Clermont-Ferrand (12599A-01) where this ugly double mechanical cancellation was applied ...


A noter la signature de Marie-Noëlle Goffin sous le timbre, l'artiste qui était présente à Chamalières pendant les 3 jours de prévente de ce timbre.
Le TAD (conçu par Valérie Besser), identique à celui mis à circulation à Paris, est un peu déroutant avec uniquement la signature de Pierre Schoendoerffer...
Cette guerre d'Indochine est restée au cœur de son œuvre, avec en particulier les films qu'il a réalisés "La 317ème Section" (1965) ou "Diên Biên Phu" (1992), probablement son film le plus ambitieux.
Avec son documentaire "La Section Anderson" (1967), il remportera l'Oscar du meilleur film documentaire en 1968.
Pierre Schoendoerffer écrit, en 1976, un roman "Le Crabe-tambour" (grand prix du roman de l'Académie française) qu'il adapte en 1977 pour le cinéma (trois Césars en 1978).
Il a été décoré de plusieurs distinctions civiles ou militaires et fut élu membre de l'Académie des beaux-arts en 1988.
To note the signature of Marie-Noëlle Goffin under the stamp, the artist who was present in Chamalières during the 3 days of preview sale of the stamp.
The FDC cancellation (designed by Valérie Besser), identical to the one put into circulation in Paris, is a little confusing with only the signature of Pierre Schoendoerffer ...
This war in Indochina remained at the heart of his work, with in particular the films he made "The 317th Platoon" (1965) or "Dien Bien Phu" (1992), probably his most ambitious film.
With his documentary "The Anderson Platoon" (1967), he won the Oscar for best documentary film in 1968.
Pierre Schoendoerffer wrote, in 1976, a novel "Le Crabe-tambour" (grand prix of the novel of the French Academy) that he adapted in 1977 for the cinema (he won three Césars in 1978).
He was awarded with several civil or military distinctions and was elected a member of the French Academy of Fine Arts in 1988. 
 

Publié par Eric Contesse à 20:19
[table style= border="0" cellpadding="0" cellspacing="0" width="100%"]
[tr style=][td class="reactions-label-cell" nowrap="nowrap" valign="top" width="1%"] Réactions : [/td]
[td][/td]
[/tr]
[/table]

Envoyer par e-mailBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest
Libellés :
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SCHOENDOERFFER Pierre    

Revenir en haut Aller en bas
 
SCHOENDOERFFER Pierre
Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: AU PANTHEON DES PARACHUTISTES, tous égaux devant la mort, St MICHEL ne fait aucune distinction de grade :: AU PANTHEON DES PARACHUTISTES-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: