CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Les paras du 1er REP de Dufour et du 1er RCP de Broizat s’interposent entre les manifestants et les gardes mobiles du colonel Debrosse.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ROUGE1
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Les paras du 1er REP de Dufour et du 1er RCP de Broizat s’interposent entre les manifestants et les gardes mobiles du colonel Debrosse.   Jeu 26 Jan 2012 - 16:32

Prologue

Le 10 janvier 1960, contre son gré mais sur insistance du commandement, le général Massu (commandant le corps d’armée d’Alger) accorde une interview à Ulrich Kempski, journaliste allemand du Süddeutsche Zeitung, ancien para de la Wermacht qui se présente en « frère d’armes » et promet de soumettre son article avant parution …

Le 18 janvier 1960, paraît l’interview du général Massu …

Le 19 janvier 1960, le général Massu est convoqué à Paris … les sanctions disciplinaires (il est limogé et relevé de ses fonctions et interdit de retourner à Alger) seront en partie à l’origine des Barricades du 24 …

Le 21 janvier 1960, réunion du Comité d’Entente des Mouvements Nationaux : la manifestation est prévue pour le dimanche 24 et des tracts appellent la population à y participer.

Le 22 janvier 1960, réunion clandestine chez le capitaine Roy : sont présents, entre autres, Martel, Gardes, Ortiz, Filippi …

Le 23 janvier 1960, après avoir reçu du général de Gaulle en personne les consignes pour le maintien de l’ordre à Alger, le général Challe revient dans la nuit de Paris.

A zéro heure, le Commandant en chef fait un exposé sur l’entretien qu’il a eu avec le chef de l’Etat … et déclare : « Il est indispensable que l’unité de l’armée soit sauvegardée. S’il y a une manifestation, je donnerai l’ordre de tirer, quoi qu’il arrive … »

Le général Costes, commandant la zone du Nord Algérois (ZNA), bien que Français d’Algérie … dira à Joseph Ortiz, venu tenter de négocier avec lui : « Je vous avertis que si cette manifestation devait avoir lieu et si j’en recevais l’ordre, je n’hésiterais pas un instant à faire tirer sur la foule. »

Les Barricades

Le 24 janvier 1960, à Alger, c’est le premier jour de ce qui sera la semaine des barricades.

manifpn2012.canalblog.com
lire la suite de l'article ICI

J'ai publié cet article en pensant à nos amis PN Alexis Gervez, la Baraka...
Un certaine émotion en relisant cette page douloureuse de l'Algérie Française
Revenir en haut Aller en bas
Kéo
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: Les paras du 1er REP de Dufour et du 1er RCP de Broizat s’interposent entre les manifestants et les gardes mobiles du colonel Debrosse.   Jeu 26 Jan 2012 - 16:48

Passionné de cette période j'ai cette vidéo
Merci d'avoir ouvert ce sujet
http://www.ecpad.fr/la-semaine-des-barricades-24-janvier-1er-fevrier-1960
Revenir en haut Aller en bas
Fombecto
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Interview du général Massu en janvier 1961   Jeu 26 Jan 2012 - 23:38

L'affaire de la déclaration du général MASSU:
"Après bien des réticences, Massu avait accordé un entretien au journaliste allemand Hans Ulrich Kempski pour le journal munichois Suddentsche Zeitung. Au cours de la conversation le général avait parlé librement, demandant toutefois au reporter de passer sous silence les déclarations qu'il venait de lui faire, en confidence.
Quarante-huit heures plus tard c'était le scandale. Reprises par l'agence United Press, les déclarations exclusives de Massu, mal interprétées et agrémentées de commentaires pernicieux, faisaient la « une » de tous les journaux.
En bref, il ressortait que l'armée française faisait en Algérie, à contre-coeur, la politique du général de Gaulle et que si ce dernier persistait dans son projet d'auto­détermination, qui ne pouvait conduire qu'à l'abandon de l'Algérie française, il pourrait bien y avoir, avant peu, du grabuge... Irrité d'avoir été berné, d'une part, et de la publicité faite à ses déclarations, d'autre part, le vainqueur de la bataille d'Alger eut beau démentir, protester de sa bonne foi, de Gaulle le rappelait à Paris et le relevait de son commandement."
source: Histoire en question

_________________
« A la Grèce, nous devons surtout notre raison logique. A Rome, nos maximes de droit et de gouvernement. Mais à l'Evangile nous devons notre idée même de l'homme. Si nous renions l'Evangile, nous sommes perdus. » Maréchal de Lattre de Tassigny (mort le 11 janvier 1952).
Revenir en haut Aller en bas
Pérignon
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: Les paras du 1er REP de Dufour et du 1er RCP de Broizat s’interposent entre les manifestants et les gardes mobiles du colonel Debrosse.   Ven 27 Jan 2012 - 0:38

Fombecto a écrit:
L'affaire de la déclaration du général MASSU:
"...Quarante-huit heures plus tard c'était le scandale. Reprises par l'agence United Press, les déclarations exclusives de Massu, mal interprétées et agrémentées de commentaires pernicieux, faisaient la « une » de tous les journaux.
... Irrité d'avoir été berné, d'une part, et de la publicité faite à ses déclarations, d'autre part, le vainqueur de la bataille d'Alger eut beau démentir, protester de sa bonne foi, de Gaulle le rappelait à Paris et le relevait de son commandement."

Ironie de l'histoire : huit ans plus tard, de Gaulle se rendait le 29 mai 1968 à Baden Baden où il rencontrait Massu qui l'assurait de la fidélité de l'Armée et obtenait la promesse de l'amnistie pour les putschistes d'Alger !
Revenir en haut Aller en bas
Beber
enregistré
enregistré
avatar


MessageSujet: Re: Les paras du 1er REP de Dufour et du 1er RCP de Broizat s’interposent entre les manifestants et les gardes mobiles du colonel Debrosse.   Ven 27 Jan 2012 - 9:01

Bonjour,
Pour enrichir le sujet:
source: rue Charles Peguy - Alger

Le 1er février 1960, alors que les "insurgés " quittaient le périmètre des Facultés d'Alger où pendant une semaine ils avaient tenu tête au gouvernement du général De Gaulle et montaient dans les camions du 1er REP pour rejoindre Zéralda, paraît dans "France Soir" un éditorial de Pierre Lazareff qui provoque quelque sensation : "Si l'on approuve que le pardon soit accordé aux hommes abusés qui rejoindront "l'ordre national", écrit-il, on ne comprendrait pas que les coupables qui se voulaient usurpateurs Ortiz, Lagaillarde et leurs lieutenants immédiats échappent au juste châtiment de leurs fautes... On connaît aujourd'hui le sombre complot dans lequel ils ont tenté d'entraîner des patriotes sincères, complot dont on découvre les ramifications jusque dans la métropole et qui était destiné à changer le régime par la force".
-----Pendant une semaine, avec un acharnement et une progression dans l'odieux qui révèle une minutieuse et machiavélique préparation, la presse française va "enrichir" cette interprétation de la révolte du peuple d'Alger en la pimentant de toutes les épices dont l'opinion est friande depuis la fin de la guerre 1939-1945...
La presse française
-----Ainsi, le 2 février, René Andrieu dans l'Humanité souligne que si l'on ne veut pas que le "complot" connaisse de nouveaux rebondissements, "il faut vider l'abcès".
-----Le lendemain, Georges Oudart, dans le Journal du Parlement, précise à propos des affidés du prétendu complot : "Leur anti-gaullisme des jours de Vichy, mélangé d'anticommunisme hitlérien, les rendent capables de se porter aux pires excès pour se venger de s'être si dramatiquement trompés, il y a vingt ans ".
[...]
Il n'y a pas eu de complot
-----Des sinistres procureurs de Moscou aux grandes voix chrétiennes, la cause est entendue, l'Histoire est écrite... Eh bien, non!
" Il n'y a pas eu de complot du 24 janvier 1960 ", comme l'ont très justement écrit Serge et Merry Bromberger dans "Barricades et Colonels ", et pourtant ce sont des spécialistes. N'en avaient-ils pas trouvé treize (complots) le 13 mai 1958...
[...]
Les insurgés d'Alger, véritables défenseurs de la République
-----Le juge d'instruction Monzein convoque en son cabinet Georges Calzant, directeur de l'Hebdomadaire "Aspects de la France" et l'inculpe d'offenses au chef de l'Etat pour avoir publié sous sa signature au lendemain de la diffusion du discours présidentiel du 16 septembre 1959 un article intitulé " EN HAUTE COUR, M. DE GAULLE ! " Le nouvel inculpé déclarera d'ailleurs au magistrat qu'il n'a rien à retrancher à son propos car le Président de la République aurait dû être effectivement déféré à la Haute-Cour, pour avoir, dans son discours du 16 septembre " proposé la sécession à un groupe de départements français ".
-----Ainsi, les véritables défenseurs de la République " en danger " - et de sa Constitution - ne sont pas les grévistes qui défilent le 1" février dans les rues de Paris, avec la bénédiction du gouvernement, mais bien les insurgés d'Alger. Les fauteurs de guerre civile ne sont pas derrière les barricades mais bien à l' Elysée et à Matignon.
[...]
De Gaulle, résolu à brader l'Algérie
-----Son caractère, sa conception de la "raison d'Etat", le rendaient tout à fait imperméable aux choses du cœur. Toutefois, il n'est pas sûr qu'il ait eu, dès son retour au pouvoir, une idée très précise sur l'avenir de l'Algérie. Ses seules certitudes se résumaient en deux points : l'Algérie était une construction factice de la France, et l'Algérie, y compris ses populations, ne valait rien. La seule et la meilleure des solutions était donc de s'en débarrasser au plus tôt. Comment ? Peu importe... l'événement favorable viendra, la lassitude de l'opinion publique en métropole, les manœuvres de Washington et de Moscou qui rêvent de l'héritage, l'aideront...
[...]
La certitude du complot
-----Quant à Massu, il a lui-même la certitude d'avoir été victime d'un complot : " L'entourage du chef de l'État ou du Premier Ministre a cherché le moyen de l'écarter d'Alger en me mettant dans mon tort. "
[...]
Colére du peuple
-----Le 24janvier 1960. sur le Plateau des Glières, devant le Monument aux Morts, à 18h30, on décompte six morts, vingt-six blessés, dont deux graves, du côté des Algérois, quatorze morts, cent vingt-trois blessés du côté des forces de l'ordre... Depuis le retour du général Salan à Paris, j'étais "interdit" en Algérie et, par les bons soins de Maurice Papon, le préfet de Police, " doté " d'une surveillance quasi permanente de deux inspecteurs de la 2è section des Renseignements généraux.
[...]
Réactions policières
-----Je pars donc pour Bordeaux le mercredi afin de rencontrer mon vieux camarade Jean Maury qui assume les fonctions de premier vice-président de l'A.C.U.F. C'est pendant un séjour à Bordeaux que j'apprends les perquisitions qui ont été effectuées jeudi au siège de l'association et chez plusieurs de nos responsables à travers toute la...
[...]
Le puzzle se met en place
-------J'ai résumé, le tête-à-tête dura toute la journée sans interruption. Au fur et à mesure, se révélaient pour moi tous les fils de la conjuration, celle du Pouvoir. Bien décidé à poursuivre sa criminelle politique, De Gaulle devait abattre Salan, l'homme qui l'avait remis au pouvoir et le seul qui, à ce titre, pouvait lui demander des comptes. En même temps, je ne pouvais qu'apprécier les "qualités" de mon interlocuteur, un bien pitoyable personnage, tantôt séducteur, tantôt menaçant, mais un remarquable " confesseur " promis à un bel avenir dans sa spécialité. Je ne pouvais penser alors que ces "qualités" le conduiraient à devenir un des "historiens officiels " de la Résistance, parmi les plus écoutés...
[...]
La prison
-------Pour la seconde fois de ma vie, je connus les délices d'une nuit à "la Souricière" du "Dépôt". Et le lendemain, 11février, dûment inculpé d'atteinte à la sûreté intérieure de l'État, je fus incarcéré au Quartier des condamnés à mort (la haute-surveillance à l'époque) au rez-de-chaussée de la 2e division de la Santé (cellule 28).
-------Séjournait déjà dans ces lieux mon ami Pierre Lagaillarde depuis qu'il avait été ramené d'Alger. Nos deux cellules étaient séparées par celle où un jeune criminel, dit "M'sieur Bill", attendait son exécution qui eut lieu quelques mois plus tard. En face de nos trois cellules, sur l'autre travée, trois fellaghas condamnés à mort pour attentats criminels, attendaient dans les chaînes, le juste châtiment de leurs forfaits.
[...]
La confrontation
-------La confrontation eut lieu le 24 octobre 1960. De façon éclatante, elle révèle la machination montée dans les coulisses du pouvoir pour écarter et réduire définitivement au silence tous ceux qui à quelque niveau pouvaient s'opposer à la politique algérienne du général De Gaulle. Il n'est pas possible de donner ici le compte rendu complet de cette confrontation mais nous en citerons trois courts extraits particulièrement significatifs.
[...]


lire l'excellent article au complet ICI
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les paras du 1er REP de Dufour et du 1er RCP de Broizat s’interposent entre les manifestants et les gardes mobiles du colonel Debrosse.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les paras du 1er REP de Dufour et du 1er RCP de Broizat s’interposent entre les manifestants et les gardes mobiles du colonel Debrosse.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: NOS GUERRES COMPTEMPORAINES et les OPEX :: ALGERIE 1954 -1962 :: Les Parachutistes dans la "Semaine des Barricades" 24 janvier 1960"-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: